mardi, 27 octobre 2015 19:00

Le drame humain de l'insécurité routière en Afrique

Written by
Rate this item
(0 votes)

Des cyclistes et des piétons s'accrochent à un camion sur une route au Burundi. Crédit photo: REUTERS/Goran Tomasevic

Les routes du continent sont les moins sûres au monde (et de loin) pour leurs usagers.

Pour avoir parfois emprunté les transports en commun en Afrique, et notamment les mini-bus qui sillonnent les centres urbains et relient entre-elles les grandes villes, j'ai souvent fermé les yeux de terreur dans certaines situations. Quand par exemple un matatu – le surnom des mini-bus au Kenya – à bord duquel je me rendais à Nairobi traversa à toute allure un fossé entre deux portions d'autoroute pour éviter des embouteillages. Deux roues se soulevèrent et le mini-bus menaça de partir en tonneaux à plus de 70 km/h. Amen.

Selon un rapport publié par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur la sécurité routière à l'échelle mondiale, le continent africain est la région où la mortalité est la plus forte pour les usagers de la route. Le taux de mortalité en 2014 y était de 26,6 personnes tuées pour 100.000 habitants, contre 17,5 pour la moyenne mondiale et 9,3 en Europe où le taux de mortalité est le plus bas.

«Ce rapport montre que les pays à bas et moyens revenus sont les plus durement frappés, avec un taux de mortalité deux fois plus élevé que dans les pays riches. Ils concentrent également 90% des accidents mortels», souligne l'OMS. À l'échelle mondiale, 1,25 million de personnes ont été tuées dans un accident de la circulation en 2014.

Read 431 times Last modified on mardi, 03 novembre 2015 18:56
ERIC  K.  ALOVOR

L`Afrique, le continent noir, mère des continents, est constamment en proie à des difficultés socio-économiques et politiques qui, à bien des égards, transforment ses fils et filles, chez eux, sur leur propre terre natale, en parias et en êtres bannis ou, en terre lointaine d’asile, en citoyens acculturés et de seconde zone.

L’exil est devenu pour nos peuples, surtout les jeunes, une source nourricière potentielle et un choix de survie. Ce paradoxe crée une frustration qui érode l`Afrique et tend à faire de ses processus de démocratie naissante un Mal plutôt qu’un Bien.

Que ferions-nous d’autres et que nous resterait-il de tant d’années d’efforts et de sacrifices, si nous venions à nous égarer définitivement. De la voie de la démocratie ?

Face à cette question existentielle qui nous interpelle tous, notre compatriote Kodjo EPOU tire la sonnette d’alarme et cite : « La démocratie est loin d’être parfaite mais elle demeure le moins mauvais des systèmes » Nous avons plus intérêt à œuvrer pour l’enraciner dans nos mœurs que de la renier en collaborant, contre gains faciles et immédiats, à tout ce qui est sa négation. De nos jours, la Démocratie est un système incontournable. Au point que toute tentative de l’étouffer se révèlera, tôt ou tard, inopérante.

L’initiative de créer Fmliberte répond à cet esprit. Notre mission se projette dans cette perspective. Elle vise donc à consolider chaque jour un peu plus la démocratie dont le nerf est la parole. Ainsi, sur les ondes de Fmliberte, La radio de la Diaspora, il n’existe pas de propos tabou, à l’exception de ceux qui sont dans l’ordre d’attentats à la pudeur, d’attaques personnelles ou de fausses informations. L'idée de rassembler les africains autant que nous le pouvons constitue la trame de nos émissions. Elle n’exclut nullement les critiques, même les plus acerbes, mais elle impose le respect de l'autre dans sa dignité humaine.

Nous restons convaincus que notre investissement en temps et en matériel ne sera pas vain; que les Communautés africaines de l’étranger et l’ensemble de la diaspora africaine apprécieront nos efforts à leur juste valeur. Notre ardent souhait est que Fmliberte, cet outil majeur de communication et de rapprochement soit un véritable tremplin de la Démocratie sur le beau Continent.La vocation de Fmliberte tient en trois mots:

Divertir. Informer. Rassembler.

FM Liberte, l’autre Son de Cloche

Bonne écoute!!

Le Président/Administrateur
Eric K. ALOVOR

www.fmliberte.com

Commentaire