mardi, 14 septembre 2010 16:51

Décès du president de la commission électorale guinéenne

Written by
Rate this item
(0 votes)

Le président de la Commission électorale nationale indépendante guinéenne (CENI), Ben Bekou Sylla, est décédé lundi soir à Paris, à quelques jours du deuxième tour de l'élection présidentielle prévu le 19 septembre.

 Des violences ce week-end entre partisans des deux candidats en lice et des problèmes d'organisation font peser des incertitudes sur la tenue du scrutin.
Ben Bekou Sylla, qui était malade depuis plusieurs mois, s'est éteint dans la nuit de lundi à mardi dans un hôpital parisien, ont annoncé ses proches, dont un ami de la famille, Mamadou Bah. Ben Bekou Sylla avait été condamné la semaine dernière à un an de prison pour fraude électorale lors du premier tour du scrutin en juin. Un autre responsable électoral a été poursuivi dans cette affaire.

"Nous avons appris la mort du président de la CENI, Ben Sekou Sylla. Il était soigné depuis plusieurs mois à Paris", a expliqué le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Bernard Valéro. Selon lui, son décès "n'entrave pas le processus électoral et le fonctionnement de la CENI qui était, depuis son absence de plusieurs mois pour des soins médicaux, dirigée par ses deux vice-présidents".

"La date du 19 septembre pour le second tour de l'élection présidentielle est, à notre connaissance, maintenue. Le plus important est que ce scrutin se déroule dans le même esprit démocratique et apaisé qui a animé le premier tour" en juin, a ajouté M. Valéro.

Selon Boubacar Diallo, directeur de la planification du CENI, "il est hautement improbable que l'élection se tiendra ce dimanche". "C'est purement un problème technique", d'impression et d'acheminement du matériel électoral, a-t-il expliqué.

Au cours du week-end, des violences entre partisans des deux candidats rivaux, l'ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé, ont fait un mort et 54 blessés. M. Diallo est arrivé en tête au premier tour avec 44% des voix, contre 18% à M. Condé.

Les partisans de Cellou Dalein Diallo redoutent que le gouvernement de transition ne prenne prétexte des affrontements du week-end pour retarder le deuxième tour, qui a déjà été reporté à de multiples reprises depuis le premier tour en juin. AP

Read 458 times Last modified on mercredi, 09 juillet 2014 15:06

Commentaire