lundi, 03 mars 2014 18:00

TOGO: CST/ Conférence de Presse de ce 26 Juin: La mobilisation populaire continue sur toute l’étendue du territoire .

Written by
Rate this item
(0 votes)

DISCOURS D'OUVERTURE Les vaillants habitants de Lomé et ses environs ainsi que de Tsévié, Atakpamé, Sokodé Kara fortement mobilisés pour appeler le Collectif "SAVE THE TOGO» ont souffert de la répression violente au cours des dernières manifestations de la sécurité des forces.

Revendications légitimes portées par ces événements ont été respectées à la violence policière forte organisée par le gouvernement au pouvoir et dont le point culminant a été atteint avec la profanation de l'église de Saint-Augustin Amoutivé. Abus de répression et leurs conséquences mortelles manifestations de réprimer barbares sur 12, 13 et 14 Juin 2012 à Lomé ont fait plus de 119 blessés, dont 52 cas graves, 78 cas d'arrestations avec 54 personnes visées à la prison civile de Lomé, saisies de biens et dommages. Villes Tsévié, Sokodé et Kara ont également subi des violences policières lors des manifestations du 20 et 21 Juin 2012. Les conséquences les plus désastreuses de ces répressions sont la mort de Mme Yvonne AMEKOUDJI Ameyo Mariette à Lomé et celle de M. Yao Dagbe Komlanvi à Sokodé. En effet, le mardi 12 Juin 2012, Mme AMEKOUDJI Ameyo de 38 ans mère de deux enfants âgés de 10 et 05 ans avant la vente de la face de sa maison, non loin de l'hôtel Sphinx Boulevard Félix Houphouët Boigny, lorsque la police a fait irruption dans la déchirure de ruelle gaz dans toutes les directions. Comme la plupart des gens, elle rentra chez elle pour mettre à l'abri quand une larme grenade explose de gaz et les chutes à la maison. Pris de panique, Mme AMEKOUDJI crise d'hypertension due à l'inhalation de gaz toxiques et a été transporté à l'hôpital universitaire de Tokoin par son mari. Après dix jours d'hospitalisation entre 12 et 22 Juin dans le service de neurologie clinique CHU TOKOIN Mme AMEKOUDJI expira vendredi dernier, 22 Juin, 2012 à environ 17h. A Sokodé, M. Yao Dagbe septuagénaire agent technique d'OTP à la retraite, est décédé dans la nuit du samedi 23 au dimanche 24 Juin 2012 à 02h00 au centre de KPANGALAM de la santé, des suites des coups de pied dans l'estomac et la poitrine, comme troubles forces de sécurité l'ont traité au cours de la répression barbare et aveugle de la manifestation tenue à Sokodé 21 Juin 2012. 's ont commencé quand M. Dagbe a été indexé comme un militant de l'opposition, à proximité de l'Association pour la Lutte contre la conscience de manutention (ALMC) M. . AYEVA Séssérékoua mais il a résisté aux menaces et à l'intimidation jusqu'à sa retraite en 1998. records pour sa pension ont été intentionnellement bloqué pendant des années, croyant qu'ils sont perdus. Malgré les mesures prises par ses compagnons d'armes pour lui permettre de récupérer ses droits avait rien, puis il a appris qu'il est interdit et ne peut pas profiter de sa retraite. Retraité depuis 14 ans.

Read 626 times Last modified on mercredi, 09 juillet 2014 15:06

Commentaire