×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 402
Print this page
mercredi, 06 janvier 2010 10:47

Un monument de l’Histoire du Togo est tombé : Paul Ayi n’est plus !

Written by
Rate this item
(0 votes)


Le sculpteur togolais Paul Ayi est mort à Lomé, lundi 4 janvier, à l'âge de 80 ans. L'artiste était très connu dans son pays, bien sûr, mais aussi ailleurs dans le monde où il a vendu de nombreuses sculptures. Certaines de ses œuvres étaient encore récemment exposées à Paris. Carine Frenk de RFI a pu le rencontrer au Togo.

 

Quand on parlait à Paul Ayi, on se sentait tout petit. Il vous accueillait avec un sourire bienveillant. Au centre de son œuvre, un thème a dominé tous les autres : celui de l'homme et ses souffrances. Dans ses tableaux, on voyait des larmes de sang, des enfants au regard triste ou bien des fusillés. Lui vous expliquait que depuis son plus jeune âge, il n'avait vu que des souffrances autour de lui et par moment « quelques gestes de pardon ou d'amitié ».
Paul Ayi a sculpté, il a peint, il a gravé. Il est également célèbre pour les grands monuments que l'on peut admirer dans toute l'Afrique de l'Ouest, d'immenses céramiques murales, des vitraux. C'est lui qui a dessiné le drapeau togolais.
Pour l'expert d'art africain Pierre Amrouche, « il ne faut pas voir dans Paul Ayi un touche-à-tout mais plutôt un artiste complet façon Renaissance... Un homme qui a fait la synthèse entre ce qu'il a appris en Occident et ce qu'il savait de l'Afrique ».
Paul Ayi a été déclaré en septembre dernier par l’Unesco « artiste pour la paix ».
Il était l'un des plus grands artistes africains, ou plutôt un grand artiste tout court qui se trouvait sur le continent africain. Il aimait dire de lui qu'il était « un homme libre ».
 Découvrez Paul Ayi sur RFI dans l’émission « Plein Sud » Amobé Mévégué  du 19 Février 2008 ici :  http://www.rfi.fr/radiofr/editions/072/edition_48_20080219.asp

Voici le portrait du grand Maître des Beaux-Arts  pient par Lambert Atisso de Savoir News :

« Assis sur une chaise au milieu de son petit atelier de travail, Paul Ahyi donne quelques consignes à trois de ses élèves. Le grand artiste plasticien du Togo apporte quelques touches au "bas-relief" devant décorer l’entrée de son "Espace muséal" qu’il compte inaugurer avant la fin de cette année.

"Cet Espace Muséal met tient à cœur. Et si tout va bien, il sera opérationnel en décembre", affirme M.Ahyi, d’un air très sérieux..
Baptisé "Agnassan" (qui signifie "Intelligence" en langue Ewé), le joyau de l’artiste plasticien va contenir plusieurs œuvres d’arts dont ses propres créations collectionnées depuis le début de sa carrière.

"Il sera également un lieu de l’enseignement et de diffusion de la culture africaine, notamment togolaise", explique le grand artiste plasticien.

Né en 1930 à Abomey (Bénin), Paul Ahyi est considéré aujourd’hui comme un symbole de la nouvelle culture africaine.
L’homme a pris très tôt goût au dessin et à la peinture. "J’ai commencé à dessiner depuis l’age de 4 ans", se souvient-il encore.
"Au fil des années, je me suis consacré entièrement à la +chose+, ce qui m’a permis de me perfectionner dans une Grande Ecole", précise M.Ahyi.

Très "brillant" à l’époque, le "génie" (comme l’appellent certains togolais) a obtenu son diplôme à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris en 1959.

"M.Ahyi fait partie de cette génération de jeunes étudiants africains très intelligents qui ont fait leurs études dans les années 1950", témoigne un professeur d’université à la retraite.
Homme à la dimension plurielle, M.Ahyi a marqué bon nombre d’Africains, notamment les togolais à travers surtout le drapeau national dont il est le concepteur.

"C’est l’un de mes meilleurs souvenirs", se réjouit-il.
Il n’est pas rare de retrouver les "traces" de ce dernier dans l’enceinte d’une institution ou d’un bâtiment administratif de la capitale togolais : décoration en céramique murale de la Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) à Lomé, décoration sculpturale de la façade de l’hôtel Sarakawa de Lomé etc...

Il a également exporté ses talents dans plusieurs pays: grande sculpture en Acajou au siège des Nations Unies, grandes céramiques décoratives à la BCEAO à Ouagadougou au Burkina Faso, sculpture en décoration monumentale au siège de la BCEAO à Dakar au Sénégal etc…

Depuis quelques jours, certaines œuvres M.Ahyi sont exposées dans une grande boutique de vente de mobilier de bureau à Lomé.
"L’inspiration me provient souvent des faits de la vie quotidienne", explique le professeur d’Art plastique.
M.Ahyi sculpte, peint, fait de la céramique, de la tapisserie, des bijoux et s’intéresse à l’architecture d’intérieur et au design d’objets usuels.

"J’utilise plusieurs techniques dont le +Zota+ (qui signifie "dessiner avec le feu" ) et la +Monotypie+", dévoile le professeur, tenant entre ses mains, l’un de ses tableaux baptisés : "Sœur d’Afrique".
Le professeur ne se consacre pas seulement à la peinture, il a également publié plusieurs ouvrages (au total 17) dont "la réflexion sur l’art et la culture" et "Togo, mon cœur saigne", un recueil d’églogues.

"A travers cet ouvrage, je lance un appel pathétique à toute l'Afrique et en particulier au peuple togolais pour que chacun participe au lever du jour nouveau", explique-t-il.
M.Ahyi a aussi reçu plusieurs distinctions honorifiques : Médaille d’Or des Métiers d’Arts à Paris (1961), Officier de l’Ordre du Mono au Togo (1970), Commandeur des Palmes Académiques Françaises (1985), Officier des Arts et Lettres de France (1985) etc… »

  Bill Emile Davolk

Read 1427 times Last modified on mercredi, 09 juillet 2014 15:06