dimanche, 08 novembre 2015 18:00

Spectaculaire « évasion » à la grande prison de Conakry : Comme dans le film Prison Break Featured

Written by
Rate this item
(0 votes)

Spectaculaire « évasion » à la grande prison de Conakry : Comme dans le film Prison Break Alors que des rumeurs persistantes font état d’une éventuelle grâce présidentielle

pour une catégorie de prisonniers, les habitants de Conakry se sont réveillés par l’annonce d’une spectaculaire tentative d’évasion au sein de la plus grande prison de Conakry. Difficile d’expliquer les dessous mais des zones d’ombre sont encore sans réponse.

Sans être cynique, il est important de préciser que cette curieuse tentative d’évasion rappelle non seulement le nom d’un grand groupe de rap très célèbre de Conakry, « les Prisonniers révoltés », avec leur chanson fétiche : « on va tout déballer » en poular.

Mais également le feuilleton télévisé américain « Prison Break » ou la Grande évasion au Québec. Cependant, dans le cas de la prison de Coronthie, il s’agira de dire, heureusement qu’une information judiciaire est ouverte, qui a joué le rôle de Michael Scolfield, l’ingénieur surdoué, qui a conçu le joli plan pour faire évader son frère.

Ce parallèle est d’autant important qu’au sein de la prison centrale de Conakry, loin de la fiction, il y a le groupe des condamnés pour avoir participé à la tentative d’attaque de la résidence privée présidentielle, ainsi que d’autres bandits de grand chemin.

En attendant les explications convaincantes des autorités, il est important de rappeler deux choses. Premièrement, quand en mars 2015, Guinéenews a diffusé l’interview de Junior, depuis sa cellule, le garde des sceaux était sorti dans la presse pour nous menacer.

Curieusement, sept mois après, l’on s’aperçoit aisément que les prisonniers de Coronthie n’ont pas que des téléphones seulement, mais probablement des armes aussi.

Deuxième détail, cette tentative d’évasion donne raison au ministre des droits de l’homme, Gassama Diaby, qui avait dénoncé il y a de cela deux ans, la surpopulation dans les centres pénitenciers, les conditions de détention déplorables des prisonniers.

On le sait, les prisonniers sont entassés dans les cellules sans jugement, certains pour des délits mineurs. Un jour, excédé par leur condition carcérale, ils se révoltent à Mamou, à Télimélé, à Mali et à Conakry. Et nos autorités sont étonnées qu’ils se révoltent.

Première interrogation, comment les vigiles ont pu dormir jusqu’à ce que les bagnards en fuite aient percé un gros trou à travers la cour comme Scofield dans Fox River ?

Deuxième zone d’ombre, s’il ya eu des blessés dans le camp des services pénitenciers comme dans les rangs des prisonniers, comment ces derniers ont-ils pu s’armer ?

Autres questions, comment des prisonniers ont pu s’organiser dans la plus grande prison de Conakry pour s’évader un lundi ouvrable et mouvementé, de surcroît le matin ?

« Un week-end, l’opinion aurait compris. Profitant de la pluie, les prétextes auraient suffi. Profitant des délestages électriques, personne n’aurait contesté. Après la grâce présidentielle, on aurait compris l’attitude de certains prisonniers lésés », a confié un citoyen.

Guine News

Read 4936 times

Commentaire