mercredi, 04 octobre 2017 15:17

Guinée: L’opposition guinéenne a rempli les deux grandes routes de Conakry Featured

Written by
Rate this item
(0 votes)

La marche de l’opposition Guinéenne prévue ce mercredi 4 octobre s’est tenue et à Conakry et à l’intérieur du pays, le chef de fil de l’opposition s’est réjoui de la mobilisation sur l’autoroute Fidel Castro et sur la route le prince.

Face aux journalistes Cellou Dalein Diallo n’a pas cassé sa satisfaction pour la réussite de cette marche qui a été interdite par le gouverneur de la ville de Conakry le General Mathurin Bangoura et autorisée tard la nuit du 3 octobre 2017  par le président Alpha condé. « Ma satisfaction est à double titre d’abord, la mobilisation des militants et sympathisants c’était une marée humaine, mais aussi la sympathie des gens qui n’ont pas pu marcher, même les zones considérées comme fiefs du parti au pouvoir RPG nous applaudissaient, ils étaient très content de nous, c’est pour dire que les guinéens en ont assez de ce régime  de l’impunité. Et aussi il n’y a pas eu des morts, ni un caillou jeté ou des injures qui ont été proférée à l’endroit de personne c’est un bilan particulier aujourd’hui, mais malheureusement on a encore des difficultés à se débarrasser de certaines mauvaises habitudes comme celle de tirer sur les manifestants » a expliqué le chef de fil de l’opposition guinéenne.

En parlant de la marche à l’intérieur du pays Cellou dalein Diallo déplore la mauvaise attitude des autorités préfectorale de Kankan, la région natale du président Alpha condé « à l’intérieur du pays comme Labé , Mamou, pita, Kindia, Dabola, les gens sont sortis massivement malgré que c’est à 10h qu’ils ont su que la marche est maintenue, mais à Kankan, ils ont maintenu l’interdiction de la marche ce qui est déplorable c’est que le préfet de Kankan est issu de la société civile Aziz Diop qui dit que comme la marche c’est pour dénoncer l’impunité il n’a jamais eu de morts a Kankan par les forces de l’ordre donc Kankan ne doit pas se manifester contre l’impunité comme si nous sommes pas dans une nation, ce qui se passe au dernier village de la guinée doit concerner tous les guinéens ce qu’on appelle l’unité nationale , solidarité nationale » a indiqué le leader de l’union des forces démocratiques de guinée UFDG.

Read 881 times

Commentaire