samedi, 10 décembre 2016 13:57

Afrique du Sud: Décision de la justice pour les deux Blancs qui avaient enfermé de force un Noir dans un cercueil Featured

Written by
Rate this item
(1 Vote)

illem Oosthuizen et Theo Martins Jacks, respectivement âgés de 28 et 29 ans, ont été arrêtés au début du mois de novembre, suite à la diffusion d’une vidéo amateur dans laquelle ils se veantaient d’avoir humilié Victor Mlotshwa, un ouvrier noir de 27 ans, en août, dans une ferme près de la ville de Middelburg. Les deux fermiers avaient tenté d’enfermer le jeune noir dans un cercueil, question de le ternir en respect.

Conduits devant le juge une nouvelle fois pour solliciter une liberté sous caution, les deux fermiers n’ont pas reçu une suite favorable à leur demande. Le juge Jongilizwe Dumehleli a décidé de maintenir les deux blancs en prison et de rejeter leur demande de libération conditionnelle.

« Ce ne serait pas dans l’intérêt de la justice que les accusés soient libérés sous caution », a indiqué le juge Jongilizwe Dumehleli.

L’on se souvient qu’au moment des faits, on voyait dans une vidéo amateur, un jeune homme noir vivant, forcé par ces deux Blancs de se coucher dans un cercueil. Pendant ce temps, un Blanc portant un chapeau, tentait de refermer le cercueil, tandis que la victime gémissait en essayant de l’empêcher à tout prix de fermer le cercueil.

Cette scène horrible avait particulièrement choqué le peuple sud-africain, dans la mesure où en dehors de l’horreur qu’elle suscitait, avait aussi pour but de réveiller les tristes souvenirs de la ségrégation, 22 ans après la fin officielle du régime raciste de l’apartheid.

 

La vidéo amateur en question dure une vingtaine de seconde. Elle était filmée à partir d’un téléphone portable. l’homme blanc identifié comme étant un fermier s’efforçait à pousser le jeune homme noir qui visiblement était horrifié par ce qui lui arrivait. Le blanc lui intimait l’ordre de rentrer à l’intérieur du cercueil, il voulait y mettre l’essence.

Pendant ce temps, le deuxième homme blanc filmait la scène et menaçait à son tour de «mettre un serpent» sur le jeune homme noir qui se débattait et criait, pendant que le Blanc tentait de fermer le cercueil sur le jeune homme.

 

D’après les témoignages, les faits se sont déroulés dans la province du KwaZulu-Natal, une région où les violences sont courantes dans les fermes.

Read 1153 times Last modified on samedi, 10 décembre 2016 14:19
ERIC  K.  ALOVOR

L`Afrique, le continent noir, mère des continents, est constamment en proie à des difficultés socio-économiques et politiques qui, à bien des égards, transforment ses fils et filles, chez eux, sur leur propre terre natale, en parias et en êtres bannis ou, en terre lointaine d’asile, en citoyens acculturés et de seconde zone.

L’exil est devenu pour nos peuples, surtout les jeunes, une source nourricière potentielle et un choix de survie. Ce paradoxe crée une frustration qui érode l`Afrique et tend à faire de ses processus de démocratie naissante un Mal plutôt qu’un Bien.

Que ferions-nous d’autres et que nous resterait-il de tant d’années d’efforts et de sacrifices, si nous venions à nous égarer définitivement. De la voie de la démocratie ?

Face à cette question existentielle qui nous interpelle tous, notre compatriote Kodjo EPOU tire la sonnette d’alarme et cite : « La démocratie est loin d’être parfaite mais elle demeure le moins mauvais des systèmes » Nous avons plus intérêt à œuvrer pour l’enraciner dans nos mœurs que de la renier en collaborant, contre gains faciles et immédiats, à tout ce qui est sa négation. De nos jours, la Démocratie est un système incontournable. Au point que toute tentative de l’étouffer se révèlera, tôt ou tard, inopérante.

L’initiative de créer Fmliberte répond à cet esprit. Notre mission se projette dans cette perspective. Elle vise donc à consolider chaque jour un peu plus la démocratie dont le nerf est la parole. Ainsi, sur les ondes de Fmliberte, La radio de la Diaspora, il n’existe pas de propos tabou, à l’exception de ceux qui sont dans l’ordre d’attentats à la pudeur, d’attaques personnelles ou de fausses informations. L'idée de rassembler les africains autant que nous le pouvons constitue la trame de nos émissions. Elle n’exclut nullement les critiques, même les plus acerbes, mais elle impose le respect de l'autre dans sa dignité humaine.

Nous restons convaincus que notre investissement en temps et en matériel ne sera pas vain; que les Communautés africaines de l’étranger et l’ensemble de la diaspora africaine apprécieront nos efforts à leur juste valeur. Notre ardent souhait est que Fmliberte, cet outil majeur de communication et de rapprochement soit un véritable tremplin de la Démocratie sur le beau Continent.La vocation de Fmliberte tient en trois mots:

Divertir. Informer. Rassembler.

FM Liberte, l’autre Son de Cloche

Bonne écoute!!

Le Président/Administrateur
Eric K. ALOVOR

www.fmliberte.com

Commentaire