lundi, 08 décembre 2014 18:00

Benin: Absence de l’opposition et de la Rb du dialogue politique : le grand fiasco Featured

Written by La Presse du Jour
Rate this item
(0 votes)

Le dialogue politique organisé par le gouvernement le vendredi 5 décembre 2014 a connu un grand fiasco. A la place d’un dialogue, on a eu une discussion entre amis. Le contenu des échanges n’est aussi pas terrible.

Finalement, le gouvernement a donné raison à l’opposition de ne pas participer au dialogue politique. Comme s’ils avaient deviné ce que l’autre appelle le «folklore», l’ensemble des forces de l’opposition, et certains partis de la majorité présidentielle, ont boycotté l’invitation du chef de l’Etat. C’était finalement le grand échec de la rencontre. Et ceci, sur au moins deux plans. Le premier échec de la rencontre vient des participants. Le gouvernement attendait les responsables des partis ou alliances de partis politiques représentés ou non à l’Assemblée nationale ; les membres du bureau de l’Assemblée nationale ; les présidents des Groupes parlementaires de l’Assemblée nationale et les membres du bureau de la Céna et du Cos-Lépi. Vendredi dernier, il n’y avait aucun parti ou alliance de partis de l’opposition. Le Parti du renouveau démocratique (Prd), qui demandait depuis lors le dialogue, a décliné l’offre. Précipitation dans l’organisation, improvisation, non préparation et non concertation des acteurs autour de l’ordre du jour, sont les arguments avancés par le Prd pour ne pas faire le déplacement du palais de la République vendredi dernier. Certains cadres du parti «arc-en-ciel» en étaient même révoltés. La Renaissance du Bénin, parti membre de la majorité présidentielle, qui a un membre au gouvernement, Christian Sossouhounto, a développé pratiquement les mêmes arguments que le Prd. «…La Rb ne saurait s’associer à une entreprise dont les objectifs ne lui paraissent pas clairement définis et à la conception de laquelle, elle n’a été nullement associée…», a écrit la Rb dans un communiqué (voir encadré).
Le second élément de l’échec
La position prise par la Rb est un sérieux revers pour le gouvernement et son chef. Puisque la veille du dialogue, le président de la Rb a reçu le ministre chargé des relations avec les institutions. Malgré cela, la Renaissance du Bénin est restée sur sa décision. Tout comme la plateforme des forces politiques et sociales de progrès. Elle regroupe plus d’une centaine de partis politiques dont certains ont récemment tourné dos à la majorité. Mais avant de briller par leur absence à la rencontre de vendredi, les responsables de la plateforme ont joué le jeu jusqu’au bout. Ils étaient à la rencontre préparatoire de la veille avec les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) et le ministre chargé des relations avec les institutions. Le Prd et la Rb n’y étaient pas. En dehors des partis politiques, on a noté d’importantes absences à la rencontre. Des présidents de groupes parlementaires et des membres du bureau de l’Assemblée nationale. Dans la salle des Ambassadeurs du palais de la République, il n’y avait que des amis du pouvoir. En tout cas pour ce qui en reste. A la place d’un dialogue, ils ont suivi des communications sur la Lépi et la préparation de la Céna pour les élections. Si ceci était un dialogue, cela ne lui ressemble pas du tout. Sur le contenu de la rencontre, c’est aussi raté. Tout ce qui a été dit était su. Cependant, le gouvernement a exprimé sa volonté de poursuivre les échanges avec la classe politique. Si cela peut sauver les meubles prochainement !

COMMUNIQUE DE LA RENAISSANCE DU BENIN
Absence de la Renaissance du Bénin au dialogue politique national: les explications et les propositions du parti

En prélude au dialogue politique national, Monsieur Léhady Vinagnon Soglo, Président du parti la Renaissance du Bénin (RB) a reçu en audience, le jeudi 4 décembre 2014, le Ministre Chargé des Relations avec les Institutions, Monsieur Gustave Sonon.
La visite du Ministre avait pour but d’inviter la Renaissance du Bénin à participer à ce dialogue politique, prévu pour le lendemain vendredi 5 décembre 2014.
La direction de la Renaissance du Bénin félicite le gouvernement pour cette initiative patriotique.
Néanmoins, la RB ne saurait s’associer à une entreprise dont les objectifs ne lui paraissent pas clairement définis et à la conception de laquelle, elle n’a été nullement associée.
La RB reconnait la nécessité d’un cadre de concertation entre les forces politiques, qui à des échéances régulières, pourra initier des rencontres dont l’ordre du jour est centré sur les questions épineuses qui se posent à la nation comme aujourd’hui les menaces qui pèsent sur le processus électoral.
C’est pourquoi la Renaissance du Bénin réitère sa position pour l’organisation et le succès d’un prochain dialogue politique à travers :
1- La mise en place d’un comité préparatoire regroupant toutes les forces démocratiques dont notamment les partis politiques représentés à l’Assemblée nationale ;
2- L’élaboration de Termes de Références clairs avec un ordre du jour précis et un chronogramme de mise en œuvre pour sortir de la situation d’impasse que connait le processus électoral.
Fait à Cotonou, le dimanche 7 décembre 2014

Pr le Président de la Renaissance du Bénin
& P.O. le Secrétaire Exécutif National
Luc Sètondji ATROKPO

Honorable Lazare Sèhouéto, membre de la plateforme
«La Plate-forme a initié une marche le 29 octobre, pour appuyer des propositions devant nous sortir le pays de l’impasse. Le gouvernement à mis un mois à ignorer nos propositions. Nous avons projeté une nouvelle marche pour le 11 décembre et demandé un dialogue politique autour de nos préoccupations. Le gouvernement qui ne veut pas mettre ces préoccupations au cœur d’une discussion préparatoire sérieuse à préféré inviter du monde au Palais de la République pour se livrer à un folklore qui ne trompe plus personne. Nous sommes et restons disponibles pour un dialogue politique bien préparé et débouchant sur des conclusions claires apportant des réponses à nos préoccupations dont la principale est relative à la mise à disposition d’une liste électorale et l’organisation des communales des Février Mars prochain puis des autres élections à bonne date. Nous sommes aussi préoccupés par les questions de droits civiques et politiques des citoyens, ainsi que de leurs droits sociaux et économiques. Nous sommes prêts à décliner toutes ces préoccupations et à discuter les conditions et modalités pratiques de leur résolution. Mais nous ne voulons pas servir de décor à un monologue démagogique fait de promesses sans lendemain». L
Jean-Marie Sèdolo

Read 1111 times

Commentaire