mardi, 28 mars 2017 07:37

Diaspora Togolaise : Une Fidélité à la République Featured

Written by
Rate this item
(0 votes)



Il n’existe pas une industrie du faux dans la Diaspora togolaise. Très majoritairement, la Diaspora togolaise est républicaine et
adhère pleinement au devoir de restituer la dignité aux citoyens du Togo. Le temps est bien venu d’en arriver à l’essentiel :
consolider ce consensus majoritaire d’une alternance politique. Le Togo n’est pas une dynastie… Le Togo doit redevenir une
République… Le Togo doit sortir de son accoutumance à l’inacceptable humiliation et au prie-Dieu de tout un peuple.

Il n’existe pas une industrie du faux dans la Diaspora togolaise. Très majoritairement, la Diaspora togolaise est républicaine et adhère pleinement au devoir de restituer la dignité aux citoyens du Togo. Le temps est bien venu d’en arriver à l’essentiel : consolider ce consensus majoritaire d’une alternance politique. Le Togo n’est pas une dynastie… Le Togo doit redevenir une République… Le Togo doit sortir de son accoutumance à l’inacceptable humiliation et au prie-Dieu de tout un peuple.

 

L’histoire de la Diaspora togolaise s’est toujours écrite à l’encre de l’authentique engagement politique.  Ceux et celles qui y ont toujours œuvré peuvent en témoigner. Les imitations qui ont pu émerger par moment ici et là dans la Diaspora, par temps brumeux, sous le prétexte fallacieux d’associations apolitiques prétendument indépendantes ou au-dessus des partis politiques, n’ont jamais su prospérer. La Diaspora togolaise a véritablement un parti pris : le parti pris de la dignité humaine.

 

Il en existe encore, de ces organisations de la Diaspora togolaise qui se demandent toujours si elles doivent être politiques ou apolitiques; elles stagnent, elles angoissent, elles déclinent, elles se prennent pour ce qu’elles ne sont pas. À différentes occasions, à Gatineau ou à Montréal particulièrement, la Diaspora togolaise avait eu à lever toutes les équivoques, déconstruire tous les mythes de sa prétendue division sur la question politique au Togo.

 

Le bobo togolais est politique avant d’être toute autre chose sociale, économique, institutionnelle, personnelle, etc. C’est un si clair diagnostic qui appelle un engagement véritablement politique, sur le front du changement et de la reconquête de cette dignité des Togolaises et des Togolais, aussi longtemps bafouée.

 

Davantage encore, l’adhésion à la République et à un Togo nouveau devient un impératif catégorique. Toutes les imitations sophistiquées d’apparence innocente, toutes ces imitations alambiquées portées par d’invraisemblables antagonismes de personnes et de perspectives, n’ont jamais pu venir à bout de la vigilance, de la rigueur et des intelligences immanentes à la Diaspora togolaise. L’art de la marionnette et l’âge de la couardise dissimulée n’ont jamais su définir la Diaspora togolaise.

 

Chicago comme prologue

 

Il y a lieu de saluer cette fidélité à la République; une véracité qui toujours s’est enracinée dans la Diaspora togolaise. Le Togo doit changer, et la « Terre de nos aïeux » doit passer à la démocratie. C’est sur un tel socle de longue fertilité républicaine que s’élève le Consensus  de Chicago ensemencé depuis les légendaires terres canadiennes ou tant d’initiatives généreuses ont  toujours fondé la Diaspora togolaise. Solidement, et rien de moins!

 

Jour après jour, nuit après nuit, le Consensus de Chicago, a été pensé, nourri, et mis en branle avec cette détermination que la Diaspora togolaise doit se donner une présence éminemment politique. Chicago n’est donc qu’une étape; l’étape de l’affirmation d’une orientation et d’une direction. Chicago n’est qu’un début; le début d’un autre investissement de la Diaspora dans la nécessaire construction d’un solide pont vers le changement au Togo.

 

Après les proches Ghana, Bénin et Burkina Faso, à la suite de la lointaine Gambie, la preuve est faite avec une inébranlable assiduité, qu’aucune fatalité sociohistorique n’existe pour que le Togo demeure un potentat confisqué de manière aussi ostentatoire par une caste, et de façon aussi déshumanisante pour le reste de la population. La Diaspora togolaise est véritablement prête à cet engagement aux côtés de toutes les entités républicaines pour huiler la bascule de la démocratie, de la réconciliation et du développement.

 

Aux portes du Togo attendent, trop longtemps, la démocratie, la réconciliation et le développement. C’est avec tout cela que le Togo et ses citoyens ont rendez-vous. Le retard ainsi accumulé pour si longtemps n’est plus justifiable dans le contexte d’un monde en pleine mutation et pour un pays désireux d’appartenir à son époque : franchir l’obstacle dictature en définissant le Togo que nous, Diaspora, voulons et sommes prêts à contribuer à la place du pays actuel qui ne fait la fierté de personne. Personne n’aidera à la démocratie au Togo à la place de ses citoyens eux-mêmes. Le Consensus de Chicago l’a bien compris. Et ses résultats sont attendus dans un mois, jour pour jour, détermination pour détermination

Pierre S. Adjété
Québec, Canada
●29 mars 2017●

Read 212 times
ERIC  K.  ALOVOR

L`Afrique, le continent noir, mère des continents, est constamment en proie à des difficultés socio-économiques et politiques qui, à bien des égards, transforment ses fils et filles, chez eux, sur leur propre terre natale, en parias et en êtres bannis ou, en terre lointaine d’asile, en citoyens acculturés et de seconde zone.

L’exil est devenu pour nos peuples, surtout les jeunes, une source nourricière potentielle et un choix de survie. Ce paradoxe crée une frustration qui érode l`Afrique et tend à faire de ses processus de démocratie naissante un Mal plutôt qu’un Bien.

Que ferions-nous d’autres et que nous resterait-il de tant d’années d’efforts et de sacrifices, si nous venions à nous égarer définitivement. De la voie de la démocratie ?

Face à cette question existentielle qui nous interpelle tous, notre compatriote Kodjo EPOU tire la sonnette d’alarme et cite : « La démocratie est loin d’être parfaite mais elle demeure le moins mauvais des systèmes » Nous avons plus intérêt à œuvrer pour l’enraciner dans nos mœurs que de la renier en collaborant, contre gains faciles et immédiats, à tout ce qui est sa négation. De nos jours, la Démocratie est un système incontournable. Au point que toute tentative de l’étouffer se révèlera, tôt ou tard, inopérante.

L’initiative de créer Fmliberte répond à cet esprit. Notre mission se projette dans cette perspective. Elle vise donc à consolider chaque jour un peu plus la démocratie dont le nerf est la parole. Ainsi, sur les ondes de Fmliberte, La radio de la Diaspora, il n’existe pas de propos tabou, à l’exception de ceux qui sont dans l’ordre d’attentats à la pudeur, d’attaques personnelles ou de fausses informations. L'idée de rassembler les africains autant que nous le pouvons constitue la trame de nos émissions. Elle n’exclut nullement les critiques, même les plus acerbes, mais elle impose le respect de l'autre dans sa dignité humaine.

Nous restons convaincus que notre investissement en temps et en matériel ne sera pas vain; que les Communautés africaines de l’étranger et l’ensemble de la diaspora africaine apprécieront nos efforts à leur juste valeur. Notre ardent souhait est que Fmliberte, cet outil majeur de communication et de rapprochement soit un véritable tremplin de la Démocratie sur le beau Continent.La vocation de Fmliberte tient en trois mots:

Divertir. Informer. Rassembler.

FM Liberte, l’autre Son de Cloche

Bonne écoute!!

Le Président/Administrateur
Eric K. ALOVOR

www.fmliberte.com

Commentaire