Print this page
samedi, 14 mars 2015 19:00

Burkina: Me Bénéwendé Sankara demande le déferrement de Blaise Compaoré à la MACO Featured

Written by
Rate this item
(0 votes)

Lors de leurs récentes sorties médiatiques, certaines organisations de la société civile et partis politiques, il a été demandé aux autorités de la Transition de clarifier le statut de l’ex président du Burkina, Blaise Compaoré. Radio Oméga a tendu son micro, ce jeudi 13 mars, à Me Bénéwendé Sankara, Clément Sawadogo et Tahirou Barry.

De prime abord, Clément Sawadogo admet que quand un chef d’Etat a quitté le pouvoir, évidemment, il peut être refugié dans un pays et les droits de l’homme protègent tout le monde. Mais le hic, selon le secrétaire général du MPP est « qu’il (lBlaise Compaoré, ndlr) ne veuille pas s’astreindre à un statut pur de refugié, en continuant d’alimenter ou de faire alimenter l’idée qu’il revienne encore ».

Pour lui, il faut que le statut de la présence de Blaise Compaoré en Côte d’ivoire soit clarifié. « Si c’est un acteur politique qui a trouvé une nouvelle base d’appui pour agir politiquement, il faut en ce moment que les autorités de la transition engagent une discussion ouverte avec nos frères qui dirigent la Côte d’ivoire », a-t-il demandé.
Et à Tahirou Barry, président du PAREN de s’interroger : « A quel titre Blaise Compaoré se trouve en Côte d’ivoire ? Est-il là-bas en tant que vacancier, exilé ou réfugier politique ? ». Sur le sujet du statut de Blaise Compaoré, le président du PAREN se veut clair : « sa présence influera directement ou indirectement dans la conduite de la Transition ».

« Qu’il soit rapatrié là où il a mis l’enfer »

Me Bénéwendé Sankara est plus incisif quant à lui. Il demande le déferrement de Blaise Compaoré à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO). « Le statut de Blaise Compaoré est connu. C’est celui d’être à la disposition de la justice de son pays.
Il n’y a pas d’autre statut que de lancer un mandat d’amener à l'encontre de monsieur Blaise Compaoré et de le déférer à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou », a avancé le président de l’UNIR/PS.

Me Sankara refuse de tourner autour du pot : « Si nos autorités peuvent être menacées à l’ambassade en Côte d’ivoire, c’est parce que Blaise Compaoré est là-bas dans sa belle-famille pour tirer les ficelles (…)
C’est le droit du peuple burkinabè d’exiger qu’il soit rapatrié là où il a mis l’enfer. Qu’on nous le ramène et qu’il soit jugé conformément à la loi de son pays », a conclu Me Sankara.

Source: OMEGA FM

Read 1304 times