vendredi, 14 novembre 2014 18:00

Togo: Ahoomey-Zunu, où sont les comptes de la CAN 2013 ? Featured

Rate this item
(0 votes)

Il est certes vrai que Monsieur le Premier Ministre, Arthème Ahoomey-Zunu a été longtemps indisposé, plus de trois mois passés à l’hôpital en France. Et Dieu merci que depuis fin décembre qu’il a regagné Lomé et son contrôle en janvier, l’on ne parle plus de sa maladie.

C’est donc dire qu’il retrouve peu à peu toutes ses facultés et ses aptitudes même si beaucoup de togolaise pensent qu’il est vraiment diminué dans ses performances actuelles à la tête du gouvernement.

Qu’à cela ne tienne, l’on ne peut que se réjouir de ce que le Premier Ministre est encore à son poste et qu’il doit de ce fait, poursuivre la mission qui est la sienne.


Et lorsque nous parlons de « poursuivre », nous entendons justement le fait pour le fils de Kpélé Tchavié d’instaurer un fil conducteur dans l’action qu’il mène à la tête du gouvernement, d’assumer les dossiers de l’Etat, mais surtout aussi de matérialiser ses promesses vis-à-vis du peuple togolais.

De ce point de vue, il convient de rappeler qu’en début d’année dernière, le Togo avait participé à la coupe d’Afrique des Nations qui s’est tenue en Afrique du Sud du 19 janvier au 10 février.

A l’époque, un comité ad hoc, chargé de collecter des ressources auprès des entreprises et du contribuable togolais en vue de soutenir l’équipe nationale, était mis en place et ce comité était justement chapoté par le Premier Ministre en sa qualité de président du comité de supervision.

Voilà qui avait motivé beaucoup d’entreprises d’Etat comme privées ainsi que le contribuable togolais à mettre la main dans la poche pour contribuer significativement à l’organisation efficiente du voyage et du séjour de nos ambassadeurs en Afrique du sud.


Pour être honnête, le pari d’une participation des éperviers a été réussi puisque, pour la première fois le Togo avait franchi le premier tour avant d’être éliminé de justesse en quart de finales.

L’on s’attendait alors que nos éperviers regagnent Lomé dès le lendemain de leur défaite comme c’est toujours le cas pour toutes les équipes dont la participation connait un frein en cours de compétition. Mais patatras !!! Les « togolaiseries » ont refait surface en Afrique du Sud et le Togo s’est littéralement exposé à la face du monde par ses errements et sa navigation à vue.

Pendant 72heures, la délégation togolaise va dormir à l’air libre, dans les halls des aéroports sud-africains, faute d’avion pour la ramener au bercail.

Le capitaine des éperviers, Adébayor Shéyi qui devrait impérativement rejoindre son équipe en Angleterre dans les 48heures, accusera un retard de près d’une semaine qui sera sanctionné par une colossale amende de plus de 100 millions de fcfa. Ces sous ne lui seront jamais remboursés malgré les promesses fermes qu’il a reçues au plus haut niveau de l’appareil de l’Etat.

Ainsi donc, de tergiversations en tergiversations, la délégation togolaise finira par arriver à Lomé dans une morosité totale. Les joueurs boycotteront tous, le bain de foule que le gouvernement a voulu leur faire prendre.

Mais le Premier Ministre fera tout, pour convoyer l’équipe à la primature où quelques baguettes de brochettes et sandwichs ainsi que des cannettes leur ont été servis.

Là, devant les joueurs et les journalistes, Arthème Sélégodji Ahoomey-Zunu fera une vraie bourde communicationnelle en félicitant les membres du comité pour leur travail remarquable qui a parmi une bonne participation de l’équipe togolaise à la CAN, pour ensuite nuancer que seul l’avionneur avait joué des tours au comité. Quelle lâcheté ! Quelle irresponsabilité !!!

Et pourtant, il avait en face de lui des joueurs et une délégation meurtris par la fatigue et toute l’humiliation qu’ils ont subies des jours durant.

Il avait aussi en face, un peuple parfaitement révolté par l’amateurisme, l’incapacité, l’incompétence, la cupidité et la gloutonnerie dont les dirigeants de notre pays venaient encore de faire montre dans l’organisation de ce voyage des éperviers en Afrique du Sud.


Mais passons, car le plus intéressant est encore devant.

Acculé particulièrement par une presse très critique et probablement par son patron qui, selon les dire, a été tout aussi déçu de la manière dont son premier ministre a géré ce dossier, Ahoomey-Zunu a cru bon de faire une promesse ferme, celle de faire un compte rendu franc et détaillé sur les contributions qui ont permis de prendre en charge le séjour de la délégation togolaise en Afrique du Sud.

Il avait juré devant micros et caméras, que tout serait connu du peuple dans un bref délai. Il est même allé plus loin pour affirmer que lui Ahoomey-Zunu, entendait désormais instaurer une nouvelle culture d’honnêteté et du compte rendu au Togo.

Le message est bien passé et tous les togolais l’ont noté. Dans la foulée, l’audit du rapport dressé par le comité a été confié à deux cabinets qui devraient les analyser et les certifier avant leur publication. C’est précisément à cette étape que ce dossier est resté sans suite.


Et, plus d’un an après, Monsieur le Premier Ministre n’a pas encore compris qu’il se doit de rendre compte au peuple togolais de ce qu’il en retourne.

Curieux n’est-ce pas ? Alors monsieur Ahoomey-Zunu qu’est-ce qui vous a empêché de tenir parole ? Auriez-vous eu de la part du barbu de Womé quelques pots de vin qui vous contraignent au silence, de peur de vous faire harakiri ?

Combien les togolais ont-ils cotisé pour faire participer les éperviers à la CAN et comment cet argent a été utilisé ? La question est à vous monsieur le Premier Ministre.

Si vous avez fait du dilatoire votre sport favori en politique, évitez au moins d’en faire autant au sport. Le peuple attend impatiemment vos comptes, même des années après.


Source: Togo Infos

 

 

Read 1010 times

Commentaire