jeudi, 01 février 2018 14:38

TOGO: LES COMMUNIQUES DU COMITE INSURRECTIONNEL Featured

Written by La Nouvelle
Rate this item
(0 votes)

Depuis dimanche matin 13 janvier, Radio-Lomé avait cessé de fonctionner. Tout un peuple était en attente et dans la crainte, mais il restait calme. Dans la soirée, « Radio-Lomé » commençait par donner des chants patriotiques et des marches militaires, qui duraient jusqu’à mardi, inter coupés des communiqués que voici :

Dimanche 13 janvier 1963 
Communiqué N°1
« Le monde entier est maintenant au courant des évènements qui se déroulent au Togo depuis la nuit d’hier. 
« Aussitôt qu’il en a été prévenu, Le Président de la République du Dahomey M. H. Maga a réuni, ce matin, en une séance extraordinaire en conseil des ministres à Cotonou.
« Après examen des renseignements qui ont été communiqués au gouvernement du Dahomey, ce dernier a décidé d’envoyer sur place à Lomé une mission spéciale dirigée par M Paul Darboux, ministre du Commerce, de l’Economie et du Tourisme, qu’accompagnait M. Faustin Gbaguidi, directeur du cabinet du Président de la République du Dahomey.
« Cette mission a rallié Lomé sans encombres et a pu prendre aussitôt contact avec le Comité Insurrectionnel installé à son quartier général.
« Le premier entretien que la mission dahoméenne a eu avec le Comité Insurrectionnel a duré plus de 2 heures.
Les pourparlers reprendront dans le courant de l’après-midi
« Le ministre Darboux a pris contact avec le Président Maga à qui il a fait un premier compte-rendu téléphonique de la situation.
« Un calme règne depuis la frontière dahoméenne jusqu’à Lomé, dans l’attente de la suite des évènements. »
Communiqué N°2
« La mission spéciale dahoméenne a eu une seconde entrevue d’une heure avec le Comité Insurrectionnel, à son quartier général. Il a été confirmé que le chef de l’ancien gouvernement a été tué à 6 heures du matin alors qu’il s’enfuyait de chez lui, que cinq ministres sont arrêtés avec certains nombre de personnalités politiques et administratives, et que trois ministres et un secrétaire d’Etat sont en fuite.
« Le Comité Insurrectionnel a mis au courant la mission spéciale de ses intentions. Il ne tient pas à garder le pouvoir, mais le donnera au peuple dans les meilleurs délais. En attendant, il installera un gouvernement civil provisoire.
« La famille du Président Olympio a pris contact avec la mission dahoméenne en vue de lui demander l’aider à récupérer la dépouille du Président Olympio. La mission a entrepris immédiatement les démarches qui ont abouti et permettront d’inhumer les restes du Président Olympio à Agoué.
Le chef du Comité Insurrectionnel a promis de faire une proclamation sur les ondes de la Radiodiffusion togolaise pour définir sa position.
Nous rappelons que la mission dahoméenne est composée de M. Paul Darboux, ministre du Commerce, de l’Economie et du Tourisme, et de M. Faustin Gbaguidi, directeur du cabinet du Président de la République dahoméenne.
Communiqué N°3
Le Comité Insurrectionnel ordonne pour toute la journée de lundi 14 janvier 1963 la fermeture des bureaux et magasins, sur toute l’étendue du territoire.
Une permanence devra être assurée à la Poste, à l’Hôpital, à la Douane et à la Radiodiffusion.
Lundi 14 janvier 1963
Communiqué N°4
« Le Comité Insurrectionnel s’est réuni au grand complet ce matin, à 9 heures, sous la présidence de son chef l’adjudant chef Emmanuel Bodjolé.
« Après un examen approfondi de la situation au lendemain du renversement de l’ancien régime, le Comité tient à faire les mises au point suivantes :
« 1) Son mouvement a été un mouvement spontané qui n’a reçu aucun ordre, ni de l’intérieur ni de l’extérieur ; 
« 2) Qu’aucun des anciens leaders politiques togolais n’a inspiré l’organisation et l’exécution de son action et n’y a participé ;
« 3) Que son action n’est inspirée par aucune idéologie philosophique ou religieuse ;
« 4) Il précise à nouveau qu’il s’agit d’un mouvement militaire prêt à se retirer dès que les circonstance le permettront, pour faire place à un gouvernement légal, à caractère provisoire. »
Communiqué N°5
« Le Comité Insurrectionnel a tenu sa deuxième réunion de 1é à 13 heures.
« Tous les membres étaient présents.
« Vu l’urgence qu’il y a à doter rapidement la République d’appareil exécutif.
« Le comité a décidé de faire appel à M. Nicolas Grunitzky pour former un Gouvernement provisoire.
« Ce communiqué apporte un démenti aux rumeur qui circulent et selon lesquelles un des membres du Comité aurait demandé à une autre personnalité de former un gouvernement. »
Communiqué N°6 
« Le Comité Insurrectionnel a siégé ai grand complet de 18 heures à 19 heures. Il a décidé :
« Primo : que le travail reprendrait normalement le mardi 15 janvier ;
« Secundo : qu’il serait demandé aux ouvriers du Wharf de faire des heures supplémentaires afin d’accélérer le déchargement des cargos ;
« Tertio : que le couvre-feu serait maintenu de 20 heures à 6 heures du matin. »
Mardi 15 janvier
Communiqué N°7
Les détenus politiques mis en liberté depuis le 13 janvier 1963 sont priés, ainsi que leurs familles, de demeurer calmes, et de rien manifester, pour ne provoquer personne.
Toute provocation de trouble en vue de règlement de compte personnel ou par suite d’opinion politique sera sévèrement sanctionnée par le Comité Insurrectionnel.
Ils sont en outre priés de rejoindre immédiatement le camp militaire Tokoin.
Communiqué N°8 
« La mission spéciale dahoméenne dont les activités se sont poursuivies toutes la journée du lundi 14 janvier, a maintenu un contact permanent avec le Comité Insurrectionnel.
« Elle a eu deux entrevues avec l’ambassadeur de France, une dans la matinée, l’autre dans l’après-midi.
« Elle a rencontré, ensemble, dans le salons de l’Hôtel le Bénin, les chefs de missions diplomatiques africains à Lomé, Guinée, Nigéria et Libéria.
« Cette rencontre a permis de mettre à la disposition des ambassadeurs africains les informations que détenait la mission dahoméenne, pour qu’il les transmettent à leurs gouvernements respectifs.
« Dans la soirée, la mission qui avait rencontré, le matin, M. Méachi a assisté, au quartier général du comité Insurrectionnel, à l’arrivée de M. Grunitzky.
« Elle a, en outre, rendu visite, à son domicile, cette nuit, à Maître Anani Santos de retour à Lomé après sa libération de prison, libération intervenue la veille à Lama-Kara.
« Le chef de la mission, M. le ministre Darboux, a charge M. Faustin Gbaguidi de rendre visite de courtoisie à l’archevêque de Lomé. »
Communiqué N°9
« Le Comité Insurrectionnel s’est réuni ce matin et a pris les décisions suivantes : « 1) Afin de faciliter le travail des maisons de commerce, les bons d’achat porteront exclusivement la signature du premier secrétaire du Comité Insurrectionnel, le sous-lieutenant Kongo Koffi.
« 2) Il est formellement interdit de vendre des boissons alcoolisées aux militaires. D’autre part, la police, la gendarmerie, la garde Togolaise sont chargées du du maintien de l’ordre afin qu’il n’y ait aucun pillage ni des maisons privées ni des magasins de vente ni des édifices publics.
« Tout pillage qui sera porté à la connaissance du Comité sévèrement châtié.
« Il est demandé à la population de signaler au Comité Insurrectionnel tout accrochage avec un élément de l’armée.
Les communiqués 10 et 11 ont été annulés.
Communiqué N°12
« Depuis son retour au Togo, M Grunitzky, investi de la qualité de président du gouvernement provisoire au Togo, a consacré d’une façon continue son temps aux consultations indispensables pour la formation d’un gouvernement.
« Il a notamment pris contact avec les personnalités suivantes :
« 1°) Samuel Akuereburu, secrétaire général du M.P.T.,
« 2°) M. Léonard Ywassa, ancien secrétaire de l’U.D.P.T.,
« 3°) Me Anani Santos, qui se trouve actuellement dans un état physique extrêmement déplorable,
« 4°) Me Nubukpor, membre du comité exécutif de la Juvento,
« 5°) Mme Franklin, à défaut de son mari indisposé,
« 6°) MM. Fumey et Thompson, grands dirigeants de l’Union Togolaise,
« 7°) M. Abalo Firmin
« M. Grunitzky n’a pas manqué de prendre contact avec les personnalités religieuses du Togo, en commençant par Mgr Dosseh, archevêque de Lomé, le Modérator de la mission évangélique, le pasteur Adah et enfin les représentants de la communauté musulmane à Lomé.
« Mentionnons spécialement que le matin, au Camp où siège le Comité Insurrectionnel Togolais (C.I.T.), M. Grunitzky a pu s’entretenir avec Me Noé Kutuklui gardé à vu vue depuis hier.
« Demain, les consultations se poursuivront dans la matinée. C’est seulement après que l’équipe gouvernementale sera mise sur pied. »

Source : Présence Chrétienne du 19 Janvier 1963 
La Nouvelle N°0017 du 15 Janvier au 15 Février 2017

Read 545 times

Commentaire