Komdedzi Kofi FOLIKPO , Computational Linguistics

Komdedzi Kofi FOLIKPO , Computational Linguistics

 

            Un adage Eʋe du Terroir d'Agu enseigne qu'il ne faut pas gratter la tête pendant qu'on sent des démangeaisons aux fesses.

            Un autre adage du même Terroir enseigne qu'une gorgée d'eau retenue trop longtemps dans la bouche finit par se transformer en crachat.

            Une troisième adage enseigne qu'un oeil crève toujours en s'enfonçant une fois pour de bon  dans son orbite.

            L'allure routinière et dilettante que les manifestations populaires semblent prendre au TOGO et au sein de la Diaspora Togolaise à travers le monde depuis quelques temps recommande que ces trois adages soient collectivement médités davantage afin que les Forces Citoyennes et Patriotiques Togolaises prennent leurs Responsabilités devant l'Histoire.

            Nul ne peut estimer aujourd'hui ne pas comprendre que les Togolaises et les Togolais descendent régulièrement de façon encore plus intense dans les rues tant au TOGO que hors du TOGO depuis Août 2017 pour exprimer à Faure Essozimna Kodzo GNASSINGBÉ qu'ils exigent la fin immédiate et sans conditions du règne sanglant, violent et prédateur incarné depuis 50 ans par son clan mafieux.

            Faure Essozimna Kodzo GNASSINGBÉ ne peut pas estimer lui-même ne pas comprendre pourquoi les Togolaises et les Togolais descendent si massivement dans les rues tant au TOGO que hors du  TOGO depuis Août 2017, puisqu'il a récemment déclaré publiquement lui-même avoir enfin découvert à travers les Médias et à travers la "Technologie" (sic!) qu'il est un Oppresseur sanguinaire (sic!) aux yeux des Togolaises et des Togolais.

            Pour ceux qui savent que Faure Essozimna Kodzo GNASSINGBÉ souffre d'une grave schizophrénie chronique et héréditaire, son aveu d'avoir "enfin" découvert sa vraie nature de Tyran sanguinaire est un signe évident de regain d'une petite lucidité.

            Il retrouvera peut-être l'entière lucidité pour comprendre à quel point il n'est qu'une vulgaire marionnette entre les mains des membres nauséabonds de sa mafia hétéroclite, lorsque les Forces Citoyennes Togolaises battant le pavé depuis des mois tant au TOGO que hors du TOGO abandonneront désormais l'ambiance visiblement bon enfant qui caractérisent jusqu'ici les manifestations populaires, pour lui parler ouvertement et sans aucun intermédiaire le Langage qu'il peut comprendre le mieux: l'Épreuve de Force des Citoyennes et Citoyens à une échelle généralisée tant au TOGO que hors du TOGO.

Et ce Langage citoyen de l'Épreuve de Force s'adressera désormais directement à lui-même ou à tout ce qui semble incarner ou représenter son régime archaïque et illégitime d'oppression et de prédation tant au TOGO que hors du TOGO.

            Chacun des 14 Partis politiques formant l'actuelle Coalition oppositionnelle officielle est certes dans la logique de la Politique partisane face au régime archaïque de Faure GNASSINGBÉ qui est fidèle de son côté à sa logique suicidaire de la Politique politicienne pour la conservation illégitime du Pouvoir d'État usurpé. Mais le grand mérite de ces Partis politiques est d'avoir réussi à  remobiliser les Forces Vives Togolaises dans une Démarche unitaire en accordant leur violon sur deux revendications minimales et légitimes:

le Retour à la Constitution de 1992 dans sa version originale et le Vote des Togolais de la Diaspora.

             Les Forces Vives de la Nation Togolaise toujours restées dans leur logique de la Politique citoyenne ont eu aussi le grand mérite d'aller au-delà de ces revendications minimales pour formuler clairement dans les rues leur vraie Aspiration légitime:

 la Fin immédiate et sans conditions du règne cinquantenaire des GNASSINGBÉ trempé dans toutes sortes de crimes odieux et de destruction aveugle de la Nation Togolaise.

            Le grand défi qu'il incombe de relever à présent de façon collective aussi bien par les Acteurs politiques que par l'ensemble des Forces Citoyennes réside dans le déploiement collectif et tout azimut d'une double Arme redoutable qu'aucun régime violent et oppressif n'a jamais réussi à désamorcer la la force militaire brute, et encore moins par la corruption endémique: la Défiance citoyenne doublée de la Désobéissance citoyenne.

 

  • La Défiance citoyenne consiste pour les Forces citoyennes à affronter de manière directe mais sans instrument de violence physique les figures de proue d'un régime impopulaire ou illégitime pour leur exprimer directement la désapprobation citoyenne populaire.

 

  • La Désobéissance citoyenne consiste à refuser collectivement de se plier aux ordres et aux règles arbitraires d'un régime impopulaire ou illégitime pour lui exprimer clairement la désapprobation citoyenne populaire.

 

             Dans l'état actuel des choses, la Défiance citoyenne consistera pour les Togolaises et les Togolais de ne plus se limiter aux manifestations cathartiques populaires à la plage de Lomé ou devant les institutions internationales dans leur pays de résidence. Cette Défiance citoyenne doit plutôt consister dorénavant à aller délivrer directement et sans intermédiaire le Message citoyen de rejet vis-à-vis du régime illégitime au premier représentant de ce régime là où il se trouve et là où se trouvent ses représentants subsidiaires, de délivrer ce Message citoyen sur les lieux symboliques et les lieux fonctionnels où se trouvent ces représentants principaux ou subsidiaires.

            Faure Essozimna Kodzo GNASSINGBÉ étant l'incarnation vivante de ce régime clanique et cinquantenaire, il n'existe aucun inconvénient objectif pour que les Togolaises et les Togolais aillent chez lui à son domicile ou à son lieu de travail lui exprimer directement la désapprobation citoyenne qu'ils nourrissent vis-à-vis de son régime.

            Si Faure Essozimna Kodzo GNASSINGBÉ se permet d'aller acheter à crédit du pain chez les bonnes femmes du marché de Niamtougou dans l'espor de humer un bain de foule, comme la récente mise en scène grotesque l'a récemment montré au grand Public, c'est qu'il signale ainsi sa disponibilité à rencontrer les Togolaises et les Togolais de toutes les couches socio-professionnelles pour un dialogue direct et franc sans langue de bois.

Les Togolaises et les Togolais auraient tort de ne pas comprendre les choses ainsi pour aller à son domicile ou à sa résidence pour tenir ce dialogue direct et sans intermédiaire avec lui, puisqu'il le souhaite si vivement à travers ses signaux communicatifs en direction du grand Public ...

            Si Faure Essozimna Kodzo GNASSINGBÉ est réellement un "homme simple" (sic!) qu'il prétend être selon son discours visiblement démagogique prononcé à l'occasion du récent congrès de son parti à Tsévié, il n'y a aucune raison valable qu'il n'accepte pas d'accueillir à son domicile ou sur son lieu de travail les Citoyennes et Citoyens togolais qui désirent vivement lui exprimer directement ce qu'ils pensent de sa gouvernance chaotique et ruineuse pour la Nation Togolaise.

            Si Faure est véritablement le Président légitime de tous les Togolaises et Togolais, il n'y a pas de raison qu'il ne s'entretienne pas directement et sans entraves avec ses Concitoyennes et Concitoyens issus de toutes les couches sociales.

            Si Faure Essozimna Kodzo GNASSINGBÉ est véritablement le Président légitime de tous les Togolaises et Togolais vivant tant au TOGO qu'au sein de la Diaspora Togolaise à travers le monde, c'est tout à fait légitime que ceux de la Diaspora aillent massivement dans les Représentations diplomatiques et consulaires du TOGO à l'étranger pour exprimer légitimement aux Représentants de son régime la désapprobation citoyenne qu'ils nourrissent à l'endroit de ce régime.

             Les Forces Vives citoyennes togolaises ont déjà suffisamment prouvé depuis le 19 Août 2017 que ni les balles assassines, ni les baïonnettes meurtrières de la cruelle soldatesque de Faure Essozimna Kodzo GNASSINGBÉ, ni les machettes de massacre aveugle déployées par ses mercenaires étrangers ni les massues cloutées de sa médiocre milice privée ne peuvent plus leur barrer la route pour aller directement à son domicile, à son lieu de travail ou aux places fortes représentant symboliquement son régime archaïque d'oppression et de prédation pour lui signifier clairement qu'il doit impérativement vider le plancher le plus vite possible et dans son propre intérêt!

Elles ont suffisamment prouvé que les Togolaises et les Togolais n'ont plus peur de mourir dans la Dignité en se battant pour la conquête de leur Liberté longtemps confisquée.

             Les Togolaises et les Togolais ont suffisamment prouvé qu'ils veulent faire leur propre Révolution  eux-mêmes pour mettre fin au long règne de la Terreur, de la Tyrannie et de la Tricherie des GNASSINGBÉ, sans plus passer par de faux dialogues récurrents et interminables, et sans plus s'en remettre exclusivement aux Acteurs politiques et autres "facilitateurs" dont l'implication teintée souvent de calculs politiciens ou hégémoniques porte parfois préjudice aux profondes Aspirations citoyennes et légitimes des Togolaises et des Togolais.

             Les Togolaises et les Togolais descendant massivement dans les rues depuis le 19 Août 2017 veulent s'adresser  directement à Faure Essozimna Kodzo GNASSINGBÉ et n'ont plus besoin d'attendre un mot d'ordre officiel des 14 Partis politiques formant l'actuelle Coalition de l'opposition officielle avant de prendre d'assaut de manière spontanée le Palais de la Présidence, le Siège du Gouvernement (la Primature), le Siège actuel de l'Assemblée Nationale (le Palais des Congrès), les différents Ministères à Lomé, les bureaux des Préfectures et des Sous-Préfectures sur toute l'étendue du Territoire national, les bureaux des Délégations spéciales faisant office de Mairies dans les Communes, les Ambassades et Consulats du TOGO à l'étranger ainsi que tous les Patrimoines immobiliers de l'État togolais qui sont actuellement entre les mains du régime prédateur de Faure Essozimna Kodzo GNASSINGBÉ.  

 

            Les élèves et les écoliers réclamant actuellement dans les rues de bonnes conditions de travail pour leurs enseignants viennent d'annoncer les couleurs de façon sibylline face au mutisme insolent mais suicidaire du régime archaïque et décadent de Faure Essozimna Kodzo GNASSINGBÉ pour qui l'Instruction publique, la Santé publique et la Sécurité alimentaire tant sur le plan quantitatif que qualitatif constituent des sujets ennuyeux de distraction et sans intérêt.

Ces jeunes si courageux et déterminés ne doivent nullement s'arrêter à la simple annonce de leur intention d'aller parler de vive voix à Faure Essozimna Kodzo GNASSINGBÉ là où il se trouve.

Et les autres Forces vives citoyennes de la Nation Togolaise doivent s'appuyer sur l'exemple de leur intention très éclairée qui illustre nettement qu'il ne faut jamais gratter les fesses lorsqu'on sent des démangeaisons à la tête. Elles n'ont plus besoin de s'attendre à un mot d'ordre quelconque des Partis politiques et elles ont le Droit citoyen légitime de saisir n'importe quelle occasion pour aller directement exprimer leur désapprobation citoyenne à qui de droit là où il se trouve sans demander initialement une quelconque autorisation auprès de qui que ce soit.

La fin du règne de la Terreur inouïe, de la Tricherie cynique et de l'Immobilisme immonde en vue d'enclencher la Renaissance de la Nation Togolaise est à ce prix.

 

                                    Lenzburg (SUISSE), le 12 Décembre 2017.

 

[1] Contacts:

PYRAMID OF YEƲE

CH-5400 Baden (SUISSE)

 

E-Mail personnel direct: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

    L'heure n'est plus aux longues prêches politiciennes et lénifiantes pour une prétendue "paix" de cimetière ou pour une prétendue "stabilité" étouffante au TOGO et dans toute l'Afrique de l'Ouest!

            L'heure n'est plus aux fausses prêches des faux "pasteurs" et autres faux "imams" cupides qui préfèrent se ranger du côté de l'oppresseur  par manque de courage civique et par amour pour l'argent!

            L'heure n'est plus à une attention futile accordée aux simagrées stupides des faux "Hũnɔ" alimentaires qui prétendent "purifier" le TOGO par des hécatombes de pauvres cabris et béliers!

            L'heure n'est plus aux faux débats idéologiques et aux fausses polémiques des pseudo-intellectuels sur un juridisme de caniveau!  

            L'heure n'est plus aux "dialogues" de sourds avec des criminels qui se croient en terrain conquis et croient bêtement avoir le droit de Vie et de Mort sur les autres!

            Les lamentations, les jérémiades et la résignation fataliste n'ont jamais libéré un Peuple opprimé, spolié et massacré! Un Peuple en détresse peut recevoir la compassion et le soutien des Peuples frères et amis, mais il demeure lui-même le principal Artisan de sa propre Libération et de sa propre Rédemption, grâce aux sacrifices multiformes et à l'abnégation infinie de ses Filles et de ses Fils.

            Chaque Peuple ayant le dos au mur ou trouvant le loup dans la bergerie conçoit toujours légitimement ses moyens de défense, en fonction des ressources dont il dispose, en fonction de son Patrimoine spirituel, culturel et historique. Et il doit le faire prioritairement au nom de ses Intérêts collectifs et vitaux qui doivent toujours avoir la primauté sur des intérêts partisans et étrangers.

             La récidive de la barbarie monstrueuse des Milices armées déversée le 18 Octobre 2017 contre des milliers de Manifestants pacifiques par le cruel régime archaïque de Faure GNASSINGBÉ indique que le Peuple Togolais doit enfin se doter légitiment des moyens de combat encore plus efficaces pour se ressusciter du Monde de Hadès où il a été longtemps enterré, cicatriser ses plaies et renaître dignement dans l'intérêt de sa Postérité.  

Chaque Citoyenne et chaque Citoyen doivent alors comprendre enfin que le Peuple Togolais n'est pas simplement dans une lutte politique ou partisane pour un simple changement de mode de gouvernement! Ils doivent comprendre que le Peuple Togolais est plutôt en guerre larvée depuis longtemps et doit se battre âprement pour sa Survie! Oui, le Peuple Togolais est en guerre non pas contre un Peuple frère à l'est, contre un Peuple frère à l'ouest ou contre un Peuple frère au nord de ses frontières nationales!

Il est en guerre, non pas contre des envahisseurs étrangers venus par l'Océan atlantique ou par les airs pour lui arracher sa Terre Ancestrale et ses immenses Richesses naturelles pour lui imposer violemment des idéologies mortifères!

Il est plutôt en guerre contre un cruel Ennemi impénitent de l'intérieur qui lui a dérobé depuis 50 ans sa Liberté chèrement acquise et sa Dignité âprement conquise pour le ravaler gravement dans les tréfonds de la déshumanisation la plus abjecte.

La thérapie pour les grand maux demande de recourir aux grands remèdes.

Le Peuple Togolais dont la Survie est si gravement menacée aujourd'hui doit légitimement recourir aux moyens guerriers parfaitement adaptés à la grave Menace que le régime cruel de Faure GNASSINGBÉ fait planer sur sa Survie depuis 2005, comme son sinistre géniteur l'initia dès 1963.

             Une approche globale et holiste de solution guerrière proposée ici aux Patriotes Togolais repose sur le Concept inédit de la "Guerre Invisible Multidimensionnelle" dont la mise en application pourrait permettre aux Togolaises et aux Togolais de se débarrasser rapidement de la malédiction et de la calamité que constitue le violent régime cruel et archaïque de Faure Essozimna GNASSINGBÉ.

 

  1. Qu'est-ce que la Guerre Invisible Multidimensionnelle?

 

            Par opposition à la Guerre de basse intensité classique, le Concept de la Guerre Invisible multidimensionnelle (GIM) est issu d'une ébauche de Doctrine militaire endogène qui émane de notre propre réflexion systématique sur le long drame togolais ainsi que sur les régimes néocoloniaux cruels et avilissants décimant l'ensemble des Peuples Africains depuis les années 1960. Il s'agit d'une ébauche de Concept original prioritairement focalisé sur les Questions de  Défense et de Sécurité des Peuples Africains gravement spoliés et déshumanisés depuis longtemps, et mérite d'être approfondi plus tard grâce à d'autres apports empiriques, théoriques et méthodologiques, en vue de contribuer ainsi à l'élaboration de véritables Politiques endogènes de Défense et de Sécurité adaptées aux besoins réels, aux aspirations légitimes et aux réalités propres aux Peuples Africains.

            L'idée de la Guerre Invisible Multidimensionnelle va au-delà de la Guérilla classique pour englober d'autres formes de Guerre visant la Libération d'un Peuple gravement avili et décimé par un régime violent, cruel, corrompu qui s'appuie sur des soutiens extérieurs souvent cyniques, saprophytes et nébuleux tels que des pays étrangers néocoloniaux et des multinationales prédatrices.

La Doctrine militaire sur laquelle repose le Concept de la Guerre Invisible Multidimensionnelle est dénommée la "Doctrine des 4 D", car elle s'appuie sur les Quatre Principes fondamentaux suivants:

 

  • la Détermination
  • la Discipline
  • la Dextérité
  • la Discrétion

 

            Le Principe de Détermination stipule que le/la Patriote Combattant/e une fois engagé/e dans le Combat de Libération doit être prioritairement focalisé/e sur l'Idéal collectif de la Liberté de la Patrie et du Progrès individuel et collectif. Il doit être convaincu qu'il ne met pas inutilement sa propre Vie en danger mais plutôt pour des Idéaux, car il/elle le fait pour sa propre Dignité, pour son Bien-être social et psychologique ainsi que pour l'Avenir de ses propres descendants.

            Le Principe de la Discipline stipule que le/la Combattant/e une fois engagé/e doit savoir dans quel(s) domaines précis il (ou elle) apporte sa/ses contribution/s et avec quel(s) Co-Combattant(s) il agit en fonction de ses propres compétences et aptitudes, pour ne pas s'engager individuellement sans but et de façon chaotique dans des actions qui sont au-delà ou en-deçà de ses aptitudes sans avoir l'aide et les appuis nécessaires pour les mener à bout.

            Le Principe de la Dextérité stipule que chaque Combattant/e agit avec Précision et au bon moment sur une Cible bien précise et bien définie, en synchronisation avec les autres Co-Combattants de son domaine et des domaines immédiatement connexes. Cela permet d'éviter le gaspillage inutile des Ressources et du Temps.

            Le Principe de la Discrétion stipule que le Silence, l'Anonymat et le Serment de la Non-Dénonciation, même face à la Mort, entourent les activités des Combattants.

            Si les régimes militaires les plus violents et les plus oppressifs dans l'Histoire n'ont pas pu venir facilement à bout des Guérillas classiques, ce n'est pas un régime néocolonial s'appuyant simplement sur une Armée néocoloniale de Supplétifs et sur des Milices génocidaires hétéroclites recrutées à tour de bras au TOGO et dans d'autres pays de la sous-région ouest-africaine qui pourrait résister longtemps à une Guerre Invisible et Multidimensionnelle appliquant la Doctrine des 4 D.

            La dénomination de "Guerre invisible" vient du fait qu'il ne s'agit pas d'une belligérance  conventionnelle plaçant une Armée régulière appuyée par des Miliciens mercenaires recrutés par un régime illégitime et prédateur en face d'une Armée d'Insurgés patriotes ou de Mutins patriotes décidés à mettre fin au règne de la tyrannie, de la cruauté gratuite, de la prédation et du non-droit.

Cette dénomination vient surtout du fait qu'il n'existe aucun front visible en des lieux fixes et permanents, même si certaines cibles visées et incarnant les intérêts vitaux du régime illégitime prédateur et cruel et de ses alliés se trouvent en des lieux fixes.

            La dénomination de "Guerre multidimensionnelle" vient du fait que les opérations sont à la fois militaires, para-militaires, civiles et qu'elles se passent sous forme de Guerre spirituelle, de Guerre médiatique, de Guerre psychologique, de Guerre économique, de Guerre électronique et de Guérilla mobile difficilement saisissable, comme le schéma ci-après en donne une illustration. 

 

 

Schéma illustrant le Concept de la Guerre Invisible Multidimensionnelle (GIM).

(Copyright: PYRAMID OF YEƲE, 2017)

 

            La particularité d'une Guerre Invisible Multidimensionnelle réside dans le fait qu'elle peut permettre à une petite poignée de Patriotes déterminés, discrets, disciplinés et doués à mettre en déroute grâce à des moyens et ressources visiblement modestes un violent régime archaïque, cruel et corrompu qui s'appuie sur un armada hétéroclite de plusieurs milliers de Militaires et de miliciens cruels et violents équipés d'une quincaillerie militaire impressionnante.  

            Une Guerre spirituelle dans le cadre d'une Guerre Invisible Multidimensionnelle n'a rien à voir avec une prétendue "guerre religieuse" ou avec une prétendue "guerre sainte". Elle est une forme de Guerre dans laquelle des moyens occultes et magiques sont intensivement déployés pour d'une part fortifier collectivement l'état d'esprit combatif des Patriotes Combattants et leur procurer résistance psychique nécessaire. Elle permet de mener d'autre part une offensive très agressive contre les tenants du régime illégitime qu'on combat.

Des Rituels occultes et magiques sont exécutés de façon discrète et ciblée à cet effet pour agir à distance sur le Psyché, sur le Mental et surtout sur l'Énergie vitale (Ka) de certaines figures-clé dans le sérail du régime cruel et oppressif.

            Des morts subites et mystérieuses frappant certaines figures principales et certains laudateurs alimentaires dans le sérail du violent régime de Faure GNASSINGBÉ à un moment crucial, des accidents mystérieux frappant des partisans fanatiques de ce régime criminel à un moment crucial, des maladies mystérieuses frappant ces sinistres individus de façon inattendue, des scandales et des drames familiaux frappant certains caciques du régime sont intentionnellement provoqués de façon ciblée en recourant discrètement à des Rituels authentiques de la Magie pratique (Dzoka) afin d'affaiblir considérablement le régime ubuesque à travers ces caciques et déstabiliser psychologiquement ses partisans cruels et fanatiques.

Tout le monde peut comprendre à présent que les avalanches des décès subits et la recrudescence des accidents mortels ayant frappé certains caciques du violent régime de Faure GNASSINGBÉ ces derniers temps ne relèvent pas du pur et simple "hasard" ...

Et les partisans cruels de ce violent régime tout comme ses laudateurs alimentaires fanatiques doivent s'attendre au pire dans les semaines et mois à venir, même s'il advenait que Faure GNASSINGBÉ doit s'éclipser subitement à la tête de ce régime, car les processus occultes sont déjà déclenchés par plusieurs Guerriers spirituels en divers endroits et doit provoquer les effets attendus jusqu'à leur terme ...

            Des moyens occultes et magiques sont également déployés de façon ciblée et discrète pour embrouiller sérieusement à distance le Psyché et le Mental de certaines figures-clé du régime afin de les pousser à prendre des décisions irrationnelles, suicidaires et fatales sans se rendre compte que le régime pourrait tomber ainsi dans son propre piège. Il s'agit de pousser ces personnes de façon invisible à commettre des erreurs suicidaires dont l'effet finira par se retourner contre le régime tout entier pour le discréditer aux yeux de tout le monde et pour créer même de graves dissensions internes au sein du régime.

            Les effets concrets de telles Actions occultes à distance sont entre autres des états d'âme "rationnellement" inexplicables de confusion mentale, d'anxiété, d'apathie, de paranoïa, de hallucination que nombre des caciques violents du régime cruel de Faure GNASSINGBÉ connaissent actuellement sans doute et affichent même parfois à travers leurs actes, à travers leurs comportements et leurs propos en public, sans avoir le courage de le reconnaître honnêtement et sans comprendre réellement ce qui leur arrive ....

             Le premier cas illustratif des effets concrets de ces influences occultes à distance sur le Psyché et le Mental de ces caciques du régime est la proposition totalement "irrationnelle" faite par dame Bernadette Balouki-Legzim de couper arbitrairement la connexion internet durant les manifestations pacifiques de la population togolaise. La piètre dame demi-lettrée et ses "coreligionnaires" au sein du cruel régime ténébreux n'ont pas du tout songé au tollé général que leur action allait provoquer à l'échelle planétaire en raison des graves conséquences économiques de cette coupure pour les opérateurs économiques tant nationaux qu'étrangers, pour les institutions étrangères représentées au TOGO ou en liaison avec le TOGO, pour les représentations diplomatiques accréditées au TOGO!

             Le deuxième cas illustratif est la précipitation chaotique avec laquelle Christophe Tchao, Christian Trimua,  David Ekoude Ihou et Gilbert Bawara entre autres ont brandi "leur solution" totalement absurde et irrationnelle de "référendum", avant de réaliser que les conditions ne sont pas remplies pour la tenue d'un tel référendum dans un délai si bref.

             Le troisième cas illustratif de décision contre-productive prise sous des influences occultes par les sieurs Christophe Tchao, Gilbert Bawara et Ingrid Awadé est celui du récent déploiement  suicidaire des violentes milices à la date du 18 octobre 2017 par le régime de Faure GNASSINGBÉ qui sait pourtant très bien que les graves massacres génocidaires commis en 2005 par les mêmes milices au profit personnel de Faure GNASSINGBÉ constituent déjà un grave passif pour lui-même et pour son régime héréditaire qui doit en principe tout faire pour éviter une récidive!

            Qu'on ne soit donc pas surpris que Faure GNASSINGBÉ et ses caciques cruels actuellement très embrouillés (sans le savoir, bien sûr!) en ce moment, vont continuer de multiplier ces erreurs suicidaires qui les poussent chaque jour davantage vers leur effondrement total et irréversible ...

            La Guerre spirituelle va parfois plus loin en recourant à des pratiques occultes de la Haute Magie (Kagbo) pour provoquer en cas de besoin des phénomènes naturels (tempêtes, ouragans, pluies diluviennes et inondations, attaques mortelles d'insectes venimeux ou de reptiles venimeux, etc.) destinés à perturber sérieusement la planification ou l'exécution des actions agressives de ces ennemis ou à perturber leur regroupement ... 

               Quant à ce qui concerne la Guerre médiatique qui consiste dénuder sérieusement le groupe ennemi devant l'opinion publique à travers les Média en se focalisant intensivement sur ses points faibles, sur ses graves erreurs et sur ses plans et stratégies macabres, on peut affirmer sans trop se tromper que le régime ubuesque de Faure GNASSINGBÉ l'a déjà largement perdue, grâce au concours de deux circonstances.

             La première circonstance vient de l'erreur suicidaire commise par certaines pontes du régime de Faure GNASSINGBÉ (sous l'effet des influences occultes sans doute) en optant pour le black out médiatique et pour la censure médiatique radicale, aussi bien envers les organes de média togolais qu'envers la Presse étrangère et internationale.

Le retrait de l'accréditation à la Journaliste française d'origine africaine Emmanuelle SODJI sans raison objective et valable par exemple, a produit plutôt l'effet contraire de ce que le régime espérait, et a amené la Presse étrangère et les réseaux sociaux à braquer davantage leurs projecteurs sur le drame togolais pour dénuder complètement le régime archaïque, cruel et inhumain de Faure GNASSINGBÉ. 

            La deuxième circonstance est liée aux tentatives désespérées du piètre sieur déboussolé Toba TANAMA et de la salope béninoise aux moeurs légères Rekya MADOUGOU tous deux très proches de Faure GNASSINGBÉ qui visaient à redresser la barre dans la Guerre médiatique qu'ils ont visiblement déjà perdue. C'est ainsi que ces deux loubars sulfureux ont mis en place leurs réseaux obscurs pour s'adonner à des calomnies mensongères et manipulatrices sur certaines chaînes de télévision béninoises, pour faire publier à coups de millions de Francs CFA des articles bidons et mensongers dans certains hebdomadaires internationaux, pour déverser des jeunes désoeuvrés sur les réseaux sociaux (Youtube, Facebook et Twitter entre autres) et sur les sites internet togolais afin qu'ils y fassent de la diversion de bas étage ou qu'ils y narguent bêtement les Togolais à travers des mensonges provocateurs. Ils sont même allés dans leurs tentatives désespérées jusqu'à faire créer des sites internet bidons dans l'unique but d'y diffuser des contre-vérités diffamatoires et grotesques sur certaines Personnalités des Partis politiques et sur certains Leaders d'opinion citoyenne au TOGO et dans la Diaspora Togolaise.

             Mais la popularité de plus en plus croissante pour ces Personnalités et pour ces Leaders d'opinion citoyenne à l'échelle nationale et mondiale malgré ces campagnes médiatiques mensongères et diffamatoires ajoutée au battage médiatique de plus en plus intense des Média privés nationaux et de la Presse internationale sur le drame togolais prouve à suffisance que ces tentatives malveillantes du régime cruel et archaïque de Faure GNASSINGBÉ dans la Guerre médiatique ont plutôt produit l'effet contraire! 

            Les Combattants de la Guerre médiatique ont donc tout intérêt à persévérer dans leur engagement patriotique et humanitaire qui produit déjà des résultats très efficaces. 

            La Guerre psychologique quant à elle vise à affaiblir substantiellement l'ennemi en agissant de façon ciblée à travers la Parole, les Écrits et les Images sur la pensée et l'état d'âme de l'ennemi, soit directement sur lui-même ou soit indirectement à travers ses proches et ses intimes.

Il s'agit de harceler de façon très intense certains caciques du régime et leurs proches choisis de façon ciblée en les bombardant de manière massive et collective avec des images agressives et humiliantes, avec des appels téléphoniques agressifs et humiliants, avec des tracts ou des spots agressifs et humiliants exposant sur la place publique des faits peu honorables dans leur vie professionnelle ou privée.

            La Guerre psychologique qui se distingue du simple lynchage médiatique et de la simple diffamation médiatique tire sa Force psychologiquement destructrice de la Véracité des faits négatifs allégués sur la vie professionnelle et privée de l'ennemi à abattre, ajoutée à la Précision stylistique avec laquelle ils sont exposés et au Canal médiatique approprié qui est utilisé pour les diffuser à grande échelle.

            S'il est vrai que certaines initiatives actuellement dirigées contre le sinistre bourreau Damehane YARK et contre ses progénitures montrent que certains Patriotes togolais mènent déjà cette Guerre psychologique, il faut faire remarquer qu'elle n'est pas encore suffisamment intense et ne touche pas encore suffisamment une grande majorité des ennemis du Peuple Togolais qui sont regroupés au sein de la pègre ténébreuse de Faure GNASSINGBÉ.

            Les Psychologues-Guerriers doivent donc intensifier leurs actions, élargir leurs réseaux de Co-Combattants et prendre davantage d'ennemis du Peuple Togolais qui ne cachent même pas leur volonté de nuisance gratuite pour leur cible.

             Quant à la Guerre économique contre un régime cruel et inhumain comme celui de Faure GNASSINGBÉ, elle ne s'inscrit pas dans la logique de la concurrence économique, comme cela se passe habituellement dans le domaine purement économique et commercial.

Elle consiste plutôt à ruiner systématiquement les opérateurs économiques constituant le soutien pour ce régime inique ou prospérant allègrement à son ombre sans vouloir se soucier de sa grave nuisance cynique pour l'Intérêt général et pour les Populations en général.

            Ruiner systématiquement les opérateurs économiques soutenant cyniquement le régime cruel et sanglant de Faure GNASSINGBÉ peut consister à saboter intentionnellement les entrepôts et les cargaisons de marchandises de ces opérateurs économiques indélicats, à saboter intentionnellement les infrastructures de production et de distribution appartenant à ces opérateurs économiques sans scrupules, à faire de la mauvaise propagande pour leurs produits de consommation en mettant en avant la nuisance (réelle ou supposée) de ces produits pour la santé des consommateurs, à encourager la contrefaçon de ces produits afin de casser le monopole détenu par ces opérateurs économiques ....

             La dimension de la Guerre économique demeure malheureusement un terrain en friche à peine exploité dans le contexte actuel au TOGO. En effet, certaines multinationales françaises véreuses qui constituent un soutien cynique de taille pour le régime cruel de Faure GNASSINGBÉ, toutes les sociétés commerciales appartenant aux innombrables maîtresses de ce dernier et aux barons du régime, les multiples sociétés commerciales ou de services dont le clan GNASSINGBÉ et les barons corrompus du régime ubuesque sont les actionnaires monopolistes, certains commerçants grossistes monopolistes ouest-africains aimant pêcher cyniquement en eau trouble au TOGO à travers leur soutien caché au violent régime assassin de Faure GNASSINGBÉ, n'ont pas subi jusqu'aujourd'hui des actions de rétorsion et de représailles significatives.

            Or, leur visibilité ostentatoire et provocatrice ajoutée à la quasi-impossibilité pour leur affecter en permanence et en tous lieux des agents de sécurité en nombre suffisant ou des systèmes de protection infaillibles en tout lieu les exposent librement à toute action de rétorsion et de représailles!

            Il devient donc très impérieux que des Bataillons de Guerriers économiques se forment très rapidement aussi bien au TOGO que dans la sous-région ouest-africaine et partout ailleurs où ces opérateurs économiques cyniques ont leurs ramifications et leurs intérêts, pour appliquer rigoureusement la "méthode du poisson dans une piscine qui s'assèche", afin de neutraliser de façon significative tous ces soutiens économiques de taille pour le violent régime archaïque de Faure GNASSINGBÉ.

             Le volet de la Guerre électronique demeure également un vaste terrain laissé malheureusement en friche dans le contexte actuel au TOGO, quoique les Togolaises et les Togolais (surtout ceux de la Diaspora dans les pays occidentaux) comptent beaucoup de Ressources humaines talentueuses pour mener efficacement une telle guerre à grande échelle.

            La Guerre électronique consiste à prendre d'assaut les infrastructures informatiques du groupe ennemi, à s'infiltrer dans les réseaux informatiques du groupe ennemi, à cibler les serveurs, les équipements informatiques et de télécommunication du groupe ennemi, pour les saboter systématiquement afin d'infliger de lourdes pertes économiques et financières au groupe ennemi, mais aussi lui clouer sérieusement le bec dans sa tentative de communiquer en interne et de communiquer avec l'extérieur.

            Les techniques d'attaque par DDoS, d'attaque par Ramsonware ou de piraterie par Phishing par exemple peuvent être aisément déployées aujourd'hui de façon très intense en tout point du globe en direction des tenants du régime assassin de Faure GNASSINGBÉ et en direction de leurs soutiens cyniques intérieurs et extérieurs, sans grands frais pour les Cyber-Guerriers et sans disposer d'une très grande expertise en Ingénierie informatique!

             S'il est vrai que certaines tentatives récentes d'attaque sur les serveurs de la Télévision Togolaise prouvent qu'il y a une prise de conscience au sein des Patriotes Togolais (surtout au sein de la Diaspora Togolaise Combattante dans les pays occidentaux) pour le recours systématique à la Guerre électronique dans la phase très critique actuelle du drame togolais, il est déplorable qu'elle n'est pas menée jusqu'aujourd'hui de manière plus intense et plus endémique en ciblant avec précision les Points très névralgiques des infrastructures informatiques et des systèmes d'informations du régime archaïque de Faure GNASSINGBÉ et de ses soutiens et suppôts cyniques tant intérieurs qu'extérieurs!  

            Les Patriotes Togolais ayant des connaissances suffisantes en Informatique (et surtout dans le domaine de la Sécurité informatique et des Réseaux informatiques) doivent rapidement prendre en main la Guerre électronique pour la mener très intensivement afin que le régime hautement criminel et dangereux de Faure GNASSINGBÉ puisse être mis rapidement hors d'état de nuire aussi bien pour le Peuple Togolais que pour toute la sous-région ouest-africaine déjà secouée par plusieurs violents soubresauts meurtriers.

             Le dernier volet de la Guerre Invisible Multidimensionnelle est celui de la Guérilla mobile et concerne dans le contexte actuel togolais principalement les Jeunes Patriotes Togolais qui se battent héroïquement sur le Sol Ancestral Togolais et dans les autres pays de la sous-région ouest-africaine où les intérêts vitaux et mirobolants des tenants du régime criminel de Faure GNASSINGBÉ, de ses soutiens cyniques et de ses suppôts saprophytes fleurissent allègrement en appauvrissant et en paupérisant le Peuple Togolais.

             Ces intérêts vitaux colossaux et clairement identifiables vont des super-marchés splendides sous des prête-noms aux complexes hôteliers luxurieux en passant par les sociétés de distribution de produits pétroliers, de distribution de produits de consommation et par les sociétés de courtage immobilier qui sont tous créés sur le dos du pauvre Contribuable togolais.

             Contrairement à l'idée triviale généralement répandue, une Guérilla mobile n'a pas besoin nécessairement d'une base-arrière retranchée de façon permanente dans une forêt ou dans un quartier populaire et encore moins de gigantesques moyens militaires. Comme son nom l'indique, elle fonctionne principalement par le mécanisme de la Mobilité qui lui confère un caractère de Flexibilité et de Présence permanente quasi-invisible en tout lieu. Déjà l'idée de la Présence de cette menace permanente en tout lieu constitue un stress psychologique pour les personnes qui sont conscientes d'être dans le viseur de cette Guérilla mobile capable de les frapper en tout moment!

             Beaucoup de Togolais, et plus particulièrement les jeunes Togolais totalement exaspérés à juste titre, crient très souvent depuis longtemps sur les réseaux sociaux et sur les sites internet qu'il faut leur procurer des armes pour affronter légitimement le régime cruel de terreur de Faure GNASSINGBÉ. Ils ne se rendent pas compte qu'il est pratiquement utopique en l'état actuel des choses d'acheminer clandestinement une cargaison de quincaillerie militaire en direction du TOGO sans tomber dans la gueule du loup! Il ne se rendent pas compte qu'il faut d'importants moyens militaires, logistiques et financiers, si l'on doit affronter un tel régime militaro-clanique cinquantenaire (appuyé par ses alliés néocoloniaux extérieurs) sur son propre terrain favori de la Guerre conventionnelle qu'il souhaite d'ailleurs vivement sous forme de Guerre civile au TOGO et qu'il tente de provoquer cyniquement par tous les moyens depuis longtemps.

            Le TOGO et le Peuple Togolais n'ont pas besoin d'une Guerre civile inutile avant de se débarrasser proprement du vieux régime violent et cruel de Faure Essozimna GNASSINGBÉ.

Et les armes ainsi que les stratégies et moyens militaires et para-militaires pour affronter et évincer militairement ce violent régime sont déjà à la portée de main en réalité. Ils nécessitent simplement d'être identifiés, d'être maîtrisés pour être bien déployés de manière efficace. 

             La faiblesse de la machine militaro-clanique d'apparence très lourde et intimidatrice sur laquelle repose le régime archaïque de Faure GNASSINGBÉ se trouve plutôt dans son incapacité évidente à faire face une véritable Guérilla mobile méthodiquement bien préparée!

             L'efficacité des actions libératrices d'une Guérilla mobile réside dans son recours à des moyens de combat visiblement très simples et dans son organisation méthodique en des Cellules d'Actions semi-autonomes composées chacune de 5 à 6 Guerriers au maximum!

             Les mesures de protection extrême pour les membres de ces Cellules d'Action semi-autonomes sont entre autres:

 

  • La discrétion absolue de l'engagement patriotique de chaque Membre, même vis-à-vis des membres de sa propre famille;

 

  • La forte Confiance mutuelle et la ferme Solidarité de groupe entre les Membres de la Cellule d'Action;

 

  • Le maintien du train de vie quotidien normal, malgré les activités souterraines (la méthode des "Cellules dormantes");

 

  • L'habileté à s'adapter rapidement à un environnement social pour ne pas être traqué en permanence, pour ne pas éveiller des soupçons et pour ne pas être dénoncé aux agents du régime;

 

  • La disponibilité pour une grande mobilité dans la plus grande simplicité (en empruntant les transports en commun ou les engins à deux roues par exemple);

 

  • Les mesures simples et pratiques pour brouiller la traçabilité par GPS des téléphones mobiles éventuellement utilisés (Une de ces mesures simples et pratiques pour brouiller la traçabilité par GPS est brièvement décrite sur Youtube sous le lien https://www.youtube.com/watch?v=Kwo82ranB28 ); éviter au besoin d'avoir les téléphones à proximité pendant les réunions clandestines (pour éviter les risques d'espionnages téléphoniques)!

 

  • Un Langage codé et interne propre aux Membres de la Cellule pour leurs activités.

 

            La répartition des tâches pratiques au sein d'une Cellule d'Action semi-autonome après l'identification collective d'une Cible précise (et seulement une seule à la fois!) ou d'une Personne-cible précise à frapper à un moment précis se présente généralement comme suit:

 

  • Deux Combattant(e)s pour l'Opération flash et surprise de Frappe, suivie de la disparition rapide du lieu de l'Opération sans emporter quoi que ce soit (pour éviter toute traçabilité policière);

 

  • Deux Combattant(e)s pour l'Opération de Veille stratégique et de Soutien tactique avant et durant l'Opération;

 

  • Un/e ou deux Combattant(e)s pour l'Opération de Liaison avec d'autres Cellules parallèles semi-autonomes et avec l'extérieur pour le ravitaillement.

 

            L'Opération de Frappe-éclair demande une préparation minutieuse préalable de l'ensemble des Membres de la Cellule d'Action. Cela commence par le choix de la Personne ciblée, de la Cible et de la date de l'Opération.

            L'Opération de Veille stratégique et de Soutien tactique concerne l'exploration du champ d'Opération en vue d'identifier les risques ou les chances de réussite. Elle se charge également de sécuriser l'environnement durant l'Opération à travers une surveillance impeccable des lieux.

            L'Opération de Liaison porte sur le ravitaillement de la Cellule en Informations pertinentes, très actuelles et stratégiques, mais aussi sur les moyens de subsistance provenant de l'Effort de Guerre fourni par les Sympathisants qui mobilisent leurs soutiens matériels et financiers (principalement au sein de la Diaspora) sous la bannière d'aide humanitaire aux victimes de la barbarie du régime cruel combattu.

Quelques précautions très importantes à prendre par toute Cellule d'Action engagée dans une Guérilla mobile dans le contexte actuel du TOGO peuvent être entre autres les suivantes:

  • Éviter les enlèvements et les prises d'otages! Un pays comme le TOGO est trop petit et est militairement trop quadrillé pour permettre la réussite de telles genres d'action!

 

  • Éviter d'attaquer de façon aveugle et gratuite un Militaire, un Gendarme ou un Policier en faction devant un camp militaire, devant un poste de Gendarmerie ou de Police, car cela est inutile et contre-productif! Ces simples exécutants en faction ne représentent pas l'épicentre du système oppressif de décision, ne sont pas forcément des proches directs des barons du régime et encore moins des objets de valeur appartenant aux barons du régime cruel et corrompu de Faure GNASSINGBÉ. Mais un Militaire, un Gendarme, un Policier ou un Milicien clairement identifiés comme étant quelques uns des meurtriers sans pitié et quelques uns des tortionnaires cruels massacrant allègrement les pauvres Togolaises et Togolais méritent bien sûr de subir des Actions de représailles et de rétorsion à titre individuel. Mais ceci doit se faire de façon isolée et ciblée en dehors de ces lieux précités!

 

  • Éviter toute annonce préalable par tapage médiatique inutile en direction de la Personne ciblée avant de passer à l'acte, et tout mettre en oeuvre pour éviter toute fuite d'informations avant l'Opération!

 

  • Éviter l'indulgence et la pitié envers un baron ciblé du régime en croyant naïvement le prévenir préalablement pour recevoir de l'argent de sa part en contre-partie! Les caciques du cruel régime de Faure GNASSINGBÉ n'ont pas de sentiment pour les autres, ne respectent aucune Vie humaine et ne respectent jamais la Parole donnée! Tout/e Combattant/e qui se livrerait à ce jeu alimentaire par cupidité met sa propre Vie et celle des autres Co-Combattant(e)s gravement en danger!

 

  • Prendre toujours soin de revendiquer l'Action une fois accomplie avec succès au nom de la Cellule d'Action (qu'on peut baptiser par exemple comme "Brigade du Colonel Tepé" ou bien "Peloton du Soldat Amao", ou encore "Bataillon Amorin" en l'honneur de nos Martyrs), en gardant toujours l'Anonymat! Car cette revendication donne du sérieux à l'Acte patriotique posé et le distingue ainsi des actes vulgaires de grand banditisme ou de terrorisme religieux ou idéologique.

            De tout ce qui précède on peut enfin retenir que les Jalons sont clairement posés dans les paragraphes précédents pour la mise en place de Cellules d'Action d'une Guérilla mobile qui ne demande pas de gros moyens financiers, logistiques ou militaires, mais simplement le sang-froid, l'imagination, la vigilance, la réactivité, l'esprit de Patriotisme, le dépassement de soi, et peut-être un peu d'entraînement discret pour certaines actions ...  

            La taille très réduite de telles Cellules d'Action qui doivent opérer sur le terrain au TOGO ou dans d'autres pays ouest-africains permet facilement d'envisager des soutiens directs et discrets  sous forme de "parrainage" de la part des Patriotes Togolais vivant hors d'Afrique. 

 

  1. En Marche pour la Libération du TOGO partout où se trouvent les Patriotes Togolais!

 

            La confiance mutuelle entre les Institutions d'État n'existant plus que de nom au TOGO et l'ensemble des Citoyens togolais est gravement sapée depuis longtemps par la culture de la cruauté, de la violence gratuite, du déni de droit, du mépris, de la spoliation, de la déshumanisation entretenue par le régime de Faure GNASSINGBÉ et dont le summum est atteint aujourd'hui à travers la répétition des massacres à caractère génocidaire par des Milices armées sous sa bénédiction depuis le 19 Août 2017.

            Dès l'instant où cette confiance mutuelle entre Institutions d'État et Citoyens est gravement sapée, le Contrat social garantissant la Paix sociale est aussi gravement compromis et demande que des Actions énergiques et hardies soient entreprises pour pour assainir l'environnement socio-politique et réparer le tissu social et national gravement abîmé.

            Le déploiement délibéré des Milices armées qui sont appuyées dans leurs basses besognes de nettoyages génocidaires par des Militaires, par des Gendarmes et par des Polices du violent régime de Faure GNASSINGBÉ ainsi que leur effraction violente avec des Armes de Guerre (!) dans les domiciles privées des pauvres Populations togolaises sans défense, constituent objectivement des Actes de Guerre qui méritent des Ripostes adéquates par Actes de Guerre!       

             Les Patriotes Togolais sont donc aujourd'hui dans l'obligation patriotique de recourir à tous les moyens partout où ils se trouvent pour procéder à un Acte collectif de Salubrité publique en débarrassant le cruel régime archaïque de Faure GNASSINGBÉ dans les plus brefs délais, aussi bien dans l'intérêt du Peuple Togolais que dans l'intérêt de toute la sous-région ouest-africaine et dans l'intérêt des partenaires et amis du TOGO.

             Les paragraphes précédents ont largement expliqué comment certains volets de la "Guerre Invisible Multidimensionnelle" sont déjà efficacement opérationnels, tandis que d'autres le sont faiblement et tandis que d'autres encore nécessitent d'être rapidement activés.

            Si les Togolaises et les Togolais veulent la Liberté totale, ils doivent absolument se mobiliser partout où ils se trouvent pour mener une Guerre totale et multidimensionnelle avec leurs Bataillons invisibles

            Les volets de la Guerre Invisible et Multidimensionnelle qui ne sont pas encore entièrement opérationnels nécessitent d'être rapidement activés ou intensifiés.

            Une vingtaine de Patriotes Togolais (surtout au sein de la Diaspora dans les pays occidentaux par exemple) ayant des habiletés dans le domaine informatique doivent renforcer les Bataillons déjà opérationnels dans la Guerre électronique en formant leurs Cellules d'Action depuis leur lieu de résidence et depuis leur lieu de travail pour prendre d'assaut à distance les serveurs ainsi que les réseaux et infrastructures informatiques des divers services du régime cruel de Faure GNASSINGBÉ et des opérateurs économiques togolais et étrangers qui le soutiennent dans sa cruauté d'un autre âge.

            Ils doivent le faire à titre de Riposte légitime aux Actes de Guerre répétés du violent régime de Faure GNASSINGBÉ, en nonobstant toute considération juridique ou éthique, puisque le Peuple Togolais est actuellement en guerre!

             Une trentaine de Patriotes Togolais regroupés par exemple en 5 Cellules d'Action de 6 Membres chacune peuvent valablement mener la Guerre économique sur le terrain au TOGO et dans les autres pays de la sous-région ouest-africaine, en organisant des Actes de Sabotage systématiques des sociétés commerciales détenues par les caciques et affidés tant togolais qu'étrangers du violent régime de Faure GNASSINGBÉ. Par diverses méthodes et actions ils doivent saboter systématiquement les marques de leurs produits commerciaux distribués, saboter systématiquement leurs réseaux de distribution commerciale, saboter systématiquement leurs entrepôts et cargaisons tant au TOGO que dans d'autres pays ouest-africains et africains.

            Ils doivent faire tout ceci à titre de Riposte légitime aux Actes de Guerre répétés du violent régime de Faure GNASSINGBÉ, en nonobstant toute considération juridique ou éthique, en raison de leur soutien cynique au régime cruel de Faure GNASSINGBÉ. Ces Ripostes sont des Actes de Guerre légitimes, puisque le Peuple Togolais est actuellement en guerre et en situation de légitime Défense!

             Une trentaine de Patriotes Togolais regroupés par exemple en 5 Cellules d'Action de 6 Membres chacune sont en mesure de mener vaillamment dans différentes localités du TOGO des Représailles violentes, sporadiques et furtives contre des caciques togolais et étrangers du violent régime de Faure GNASSINGBÉ et contre leurs proches immédiats en visant essentiellement leur intégrité physique!

            De telles Actions de Guérilla mobile qui doivent être toujours revendiquées par les Cellules d'Actions respectives pour les démarquer des actes vulgaires de grand banditisme ou de terrorisme ne sont nullement posées au nom d'un Parti politique régulièrement constitué ou au nom d'une Organisation citoyenne officiellement constituée!

            Elles ne doivent pas non plus se passer au cours des manifestations pacifiques organisées par des Partis politiques ou par des collectifs de Mouvements citoyens, même s'il est évident que tous mènent le même Combat patriotique et que certains Combattants peuvent avoir des affinités pour tel ou tel parti politique!

            Ces Actions doivent plutôt être particulièrement dirigées contre les violents Miliciens sans foi ni loi que l'on peut facilement surprendre au dépourvu dans la circulation, en des lieux qu'ils fréquentent habituellement ou en des lieux vers lesquels on peut les attirer dans un traquenard par plusieurs ruses et stratagèmes!

            Elles doivent être particulièrement dirigées de façon ciblée contre certains Hommes et Femmes en Uniforme qui sont excessivement zélés et cruels contre les Populations pour le compte du violent régime de Faure GNASSINGBÉ et dont on connaît d'ailleurs très souvent l'identité, le domicile et les mouvements quasi-quotidiens dans la circulation!

            Elles doivent être particulièrement dirigées contre les proches immédiats de ces violents Miliciens et de ces Hommes et Femmes minoritaires en Uniforme qui sont d'ailleurs bien connus pour leur cruauté.

            Ces Représailles ciblées sont des Actes de Guerre légitimes, puisque le Peuple Togolais est actuellement en guerre et en situation de légitime Défense

            Les moyens matériels de combat dans une Guérilla mobile commencent habituellement avec de simples objets, de simples produits et de simples ustensiles qui sont utilisés avec beaucoup d'intelligence, avec beaucoup de finesse et avec beaucoup d'habileté pour accéder à d'autres matériels de combat plus coercitifs et plus performants. Mais on se sert toujours au départ de ces moyens modestes mais efficaces pour mettre hors d'état de nuire l'ennemi en le prenant en étau de façon isolée ou attirée dans un traquenard, avant d'en arriver éventuellement aux armes à feu qu'on parviendrait à arracher à l'ennemi une fois qu'il est neutralisé.

            Ces moyens élémentaires de combat vont de simples matériaux comme la pierre brute,  comme les cordes à grimper et comme les filets de pêche et de chasse jusqu'aux produits chimiques et pharmaceutiques tels que les acides brûlants, les sprays lacrymogènes, les gouttes somnifères, les armes blanches, les outils de travail tels que les pelles et pioches pour creuser rapidement des nids de poule circonstanciels sur les routes et pistes ou les barricader avec des dalles, les marteaux et burins pour fendre les murs d'entrepôts, les planches cloutées pour dégonfler les pneus des véhicules ennemis ...

            Les appuis et soutiens que ces Cellules d'Action de Guérilla mobile peuvent recevoir de la part des Patriotes Togolais de la Diaspora Togolaise vivant dans les pays occidentaux sont essentiellement d'ordre financier et stratégique ou sont sous forme de soutien moral et médiatique aux Combattants intrépides.

 

            Conclusion.

 

            On peut retenir en définitive de tout ce qui précède que le Concept de Guerre Invisible Multidimensionnelle peut permettre à tout Patriote vivant au TOGO ou hors du TOGO de s'impliquer activement dans le Lutte patriotique de Libération de la Patrie soit en devenant un Combattant actif à niveau précis dans cette Guerre Multidimensionnelle en fonction de ses aptitudes, de ses ressources, de ses relations sociales, de sa disponibilité et de son lieu de résidence, ou soit en soutenant activement l'Effort de Guerre sous forme de contribution en nature ou en argent à travers les structures de Mobilisation citoyenne sérieuses qui sont à l'avant-garde de la Lutte patriotique, en vue de soutenir les divers Combattants et venir en aide aux multiples victimes. 

            Le cas togolais pourrait bien devenir un cas d'école et ouvrir de nouveaux horizons aux Peuples Africains dans la conception endogène de leurs Politiques de Défense et de Sécurité adaptées à leurs réalités socio-culturelles et répondant aux grands défis sécuritaires actuels et futurs.

 

 

            Références bibliographiques pour approfondissement thématique et méthodologique.

 

  1. BRETT, Annabel S.: Liberty, Right and Nature. Individual Rights in Later Scholastic Thought. Cambridge: Cambridge University Press, Collection "Ideas in Context", 1997.
  2. CLAUSEWITZ (von), Claus: Vom Kriege. Berlin: Ferdinand Dümmler Verlag, 1832.
  3. DUFOUR, Alfred: Droits de l'Homme, Droit naturel et Histoire. Paris: Presses Universitaires de France, Collections Les Fondamentaux, 1991.
  4. FERNANDEZ FLORES, Jose Luis: The dissemination of the Law of War. Yearbook 1989-1990. Milano: International Institute De San Remo, Chiffre, 1992.
  5. FREUND, Julien: La Guerre dans les Sociétés modernes. Collection Encyclopédie de La Pléïade, Volume III: "Histoire des Moeurs", Paris: Gallimard. 1927.
  6. GRANDMAISON (De) Thomas Auguste L.: La Petite Guerre: ou Traité du Service des Troupes légères en Campagne. Francfort & Leipzig: Knoch & Esslinger,1756.
  7. HALL, Stephen: The Persistent Spectre: Natural Law, International Order and the Limits of Legal Positivism, EJIL, Volume 12, N° 2, 2001.
  8. MARTENS (De), Frédéric: La Paix et la Guerre. Paris: Rousseau, 1901.
  9. MATTÉI, Jean-Mathieu: Histoire du Droit de la Guerre (1700 - 1819). Aix-Marseille: Presses Universitaires d'Aix-Marseille, 2006.
  10. PUFENDORF, Samuel: Le Droit de la Nature et des Gens. (traduit du néerlandais par Jean Barbeyrac). Amsterdam: Éditions Gerad Kuyer, 1706.
  11. ROLIN Albéric Baron: Le Droit moderne de la Guerre: les principes, les conventions, les usages et les abus, 3 Volumes, Bruxelles: Éditions A. Dewit, 1920/1921.
  12. SIMMEL, Georg: Der Krieg und die geistigen Entscheidungen. Reden und Aufsätze. München/Leizig: Duncker & Humblot: 1917.

 

                                                Lenzburg (SUISSE), le 24 Octobre 2017.

 

[1] Contacts:

PYRAMID OF YEƲE

CH-5400 Baden (SUISSE)

E-mail direct:

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Web personnel:

https://independent.academia.edu/KofiFolikpo

             L'image globalement négative longtemps véhiculée par les Forces Armées Togolaises en tant que dernier rempart et pilier incontournable du violent régime sanguinaire et prédateur de GNASSINGBÉ-père-et-fils qui foule allègrement aux pieds les Droits humains les plus élémentaires et toutes les Lois de la République est assez connue à travers les multiples rapports des Institutions de l'ONU et des Organisations de Défense des Droits humains.

            Les massacres à caractère génocidaire commis en divers endroits au TOGO en 2005 par les Militaires togolais aidés dans leurs basses besognes par des hordes de violents miliciens du régime pour permettre à Faure GNASSINGBÉ de s'accaparer illégitimement et illégalement de la fonction de Chef d'État de fait ont constitué l'objet de plusieurs enquêtes bien documentées qui attendent toujours dans les tiroirs de la Justice internationale et de certaines Juridictions nationales à travers le monde.

            Mais la question brûlante et préoccupante suscitée par cette mauvaise réputation pour l'Institution militaire togolaise va au-delà de la polémique idéologique futile souvent ouverte par certains individus au nom d'un anti-militarisme chauviniste et idiot pour rechercher objectivement les causes lointaines et immédiates de ce dysfonctionnement institutionnel qui a longtemps causé de graves préjudices au vivre ensemble harmonieux.

            Cette question cruciale et fondamentale ne se pose pas en termes de savoir si le TOGO a besoin d'une Armée ou n'en a pas besoin.

Elle consiste plutôt de savoir si cette Institution militaire dont la fondation remonte à l'époque coloniale a été bâtie sur des bases étatiques, politiques et doctrinales saines pour accomplir convenablement les Fonctions régaliennes qui sont les siennes.

Elle consiste de savoir de quel type d'Armée la Nation Togolaise a besoin et si la forme actuelle de l'Armée Togolaise correspond à ce type d'Armée dont le TOGO a réellement besoin pour faire face efficacement aux grands défis sécuritaires actuels et futurs.

Elle consiste de savoir si son Personnel militaire reçoit la Formation militaire adéquate flanquée de la Formation civique adéquate pour bien accomplir les Fonctions régaliennes qui lui incombent, car un Militaire mal formé est un assassin en puissance, comme Feu Thomas Sankara n'a jamais cessé  de le répéter en bon Militaire.

            Trouver les réponses idoines à ces questions cruciales demande qu'un bref regard rétrospectif, objectif et sans complaisance soit jeté sur la genèse et l'évolution de l'Armée Togolaise pour battre préalablement en brèche certains mythes aliénateurs. Ce regard rétrospectif préalable est nécessaire, car l'Histoire militaire du TOGO a été sciemment truffée pendant longtemps de graves contre-vérités destinées d'une part à exercer un grave contrôle mental aliénateur sur le Personnel militaire en activité sous le drapeau, et à camoufler d'autre part les activités ténébreuses et dévastatrices souvent menées sous le couvert de l'ensemble des Forces Armées Togolaises mais qui portent malheureusement de graves préjudices aux intérêts vitaux de la Nation Togolaise, du Peuple Togolais tout entier et des autres Peuples Africains.

            Une initiative sérieuse de Refondation ou de Réhabilitation de l'Institution militaire et tout effort de Libération mentale et psychologique du Militaire togolais ordinaire ne peuvent pas aboutir, si le voile n'est pas préalablement levé sur ces mythes mensongers et aliénateurs qui portent malheureusement un coup très dur à l'implication harmonieuse et patriotique du Militaire togolais dans la vie de la Cité Togolaise.

 

  1. Le critère ethnique comme un simple cache-sexe propagandiste et manipulateur sur le dos des Forces Armées Togolaises sous Gnassingbé-père-et-fils.

 

            Les laudateurs alimentaires de feu Eyadéma GNASSINGBE avaient toujours clamé de son vivant durant les fêtes pompeuses du 13 Janvier que celui-ci "créa" et "forgea" l'Armée Togolaise "à son image" (sic!).

Cette déclaration vaniteuse et flatteuse qui s'apparente à l'affirmation biblique selon laquelle Dieu créa l'Homme à son image, contient une petite demi-vérité à côté de deux gros mensonges.

            Le premier gros mensonge dans cette déclaration porte essentiellement sur la genèse de l'Armée Togolaise faussement attribuée à feu Eyadéma GANSSINGBÉ.

Le deuxième gros mensonge concerne l'attribution fallacieuse de l'accès des Kabiyè au Métier des Armes grâce à l'avènement brutal d'Éyadéma GNASSINGBÉ dès 1963.

            Pour ce qui est du premier gros mensonge, la vérité historique très têtue est que l'Armée Togolaise vit le jour depuis l'époque coloniale allemande (avec l'appellation de "Polizeitruppe"), puis a évolué modestement et graduellement jusqu'aux années 1960 en passant par l'époque coloniale française sous l'appellation de la Garde indigène, d'abord sous mandat de la Société des Nations après le départ des Allemands en 1914, puis sous la tutelle de l'ONU à partir de 1947.

 

            Par décret du 28 Juin 1928, l'administrateur colonial français créa un Corps dénommé Milice indigène, à côté de la Garde indigène déjà existante et issue de la "Polizeitruppe" de l'époque coloniale allemande (Gayibor: 2011).

Ce Corps de Milice indigène dépendait hiérarchiquement du Commandement militaire français du Bataillon Autonome du Dahomey (basé à Ouidah) et assurait des fonctions militaires rudimentaires sur toute l'étendue du territoire.

            Quand le Togo fut placé sous tutelle de l'ONU à partir de 1947, ce Corps de Milice indigène fut transformé en Compagnie d'Infanterie de Fusiliers Voltigeurs (FV) semi-motorisée, toujours sous le Commandement hiérarchique du Bataillon Autonome du Dahomey-Sud (BADS).

Ce Corps d'Infanterie qui était composé en 1947 de 319 Hommes (dont 4 Officiers européens et 13 Sous-Officiers européens) a constitué l'embryon de ce qu'on appelle aujourd'hui l'Armée Togolaise.

            Une Compagnie de Gendarmerie a été créée entre temps à ses côtés pour les besoins de la cause durant la période de la Deuxième Guerre Mondiale, suite à un décret signé le 17 Septembre 1942.

Cette Gendarmerie embryonnaire quant à elle ne comptait que 97 Hommes dont 2 Officiers français de Gendarmerie, 27 Gendarmes français et 68 Auxiliaires togolais de Gendarmerie en 1957 (Gayibor: 2011).

             S'il est vrai que le gros lot des membres de la Milice indigène devenue la Compagnie d'Infanterie des Fusiliers Voltigeurs (FV) était essentiellement recruté par l'administrateur colonial français dans le Cercle de Sokode et dans le Cercle de Mango, le critère déterminant ne reposait pas essentiellement sur l'appartenance ethnique, mais plutôt sur des réalités démographiques et géographiques qui ont été clairement identifiées par le colonisateur allemand dès 1897 (Von Massow: 2014).

En effet, les problèmes cruciaux d'accès permanent aux terres fertiles et cultivables ajoutées aux conditions climatiques précaires dans le Cercle de Sokode (comprenant à l'époque la Région montagneuse de la Kara) et dans le Cercle de Sansane-Mango pour une population en croissance rapide dans tous les Cercles administratifs du Togo allemand, avait conduit l'administrateur colonial allemand à intensifier les recrutements de ces populations dans le secteur des Travaux Publics, dans le secteur des plantations industrielles des régions méridionales et dans le secteur de la Sécurité publique pour ne pas assister plus tard à une explosion démographique dans des espaces géographiques aux ressources vitales limitées (Von Massow: 2014).

            De tout ce qui précède, on conviendra que le TOGO disposait déjà à la date de son indépendance nominale vis-à-vis de l'envahisseur colonial français en 1960 d'une Compagnie d'Infanterie et d'une Compagnie de Gendarmerie qui avaient pris naissance depuis l'époque coloniale allemande pour évoluer progressivement en effectifs et en structures.

Cette Compagnie d'Infanterie et cette Compagnie de Gendarmerie n'étaient pas donc des créations de feu Eyadéma GNASSINGBE, étant donné que celui-ci n'intégra la Compagnie d'Infanterie qu'à la suite de l'assassinat crapuleux qu'il affirma lui-même avoir commis sur la personne du premier Président élu Sylvanus OLYMPIO le 13 Janvier 1963, dans l'unique ambition alimentaire d'être incorporé dans cette Armée embryonnaire déjà existante.

            On conviendra également de tout ce qui précède que feu Eyadéma GNASSINGBE n'est pas celui qui a ouvert la voie aux Kabiyè vers le Métier des Armes, même s'il est vrai que leur recrutement dans l'Armée togolaise s'est accru avec son avènement. 

             En ce qui concerne la demi-vérité sur la boutade selon laquelle l'Armée Togolaise est à l'image d'Eyadéma GNASSINGBE, elle porte d'abord sur le rôle subalterne du Tirailleur colonial alimentaire au service de l'Armée coloniale française.

En effet, les fonctions principales attribuées à l'Armée coloniale en Afrique à sa création consistaient essentiellement au Maintien de l'ordre colonial, au sens propre comme au sens figuré (Blanchard & Glasman: 2012).

Maintenir l'ordre colonial signifiait d'une part faire régner la discipline draconienne et le respect  scrupuleux des lois et règlements arbitraires imposés par l'administrateur colonial (allemand, puis français).

Mais maintenir l'ordre colonial signifiait d'autre part faire préserver les rapports de domination entre l'oppresseur colonial et l'opprimé africain par des moyens de la violence organisée.

             Cela signifie clairement en d'autres termes que l'orientation doctrinale du recrutement et du déploiement des Corps habillés au TOGO depuis l'époque coloniale (allemande, puis française) n'était pas essentiellement axée sur les Fonctions régaliennes de la défense d'un "Territoire national" et d'une "Patrie" en cas d'agressions extérieures, mais était plutôt axée sur la préservation des intérêts de la métropole coloniale (la France) et des liens de domination qu'elle a établi par la violence inouïe avec les colonisés.

La formation rudimentaire inculquée aux Corps habillés était donc essentiellement axée sur cet esprit de Maintien de l'ordre colonial, c'est-à-dire sur une allégeance faite par le Corps habillé à l'oppresseur colonial pour aider ce dernier à se maintenir en place et pour préserver ses intérêts coloniaux, moyennant en retour une rémunération personnelle pour le Corps habillé. 

Le Corps habillé était donc un vulgaire instrument de violence organisée, non pas au service de sa  Patrie ou de sa Nation en Terre africaine, mais plutôt au service de la métropole de l'oppresseur colonial français et au service de son hégémonie coloniale.

             Dans le souci de conserver sa présence militaire hégémonique et oppressive au TOGO comme partout ailleurs en Afrique même après son départ officiel devenu inéluctable, le colonisateur français rebaptisa habilement dès 1958 les "Bataillons d'Infanterie Coloniale" (B.I.C.) en "Bataillons d'Infanterie de Marine" (BIMa) et amadouaient les Indépendantistes africains à signer des accords secrets de "coopération militaire" (sic!) entre la France et les pays africains en voie d'indépendance nominale.

C'est ainsi que le Bataillon Autonome du Dahomey-Sud (BADS) couvrant le Territoire du TOGO devint le 8e Bataillon d'Infanterie de Marine (8e BIMa), tandis que le Bataillon Autonome de la Côte d'Ivoire devint le 5e BIMa et le Bataillon Autonome du Sénégal devint le 7e BIMa.

            Au grand dam du Général Charles de Gaulle et de Jacques Foccart, le Président Sylvanus OLYMPIO (à l'instar du Guinéen Sékou TOURÉ) s'est vivement opposé à ces accords secrets et scélérats qui devraient permettre le maintien de ces Bataillons d'Infanterie Coloniale (B.I.C.) habilement rebaptisés. Son élimination physique afin de permettre le Maintien de l'ordre colonial au TOGO vis-à-vis de la France était donc devenue une option nécessaire et la démobilisation des anciens Combattants togolais de l'Armée coloniale française à la fin de la Guerre d'Algérie et du Vietnam (Indochine) offrait une aubaine pour renforcer ce Bataillon d'Infanterie Coloniale (B.I.C.), tout en abandonnant la dénomination de Bataillon d'Infanterie de Marine (BIMa) pour le désigner désormais comme étant simplement  l'Armée Togolaise.

            Le 10 Juillet 1963, soit juste 6 mois (!) après l'assassinat du Président Sylvanus OLYMPIO dans des conditions obscures, le Comité insurrectionnel (sic!) formé à hussarde le 13 Janvier 1963 pour justifier et revendiquer cet assassinat signa les fameux accords secrets de "coopération militaire" avec la France et ouvrit ainsi la voie à l'absorption massive des anciens Militaires togolais démobilisés de l'Armée coloniale française (dont Etienne Eyadéma GNASSINGBÉ, Emmanuel BODJOLLÉ, Robert ADEWUI et James Yaovi ASSILA entre autres) dans cette Armée embryonnaire (Toulabor: 2009).

Cette Armée Togolaise embryonnaire est ainsi replacée dès 1963 dans le rôle néocolonial de Maintien de l'ordre (néocolonial) au profit de l'Armée néocoloniale française en tant que simple horde de Supplétifs.

            On peut retenir de tout ce qui précède que l'arrivée de feu Eyadéma GNASSINGBE dans l'Armée Togolaise sur la seule volonté hégémonique de ses maîtres coloniaux français en 1963 ne visait qu'à faire perpétuer un mode séculaire de recrutement établi depuis l'école coloniale.

            On peut retenir également que son avènement ne visait qu'à perpétuer l'ordre colonial d'assujettissement et de spoliation établi depuis les années 1920 par l'envahisseur colonial français au détriment des populations togolaises. 

            On peut retenir par ailleurs que le grand souci des concepteurs de cet ordre colonial et néocolonial n'a jamais été l'épanouissement matériel et social de l'ensemble du Personnel militaire utilisé pour son maintien jusqu'à ce jour.

            On peut enfin retenir de tout ce qui précède que la Défense des intérêts supérieurs de la Patrie, la défense de son espace maritime, aérien et terrestre ne se font pas prioritairement dans l'intérêt du Peuple Togolais, mais plutôt de manière extravertie au profit des intérêts géopolitiques et géostratégiques des milieux obscurs néocoloniaux français.

             La seule appartenance à l'ethnie Kabiyè pour se faire enrôler dans l'Armée Togolaise n'a donc jamais été un facteur déterminant pour accéder à un épanouissement socio-économique en tant que Militaire togolais durant le long règne de feu Eyadéma GNASSINGBÉ et de son rejeton Faure Essozimna GNASSINGBÉ.

Cet aspect ethnique dans la composition de l'Armée Togolaise remonte à des réalités démographiques et socio-économiques depuis l'époque coloniale (allemande puis française) et a été fallacieusement utilisé tout simplement pendant longtemps par le violent régime de GNASSINGBE-père-et-fils pour faire croire vis-à-vis de l'extérieur à l'existence d'une "solidarité ethnique" sans faille au sein de l'Armée Togolaise constituant le principal pilier du violent régime. Le régime l'a également utilisé très souvent de façon fallacieuse pour faire croire à certains Natifs Kabiyè naïfs qu'ils seraient des "intouchables" dans la galaxie du régime de terreur et de prédation. 

            Mais les affaires scabreuses de Coup d'État (réel ou imaginaire) ayant concerné le Militaire Kabiyè Boko Bosso dans les années 1970 et ayant concerné le sieur Kpatcha GNASSINGBE (propre demi-frère de Faure GNASSINGBÉ!) en 2009 prouvent à suffisance qu'il n'existe nullement une prétendue "solidarité ethnique" totale et sans faille au sein de l'Armée Togolaise, contrairement aux tentatives récurrentes de manipulation souvent entreprises par le violent régime néocolonial des GNASSINGBÉ pour se maintenir en place contre vents et marrées.      

  

 

  1. Une Milice minoritaire mafieuse au coeur des FAT avec des Pratiques occultes dévastatrices au détriment d'un Personnel militaire spirituellement aliéné.

 

 

            Il a été déjà souligné avec démonstration dans une Publication récente (Folikpo: 2017 [2]) que l'épicentre du violent pouvoir néocolonial exercée par le régime archaïque et décadent de GNASSINGBE-père-et-fils se trouve au sein d'un réseau obscur français de prédation et de spoliation qui ne comprend que le langage de la violence et auquel il faut aussi toujours répondre par le langage de la violence de quelque forme que ce soit, que ce soit au TOGO ou ailleurs.

            Il a été également souligné dans cette Publication que l'exécution des actes criminels de prédation et de spoliation au profit de ce réseau obscur français tant au TOGO que dans d'autres pays africains se passe très souvent sous le couvert des Forces Armées Togolaises au sein desquelles un noyau minoritaire d'Officiers médiocres et hautement mafieux regroupés à travers des liens ataviques, familiaux et occultes autour de la personne de feu Eyadéma GNASSINGBE constitue la véritable cheville ouvrière de ce réseau obscur français.

            Ce qui est très important de préciser sur ce noyau mafieux d'Officiers très proche à feu Eyadéma GNASSINGBE, est qu'une loi d'omerta scellée par un pacte occulte de Sang constitue le fondement ténébreux de leur solidarité dans toutes sortes de vilenies, de cruauté et de crimes odieux.

Des rituels sanglants, violents et inhumains incluant même l'absorption de breuvages dits de "fortification"(sic!) qui sont préparés à base de Sang humain et d'ingrédients provenant de certains fauves féroces, de certains reptiles et de certaines plantes (dont on tait volontiers les noms ici) constituent le ciment de ce pacte occulte hautement secret qui réunit ces Officiers médiocres dans leurs entreprises ténébreuses.

Il s'agit en réalité d'un grave dévoiement de certaines pratiques occultes guerrières issues de certains Terroirs ancestraux africains que ces piètres Officiers de pacotille hautement gloutons et improductifs dévergondent gravement en les ravalant dans le domaine vulgaire de la Sorcellerie (Àdzé) à travers l'usage du Sang humain et d'autres organes humains ...

             Un tel dévoiement conduit naturellement à l'inversion arbitraire et abrupte des Valeurs et des Principes et à l'usage inapproprié de l'Agressivité. C'est ainsi que ces médiocres Officiers de pacotille une fois trempés dans de telles pratiques occultes travesties et galvaudées se croient illusoirement dotés d'une super-puissance illimitée qui les placerait au-dessus de toute Loi militaire, civile, naturelle et même cosmique.

La première conséquence psychique et spirituelle néfaste pour ces individus peu scrupuleux est une inflation démesurée de leur ego qu'ils tentent toujours de placer au-dessus de tout dans leurs relations professionnelles et sociales ainsi que dans leurs activités de groupe.

            On peut comprendre alors à présent pourquoi un climat de tension permanente et de méfiance permanente règnent entre ces médiocres Officiers de pacotille qui sont trempés dans ces pratiques obscures issues de graves travestissements et qui n'hésitent pas de se livrer à des guerres fratricides souterraines très meurtrières à travers des intrigues surréalistes, à travers des délations mensongères et à travers de sordides complots meurtriers.

Les cas les plus illustratifs d'un tel climat délétère et mortifère sont la fin tragique et humiliante de Narcisse Yoma DJOUA et celle de Assani TIDJANI qui furent pourtant parmi les Officiers les plus proches et les plus zélés dans le cercle personnel ténébreux et très restreint de feu Eyadéma GNASSINGBE ...

             La deuxième conséquence néfaste de telles pratiques occultes galvaudées est le grave travestissement de certaines Traditions militaires hautement sacrées telles que la Présentation du Soldat au Drapeau.

            En effet, la cérémonie de Présentation au Drapeau dans la Tradition militaire dans plusieurs pays du monde est une cérémonie solennelle de Prestation de Serment du nouveau Soldat à la Nation qu'il est appelé à défendre et à protéger, en prenant à témoin les Divinités guerrières du Terroir ancestral de cette Nation.

Rome antique par exemple organisait cette cérémonie solennelle dans une vaste plaine dénommée "Champ de Mars" qui était le Sanctuaire sacré de la Divinité guerrière romaine dénommée Mars (en rapport avec les qualités astrologiques de la Planète Mars).

L'Armée française naissante avait hérité cette Tradition militaire de la part des Romains (à travers les Légionnaires romains), l'a intégrée dans son patrimoine vaille que vaille pour finalement la transmettre plus tard aux Armées coloniales et néocoloniales africaines où beaucoup de personnes ignorent même l'origine et la raison d'être de cette cérémonie solennelle.                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

             Un culte bigot de la personnalité autour de feu Eyadéma GNASSINGBE s'est malheureusement instauré dans la cérémonie de Présentation au Drapeau et dans d'autres Rituels militaires dans le contexte militaire togolais depuis des décennies, au point où le Soldat togolais ne prête pas Serment à la Nation Togolaise et encore moins à une quelconque Divinité guerrière du Terroir Ancestral Togolais, mais fait plutôt littéralement une allégeance aveugle et bigote à la personne de feu Eyadéma GNASSINGBE et à son violent régime d'oppression, de spoliation et de prédation (même après sa disparition!).

Voilà le côté occulte dangereux et très subtil dans lequel cette petite minorité mafieuse regroupée autour de feu Eyadéma GNASSINGBE a toujours enfermé les Hommes en Uniforme togolais, souvent à l'insu de ces derniers!

             C'est donc à cause de cet embrigadement spirituel et psychique par ce noyau mafieux et ténébreux au sein de l'Armée Togolaise que le Militaire ordinaire togolais n'a jamais pris son courage à deux mains pour recourir à l'Objection de Conscience qui demeure un Droit humanitaire fondamental pour tout Militaire dans toutes les Armées normales du monde, lorsque ce dernier est arbitrairement poussé par son Supérieur hiérarchique à exécuter des ordres contraires à ses propres convictions éthiques.

             C'est à cause de cet embrigadement spirituel et psychique par ce noyau mafieux et ténébreux au sein de l'Armée Togolaise que le Militaire ordinaire togolais n'a jamais osé revendiquer légitimement ses Droits les plus élémentaires qui sont toujours grossièrement bafoués!

C'est à cause de cet embrigadement spirituel et psychique par ce noyau mafieux et ténébreux au sein de l'Armée Togolaise que le Militaire ordinaire togolais est devenu la risée parmi tous les Militaires ouest-africains, car il n'en faut pas la moitié des graves brimades et injustices subies par les Militaires togolais pour que les garnisons entrent en ébullition par de violentes mutineries dans des pays ouest-africains comme le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire ou le Mali!

 

             Les quelques rares Militaires togolais spirituellement éveillés qui finissent par prendre conscience graduellement des travestissements grossiers et égoïstes de ces Rituels militaires sont soit assassinés dans des conditions obscures ou sont radiés de l'Armée sous des accusations fallacieuses.

            On peut donc comprendre de tout ce qui précède que cette "armée secrète" dans l'Armée Togolaise dont les membres sont pourtant bien connus et clairement identifiables, constitue la véritable pègre violente qui commet ou fait commettre de graves forfaits au profit des milieux obscurs français et à leur propre profit personnel, en jetant ainsi de graves discrédits sur l'ensemble de l'Institution militaire togolaise et même sur leurs commanditaires néocoloniaux français! 

             Le cas d'exemple le plus emblématique cité actuellement dans les milieux militaires de l'ONU est celui du sieur Gnakoude BÉRÉNA de Pya qui appartient à cette "armée secrète" hermétique gratuitement violente au sein des FAT et qui accepta volontiers et bigrement de faire massacrer froidement des centaines de Civils ivoiriens sans défense dans un camp de Réfugiés à Douékoué, dans l'unique but de créer la Terreur et la Psychose généralisée dans tout le pays!

Il est également celui-là qui a fait capturer le Président ivoirien Laurent GBAGBO dans sa résidence présidentielle, sans s'appuyer sur une Procédure judiciaire dûment déclenchée et sans une déclaration de guerre formelle de la part des Forces de l'ONUCI à l'État souverain de la Côte d'Ivoire, puisqu'il n'existait aucun Mandat d'arrêt délivré par la Justice ivoirienne ou par la Justice internationale au moment où il faisait massacrer d'innocentes personnes juste pour faire capturer un Chef d'État contre lequel aucune charge pénale n'était dûment constituée jusque là!

             Les Militaires togolais d'hier et d'aujourd'hui qui sont spirituellement éveillés et qui ont souvent aidé discrètement les Porte-voix citoyens externes comme Notre Organisation citoyenne à lever un pan de voile sur ces graves dysfonctionnements institutionnels à travers nos Publications critiques et objectives sur l'Institution militaire, doivent humblement reconnaître que c'est eux qui font silencieusement, efficacement et courageusement la véritable Révolution militaire depuis l'intérieur pour une véritable Refondation des Forces Armées Togolaises au service de la Nation Togolaise.  

 

 

  1. Comment le Militaire, le Gendarme et le Policier togolais peuvent éveiller ou aiguiser leur Conscience Citoyenne pour l'émergence d'une Armée Togolaise Républicaine.

 

             La volonté délibérée de maintenir les Forces Armées Togolaises dans le rôle vulgaire d'une armée néocoloniale de Supplétifs au service de l'Armée néocoloniale française  pour le "maintien de l'ordre néocolonial" défendant des intérêts obscurs français en Afrique, transparaît à travers l'absence d'une véritable Politique nationale de Défense et de Sécurité clairement définie de manière autonome par les Acteurs politiques, citoyens et militaires togolais dans l'intérêt supérieur de la Nation Togolaise.

             Brailler qu'on souhaite vivre dans une paix de cimetières au Togo n'est pas encore la définition d'une véritable Politique cohérente de Défense et de Sécurité.

             Réduire cyniquement un Peuple sans défense au silence par la terreur des armes et par la violence militaire gratuite en prétextant offrir ainsi la "paix" à ce Peuple, n'est pas du tout la définition d'une véritable Politique de Défense et de Sécurité.

             Faire le trafic de la quincaillerie militaire française en Afrique sous le prétexte fallacieux de "maintien de la paix" (qui n'est rien d'autre que le "maintien de l'ordre néocolonial"!) n'est pas encore la définition d'une véritable Politique cohérente de Défense et de Sécurité.

             Amadouer fallacieusement le gros lot des Militaires togolais avec un texte confus pompeusement dénommé "Statuts des Forces Armées Togolaises", sans en appliquer une seule ligne au profit de ces Militaires, n'est pas encore la définition d'une véritable Politique cohérente de Défense et de Sécurité.

            Une véritable Politique nationale de Défense et de Sécurité d'une Nation est toujours axée sur la protection des intérêts vitaux de la Nation, sur la protection les Ressources vitales nécessaires pour la Vie harmonieuse et pour l'épanouissement harmonieux de tous les Citoyens, sur la sauvegarde de la Dignité et de la Fierté des Citoyennes et Citoyens en tant que Fils et Filles d'une même Nation.

            Sans une véritable Politique de Défense et de Sécurité au profit prioritaire de la Nation, les Forces Armées ne peuvent pas mener leurs activités selon des Doctrines militaires clairement définies et ne peuvent pas mettre leur Personnel militaire dans de bonnes conditions de travail et de vie pour être au service de la Nation toute entière.

            Comme cela a été expliqué plus haut, le premier problème fondamental concernant les Corps Habillés togolais en général et concernant les Forces Armées Togolaises en particulier est l'emprise occulte et psychique que cette minorité mafieuse d'Officiers de pacotille a toujours cherché à exercer sur l'ensemble des Corps Habillés pour les endormir spirituellement afin qu'ils ne réclament pas légitimement de bonnes conditions de travail et de vie dans l'exercice de leurs activités qui devraient être toujours placées dans l'intérêt supérieur de la Nation Togolaise.

            Cette emprise occulte et aliénatrice sur l'Homme togolais ordinaire en Uniforme le ravale malheureusement au rang d'une vulgaire chair à canon pour l'Armée néocoloniale togolaise et française (Folikpo: 2017 [1]), comme l'Armée coloniale française avait cyniquement utilisé par le passé des centaines de milliers de "Tirailleurs nègres" pour libérer l'Europe de sa barbarie inter-européenne congénitale et pour être cyniquement payés en monnaie de singe en retour.

            A ce problème fondamental d'ordre occulte vient s'ajouter le refus délibéré du régime cinquantenaire de GNASSINGBE-père-et-fils de dispenser au Personnel militaire la Formation civique et la Formation militaire adéquates pour faire du Militaire togolais un Citoyen exemplaire.

             Mais on note heureusement que sur le plan de la Prise de Conscience Citoyenne, un éveil timide a commencé à se manifester dans les rangs des Corps Habillés togolais, lorsqu'on observe attentivement par exemple l'Engagement citoyen de certains (anciens) Militaires et Gendarmes togolais accusés à tort ou à raison dans des affaires scabreuses d' "atteinte à la sûreté de l'État".

            Cet Éveil des consciences nécessite d'être encouragé et intensifié à travers un travail pédagogique et un soutien matériel et moral, car le violent régime néocolonial de GNASSINGBÉ-père-et-fils a fait délibérément main basse sur la Formation civique et la Formation professionnelle des Hommes togolais en Uniforme, dans l'espoir vain de les maintenir dans une dépendance éternelle. En effet, les tenants de ce violent régime cynique pensent vraisemblablement qu'un Corps Habillé bien formé sur le plan civique et professionnel constitue sans doute une menace potentielle pour leur régime archaïque fondé sur  la violence gratuite, sur l'oppression, sur la spoliation, sur la manipulation psychologique.

 

 

                                                                                                                                                                            

            Conclusion.

 

 

            Les Togolaises et les Togolais ont crucialement besoin de l'émergence d'une Armée républicaine émanant de toutes les composantes de la société togolaise pour protéger leurs immenses Ressources naturelles et énergétiques vis-à-vis des prédateurs extérieurs, pour les faire fructifier pour eux-mêmes et pour en faire profiter à des nations amies qui se respectent et respectent le Peuple Togolais.

Ils ont besoin d'une Armée légaliste, républicaine et performante pour ne pas se laisser détruire par des mouvements idéologiques violents qui nient la Dignité humaine et les Droits humains fondamentaux.

 Ils en ont besoin pour protéger jalousement leur Patrimoine culturel ancestral cyniquement tourné en dérision dans leur propre pays, mais marchandé à prix d'or à l'extérieur.

            Mais la question centrale concernant la nécessité de l'émergence d'une telle Armée légaliste, républicaine et performante est de savoir de quel type d'Armée le TOGO a-t-il besoin.

            A-t-il besoin d'une Armée de conscription demandant le service militaire obligatoire pour tous les Citoyens masculins ayant atteint l'âge majeur?

            A-t-il d'une Armée de milice demandant que les civils reçoivent des formations militaires à côté de leurs formations professionnelles personnelles pour participer à des missions militaires en cas de besoin?

            A-t-il besoin d'une Armée de métier composée essentiellement de Militaires professionnels qui peuvent être appuyés par des Réservistes en cas de besoin?

             Ces questions fondamentales ne peuvent trouver les réponses adéquates qu'à travers la définition d'une véritable Politique nationale de Défense et de Sécurité qui n'a rien à voir avec la protection rapprochée accordée aux membres d'un violent régime héréditaire et archaïque, et encore moins avec les basses besognes exécutées de manière extravertie en qualité de vulgaire Supplétifs pour l'Armée néocoloniale française.

  

 

 

            Bibliographie.

 

 

  1. ANTHONY, Clayton: Histoire de l'Armée française en Afrique:1830 - 1962. Paris: Albin Michel, 1994. (Paru initialement en 1988 à Londres aux éditions Brassey's sous le titre "France, Soldiers and Africa").

 

  1. BLANCHARD, Emmanuel & GLASMAN, Joël: Le maintien de l'ordre dans l'empire français: une historiographie émergente. In: J.-P. Bat & N. Courtin (éditeurs): Maintenir l'ordre colonial. Afrique, Madagascar, XIXe-XXe siècles. Rennes: Presses Universitaires de Rennes, 2012, pages 11-41.

 

  1. DAMOME, Etienne: Togo, Peuple non violent? In: Revue Outre Terre (diffusé sur carin.info), volume 2, 2005, pages 377-388.

                                                                                                                                                

  1. FOLIKPO, Kofi K.: Le Ministère togolais de la Défense et des Anciens Combattants comme reflet de la Culture de Médiocrité au sein des Forces Armées Togolaises (publié le 23 Août 2005 sur icilome.com sous le lien http://www.icilome.com/nouvelles/news.asp?id=11&idnews=6093).

 

  1. FOLIKPO, Kofi K.: La "Refondation" des FAT selon Faure Essozimna Kodzo GNASSINGBÉ: Renforcement de la terreur militaro-clanique, campagne électoraliste biaisée ou navigation à vue? Décryptage. (Publié le 11 Juillet 2014 sur icibenin.com sous le lien http://www.icibenin.com/nouvelles/viewarticle.asp?idnews=786071).

 

  1. FOLIKPO, Kofi K.: Le juteux Commerce de la Chair à canon sous Gnassingbé-père-et-fils. (Publié le 12 Mars 2017 sur academia.edu sous le lien https://www.academia.edu/31831824/Le_juteux_Commerce_de_la_Chair_%C3%A0_canon_togolaise_sous_Gnassingb%C3%A9-p%C3%A8re_et_Gnassingb%C3%A9-fils ).

 

  1. FOLIKPO, Kofi K.: Comprendre la nature, les structures, les objectifs et le fonctionnement du régime militaro-mafieux de Faure GNASSINGBÉ pour mieux en venir à bout. (Publié le 02 Octobre 2017 sur academia.edu sous le lien https://www.academia.edu/34741389/Bien_comprendre_la_nature_les_structures_les_objectifs_et_le_fonctionnement_du_syst%C3%A8me_militaro-mafieux_incarn%C3%A9_par_Faure_GNASSINGBE_pour_mieux_en_venir_%C3%A0_bout).

 

  1. GAYIBOR, Nicoué L.: L'Histoire des Togolais. Tome 3: des origines aux années 1960. Le Togo sous administration coloniale. Paris/Lomé: Éditions Karthala/Presses de l'UL, 2011.

 

  1. GLASMAN, Joël: Les corps habillés. Genèse des métiers de Police au Togo (1885-1963). Doctorat d'histoire et civilisations. Université de Paris VII-Dénis-Didérot et Université de Leipzig, 2011.

 

  1. MASSOW (von), Valentin: Die Eroberung von Nordtogo 1896 - 1899. Tagebücher und Briefe. (édité et publié par Peter SEEBALD). Falkenberg Verlag, 2014.

 

  1. MORENCY-LAFLAMME, Julien: The Armed Forces as a Political Player: Democratization Processes in Benin and Togo (Publié le 17 Novembre 2012 sur academia.edu).

 

  1. MORENCY-LAFLAMME, Julien: Une Armée démocratique: Étude de l'évolution des relations civilo-militaires au Bénin. (Publié academia.edu ).

 

  1. MORENCY-LAFLAMME, Julien: Weathering the Storm: Ethnic stacking in the security sector and regime maintenance in Togo. (Présentation faite à la Conférence annuelle du European Consortium of Political Research, 2015).

 

  1. MORENCY-LAFLAMME, Julien: A question of trust: Military defection during regime crises in Benin and Togo. In: Democratization, volume 24, 21 september 2017.

 

  1. TOULABOR, Comi: Le "premier accord de partenariat défense" porte-bonheur? (Publié le 1er Avril 2009 sur survie.org sous le lien http://survie.org/billets-d-afrique/2009/179-avril-2009/article/le-premier-accord-de-partenariat ).

 

  1. TOULABOR, Comi: Les Forces Armées Togolaises et le dispositif sécuritaire de contrôle. (Publié le 6 Mars 2017 sur icilome.com sous le lien http://news.icilome.com/?idnews=833904&t=les-forces-armees-togolaises-et-le-dispositif-securitaire-de-controle)

 

 

 

 

            Le Général Charles de Gaulle avait traité l'ONU de "machin" lors d'une conférence de presse en Septembre 1960 à Nantes. C'était au sujet des tentatives de certains milieux obscurs (occidentaux) qui voulaient passer par l'intervention militaire des Casques Bleus (en violation flagrante de la Charte de l'ONU relative à leur déploiement!), pour influencer gravement les affaires intérieures du Congo (aujourd'hui la RDC) durant la guerre civile qui y sévissait à cette époque.

Cet illustre homme politique français défunt trouverait sûrement des expressions encore plus dures et plus percutantes, s'il devrait s'exprimer aujourd'hui sur la Tragédie surréaliste servie à l'Humanité entière par certains piètres bureaucrates alimentaires cachés derrière le vocable vaseux et galvaudé de "communauté internationale".

 

            Lorsque de vulgaires nègres-maison alimentaires et hyper-corrompus se présentent volontiers comme étant la "communauté internationale" (sic!) au service du violent régime archaïque incarné par le minable tyran schizophrène Faure GNASSINGBÉ, on peut affirmer que bon nombre de nègres de l'Afrique néocoloniale travaillant aujourd'hui dans les Organisations régionales et internationales n'ont aucun grain d'Amour-propre, de Respect de soi et des autres, d'Honneur et encore moins de Conscience.

Le piètre Ghanéen incompétent Mohamed Ibn CHAMBAS, la salope Nigérienne aux moeurs légères Aïchatou MINDAOUDOU SOULEYMANE, le Béninois goujat et falot Marcel de SOUZA et le piètre Tchadien Moussa FAKI MAHAMAT appartiennent malheureusement à cette catégorie de sales nègres-maison.

 

 

            Le comportement goujat, irresponsable, stupide, anti-démocratique et anti-républicain de cette brochette de nègres-maison demi-lettrés cités ci-dessus dans la grave Crise togolaise donne parfaitement raison au Président américain Donald Trump qui déclarait récemment que les nègres (en réalité de tels nègres-maison) méritent d'être asservis de nouveau en esclavage, en raison de leur manque criard de Respect de soi, d'Amour-propre, de Bon Sens minimal et d'Éthique minimale.

            Pour ces sales nègres-maison amnésiques de la pire espèce, le Peuple Togolais se résume au violent régime archaïque et assassin de Faure Essozimna GNASSINGBÉ qui leur verse sans doute en catimini des prébendes mirobolantes pour qu'ils étalent sans gêne leur nègrerie dégoûtante à la face du monde entier sans crier gare. Pour eux, les souhaits et desiderata du sale pantin sanguinaire et inculte Faure GNASSINGBÉ sont des ordres impératifs pour l'ensemble des 7 Millions de Togolaises et de Togolais qui doivent s'exécuter sans coup férir.

Pire, ces piètres nègres-maison ronflant encore mentalement dans les caniveaux crasseux du néocolonialisme bureaucratique rétrograde croient très dur qu'il suffit aujourd'hui de brandir en bons nègres écervelés des sigles de l'ONU, de la CEDEAO, de l'UA et de l'OIF à des Millions de Togolaises et de Togolais désabusés par 50 ans de tyrannie, de spoliation, d'oppression et de déshumanisation pour qu'ils soient terrifiés, pour qu'ils ne descendent plus dans les rues et pour qu'ils ne marchent plus vaillamment sur les places fortes de la Nation Togolaise afin d'exiger leurs Droits légitimes à une Vie décente, leur Droit légitime à un véritable État de Droit, leur Droit inaliénable d'avoir des élections transparentes et équitables, leur Droit inaliénable de choisir librement leurs dirigeants sans simulacre!

            Ces piètres nègres-maison croient naïvement que leurs sigles donneraient magiquement l'injonction aux 7 Millions de Togolaises et de Togolais tant au TOGO qu'au sein de la Diaspora Togolaise à travers le monde de se plier subitement en deux devant le minable usurpateur sanguinaire et inconscient Faure Essozimna GNASSINGBÉ que cette pègre internationale leur a violemment imposé dans le Sang depuis 12 ans à travers un sordide complot.

            Ces médiocres nègres-maison feignent sans doute de voir que le Vrai TOGO Profond parle déjà régulièrement et de façon très audible dans les rues du Nord au Sud par centaines de milliers depuis le 19 Août 2017 et n'a pas besoin d'un simulacre de référendum qu'un violent régime archaïque veut exhiber frauduleusement et grossièrement au nom des 7 Millions de Togolaises et de Togolais.

            Ces médiocres nègres-maison feraient mieux de rappeler à leur médiocre bienfaiteur Faure Essozimna GNASSINGBÉ que la creuse coquille constitutionnelle fabriquée nuitamment en 2002 pour servir de tremplin pseudo-légaliste à son violent géniteur défunt et à lui-même ad vitam aeternam ne reflète nullement la Volonté suprême du Peuple Togolais Souverain telle qu'elle est clairement exprimée dans la Constitution massivement plébiscitée par 97% des Togolaises et des Togolais en 1992!

            Ces médiocres nègres-maison feraient mieux d'exhorter leur piètre bienfaiteur à remettre intégralement en place cette Constitution massivement plébiscitée en 1992 pour permettre la mise en place d'un cadre électoral sain, transparent et adéquat avant de vouloir parler d'un hypothétique référendum!

            Ces médiocres nègres-maison feraient mieux de soutenir les Forces Vives et Citoyennes de la Nation Togolaise à oeuvrer pour la confection d'un Fichier électoral propre, fiable et transparent avant de venir recommander un référendum hypothétique au Peuple Togolais!

            Hier en 2005, les mêmes sales nègres-maison arborant les mêmes sigles alimentaires étaient venus dire aux Togolaises et aux Togolais que ces derniers doivent passer les effroyables massacres génocidaires des milliers de victimes innocentes de Février à Avril 2005 en pertes et profits, afin de donner une chance au "petit" (sic!) de "faire ses preuves" (sic!).

Après 12 ans de règne sanglant, mafieux et chaotique, le "petit" (sic!) n'a toujours pas encore trouvé ses "preuves" à faire face au Peuple Togolais et au monde entier, comme l'ancien Président nigérian Olusegun OBASANJO l'avait honnêtement souligné tout récemment devant un parterre de Journalistes internationaux.

            Hier toujours en 2007, les mêmes sales nègres-maison arborant les mêmes sigles alimentaires étaient venus dire aux Togolaises et aux Togolais que le "petit" (sic!) serait capable d'organiser des élections transparentes et crédibles grâce au système très robuste de transmission des résultats en temps réel dénommé VSAT pour le départager avec le Peuple Togolais Souverain qui lui conteste toujours toute bribe de Légitimité. Mais ces nègres-maison avaient trouvé normal que le système très robuste VSAT ayant toujours bien fonctionné sous d'autres cieux tombe exceptionnellement et miraculeusement en panne au TOGO lors du simulacre de scrutin organisé par leur "petit" (sic!).

 

             Hier encore en 2010, les mêmes sales nègres-maison sans conscience ni Amour-propre qui arboraient toujours les mêmes sigles alimentaires avaient trouvé normal que des Militaires et Gendarmes aillent sur ordre du "petit"(sic!) confisquer et détruire brutalement les Procès-verbaux en cours de compilation légitime et légale au Quartier Général de son principal Adversaire durant une élection présidentielle qu'il savait avoir perdue d'avance!

            Hier toujours en 2015, les mêmes nègres-maison pourris arborant les mêmes sigles alimentaires étaient revenus à charge pour pousser les Togolaises et les Togolais à accepter la mort dans l'âme un simulacre d'élection présidentielle orchestré sur la base d'un fichier électoral frauduleusement taillé sur mesure par le minable et ignoble pseudo-expert franco-béninois Clément AGANAHI.

             Aujourd'hui en 2017, on revoit les mêmes sales nègres-maison arrivant avec les mêmes sigles alimentaires pour ordonner à leur "petit" (sic!) d'organiser rapidement sans le consentement du Peuple Togolais Souverain un simulacre de référendum dont les résultats sont déjà prêts dans les laboratoires nauséabonds du pseudo-expert alimentaire franco-béninois Clément AGANAHI afin qu'il puisse se maintenir en place contre la Volonté Suprême du Peuple Togolais Souverain qui réclame massivement et légitimement depuis le 19 Août 2017 dans les rues des villes togolaises et sur les places fortes des campagnes togolaises son DÉPART IMMÉDIAT ET SANS CONDITIONS pour avoir systématiquement ruiné le TOGO pendant 12 ans sur tous les plans!

 

             De tels sales nègres-maison pourris et sans Amour-propre qui aiment afficher allègrement tant de manque de scrupules, tant de manque de probité, tant de déshonneur et tant d'auto-flagellation politico-médiatique humiliante aux yeux du monde entier, sont pourtant très souvent les premiers à se plaindre qu'ils sont traités avec mépris par leurs collègues asiatiques, latino-américains et européens comme de vulgaires gobe-merdes et de vulgaires serpillières au sein de ces Organisations régionales et internationales dont ils arborent les sigles pour des raisons alimentaires.

Comment peut-il d'ailleurs en être autrement, si ces sales nègres-maison hyper-corrompus et sans une bribe d'Éthique n'affichent pas un seul grain d'Amour-propre et de Respect de soi dans leurs actions et déclarations envers les Peuples Souverains, comme ils le démontrent encore une fois au TOGO?

Comment peut-il en être autrement, lorsque tout le monde sait au sein de ces Organisations régionales et internationales que ces sales nègres-maison falots y postulent souvent, non pas pour y faire honnêtement carrière au service du bien-être des Peuples et Nations, mais plutôt juste pour des pots-de-vin et pour le sexe? 

Comment peut-il en être autrement, lorsque ces piètres et sales nègres-maison ne savent pas comment rendre le tablier ou comment présenter des excuses publiques, lorsqu'ils ont commis de graves offenses envers un Peuple tout entier dont ils insultent l'intelligence à travers leurs minables injonctions condescendantes?

 

            En tout état de cause, cette brochette de minables sales nègres-maison qui se prend arrogamment pour le nombril du monde et pour le compas de l'Univers tout entier, doit  comprendre très clairement qu'ils ne sont pas les bienvenus sur le Sol Ancestral Togolais, que ce soit aujourd'hui, demain ou plus tard.

            Tout ce que le Peuple Togolais Souverain dans toutes ses Profondeurs et dans toutes ses composantes ethniques, religieuses, socio-professionnelles et corporatives exige de ces piteux nègres-maison en ce moment crucial de la Renaissance de la Nation Togolaise et des Peuples Africains dans leur ensemble, c'est de tout mettre en oeuvre pour reprendre assez rapidement vers une destination inconnue le colis encombrant que constitue Faure Essozimna GNASSINGBÉ qu'ils avaient violemment imposé aux Togolaises et aux Togolais depuis 2005.

 

 

            Si Faure Essozimna GNASSINGBE est pour eux le pourvoyeur "magnanime" par excellence de pots-de-vin pourris et de prébendes mirobolantes tachées du Sang précieux des milliers de victimes togolaises innocentes, il constitue malheureusement pour des Millions de Togolaises et de Togolais tant sur le Sol Ancestral Togolais qu'au sein de la Diaspora Togolaise Consciente et Constructive à travers le monde une grave Calamité Nationale, une Honte Nationale indicible et une Catastrophe sociale et éthique à l'échelle planétaire à travers sa nature atypique.

 

 

                                                Baden (SUISSE), le 05 Octobre 2017.

 

 

 

[1] Contacts:

PYRAMID OF YEƲE

CH-5600 Baden (SUISSE)

 

E-Mail direct:

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Site web personnel: