mardi, 18 novembre 2014 18:00

Présidentielle de 2016 : la vision de Fernand Amoussou pour un Bénin prospère Featured

Written by La Presse du Jour
Rate this item
(0 votes)

Dans le cadre de l’élection présidentielle de 2016 qui se profile à l’horizon, le Général Fernand Amoussou ne perd pas son temps. Il affûte déjà ses âmes en multipliant les descentes sur le terrain.

Le dimanche 16 novembre dernier, c’était avec les opérateurs économiques, véritables moteurs de la croissance et de la création de l’emploi qu’il a échangé sur sa vision pour un Bénin prospère.
Le Général Fernand Amoussou a bel et bien une étoffe de quelqu’un qui peut diriger le Bénin. Sa parfaite connaissance des réalités que vivent les opérateurs économiques de notre pays et les solutions qu’il propose pour l’avènement d’un Bénin véritablement prospère, jouent en tout cas en sa faveur. Les opérateurs économiques qu’il a rencontrés le dimanche dernier à Cotonou n’ont pas tort de trouver en lui le véritable espoir face à la morosité ambiante dans laquelle végètent aujourd’hui les activités économiques au Bénin.

Des indicateurs au rouge


Cela n’est plus un secret pour personne. Notre pays est confronté à un chômage record. Les entreprises souffrent et les entrepreneurs nationaux se sentent abandonnés. Les Béninois n’arrivent plus à vivre du fruit de leur travail. Tout augmente : les soins, le logement, les transports, l’électricité si disponible. La dette intérieure est considérable. Partout, l’insécurité gagne du terrain. Plus grave, notre jeunesse est désemparée, sacrifiée. Pour inverser cette tendance baissière des indicateurs de performance et relancer le Bénin sur le chemin de la prospérité, le Général Fernand Amoussou pense que la première action à mener est d’apporter l’appui conséquent qu’il faut aux opérateurs économiques qui, selon lui, sont un pilier essentiel pour relancer la croissance et créer de l’emploi. Mais de façon concrète en quoi faisant ?

Promouvoir les Pme
Pour véritablement vaincre la pauvreté et le chômage, « la priorité doit être accordée aux petites et moyennes entreprises et au développement rural » a déclaré le Général Amoussou. « L’Etat doit soutenir les entreprises pour qu’elles se développent et puissent créer de la richesse et de l’emploi pour les jeunes. Je ne connais pas de pays dont les gouvernements ne soutiennent pas les entreprises. Le monde a changé. Les États ne peuvent plus offrir de l’emploi aux nombreux jeunes qui sont dans la désespérance. Ceux qui promettent du travail à la pelle aux jeunes ne disent pas la vérité au peuple », a courageusement dit l’ancien fonctionnaire des Nations-Unies. « Le soutien de l’Etat aux entreprises commence par l’amélioration du climat des affaires », pense aussi Fernand Amoussou pour qui, « les hommes et femmes d’affaires, nationaux comme étrangers doivent sentir leurs affaires et leur intégrité physique en sécurité au Bénin ». C’est d’ailleurs selon lui, la condition pour qu’ils investissent dans notre pays pour contribuer à créer la richesse et l’emploi. D’où l’épineuse question de l’amélioration du climat des affaires.


Améliorer le climat des affaires : un ensemble d’actions


Abordant la question relative à l’amélioration du climat des affaires, le Général Fernand Amoussou s’est réjouit du bon qualitatif fait par le Bénin dans le dernier rapport de la Banque Mondiale (le Doieng Business 2015). Cependant, a-t-il dit, il y a des leviers indispensables à actionner. Pour le Général Amoussou en effet, « l’amélioration du climat des affaires passe aussi par une administration efficace qui doit accompagner et faciliter les démarches aux entreprises, et non leur compliquer les choses ». Il pense d’ailleurs qu’il faudrait repenser les procédures administratives pour les rendre plus simples, plus efficaces, plus transparentes. « Certaines mentalités dans l’administration doivent évoluer pour que l’administration et les entrepreneurs deviennent véritablement des partenaires », a souligné le futur candidat à la présidentielle de 2015. Il n’a pas aussi manqué de souligner l’important rôle que devra jouer la justice dans son dispositif pour faire du Bénin un pays où prospère l’activité économique créateur de richesse et d’emploi. Pour le Général Fernand Amoussou, il faudra rendre à la justice toute son indépendance afin qu’elle puisse rendre des décisions crédibles, équitables et surtout respectées par toutes les parties. « Si dans un pays la justice inspire confiance, il n’y a pas raison que ce pays attire les investisseurs étrangers qui s’associeront en toute sécurité à leurs homologues nationaux pour la bonne marche des affaires », a souligné le Général Fernand Amoussou.


Rendre disponible l’énergie en quantité et en qualité


Tout comme le sang qui est pour l’organisme un bien précieux, l’énergie est selon le Général Amoussou un gros facteur de développement. C’est pourquoi selon lui, elle doit être disponible en quantité, en qualité et à bas coût pour booster véritablement le développement économique. « Il nous faut une volonté politique forte et une capacité à mobiliser et surtout à rassurer les investisseurs nationaux et étrangers. Sans l’assurance qu’ils sont dans un pays sérieux dont les dirigeants ont un grand sens de responsabilité, ils n’investiront pas chez nous et nos enfants, nos frères et sœurs continuerons d’être au chômage. Nous devons donc régler courageusement les questions liées à l’énergie en faisant des options claires et non en tâtonnant. Après 54 ans, ce n’est pas normal que le Bénin soit encore dépendant de l’extérieur en matière d’accès à l’énergie électrique », pense l’ancien patron des forces onusiennes en Côte d’Ivoire. Pour le Général Amoussou, la sécurité, l’accès à l’énergie électrique en quantité et en qualité…sont par ailleurs des leviers importants sur lesquels il urge d’agir pour créer la confiance, relancer la croissance et la production et créer de l’emploi.


Adopter une fiscalité souple


Un autre sujet assez important a été abordé par le Général Amoussou au cours de cette rencontre avec les opérateurs économiques. Il est lié au harcèlement fiscal dont sont victimes les hommes d’affaires béninois. Pour lui, « l’impôt ne doit pas être un instrument de punition ou un moyen de chantage, mais un acte de responsabilité dont les opérateurs et les citoyens doivent s’acquitter en conformité avec les textes en vigueur ». Il a plaidé pour que la fiscalité béninoise soit réformée pour plus de simplification, de transparence et d’équité.


Le Général Amoussou a été aussi sensible à la situation que vivent les opérateurs économiques qui n’arrivent pas à se faire payer par l’Etat alors qu’au même moment ce même Etat n’hésite pas à fermer leur entreprise pour non paiement d’impôt. « La dette intérieure est préoccupante. Je me demande comment vous faites pour continuer d’exister. Le paiement des dettes de l’Etat envers les entreprises doit être une priorité afin de ne pas rompre les flux économiques, pense le Général très convaincu de ce que « nous pouvons vivre mieux ».

La Presse du jour

 

 

 

Read 1180 times

Commentaire