Le paysage politique togolais est ce qu’il est : fragile. Quel autre environnement politique ne l’est pas, par les temps qui courent, de l’Afrique aux Amériques en passant par l’Europe ? À cette fragilité politique togolaise, évitons tout simplement d’ajouter une trop grande incertitude, consciemment voulue. C’est à ce carrefour décisionnel que se retrouve l’Opposition républicaine togolaise, celle qui a même sacrifié de certains avantages particuliers pour garder sa fidélité au retour vrai à la République de l’alternance et de la Dignité.

Published in LATEST NEWS

On New Year’s Eve, Togo’s Constitutional Court proclaimed the official results of the country’s Dec. 20 legislative election. Twelve parties competed — plus 17 lists of independent candidates — but 14 major opposition parties (a coalition known as C14) that collectively won some 40 percent of the vote in the previous election sat out.

Published in Zoom News

Togo: la CENI a proclamé ce soir  les résultats provisoires des élections législatives organisées unilatéralement par le regime RPT-UNIR

Published in LATEST NEWS

Pour renverser une dictature efficacement et au moindre coût, il est impératif de travailler à quatre tâches. Candide Azannaï, président du parti Restaurer l’Espoir et ancien compagnon de Patrice Talon a rappelé ce dimanche 14 octobre via sa page Facebook, les axes de cette action selon le politologue américain Gene Elmer Sharp.

Published in LATEST NEWS

« Bawara, président de l’Assemblée nationale ? », Impossible ! Jure l’intéressé. « Ce n’est pas l’idée que le président Faure se fait de la République et la vision qu’il a de la cohésion nationale » persiste le ministre togolais de la fonction publique.

Published in LATEST NEWS

Le RPT-UNIR, comme toute association de malfaiteurs qui se respecte, ne manque pas de stratégies frauduleuse dans sa gibecière. L'une de ces stratégies peut être illustrée par l'illustration suivante.

Published in LATEST NEWS

Très écouté de Nana Akufo-Addo, co-médiateur dans la crise politique qui touche le Togo depuis 2017, Pascal Bodjona a été reçu par le président ghanéen à Accra, début août. L’ancien directeur de cabinet de Faure Gnassingbé et ex-ministre de l’administration territoriale s’implique pour la première fois discrètement dans cette crise.

 Les deux hommes, qui se connaissent de longue date, ont évoqué la nouvelle feuille de route proposée, fin juillet-début août, par la Communauté Economique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cedeao). Celle-ci prévoit notamment la limitation des mandats présidentiels au nombre de deux, la recomposition de la Cour constitutionnelle et la tenue des législatives en décembre.

 Bien qu'influent au sein de l'opposition mais aussi du régime de Lomé, Pascal Bodjona refuse de s’impliquer officiellement. Il est proche de Patrick Lawson et d’isabelle Ameganvi, respectivement vice-présidents de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), principale formation de l’opposition dirigée par Jean-Pierre Fabre. Il entretient par ailleurs des contacts réguliers avec d’autres adversaires du régime de Lomé tels Antoine Folly, Abi Tchessa et Aimé Gogué. Une proximité qui lui vaut d’être perçu par l’Union pour la République (UNIR), la formation au pouvoir, comme un soutien de l’opposition.

Lettre du Continent

Published in LATEST NEWS

Des élections truquées, des rapports traficotés, des accords jetés à la poubelle restent l’apanage du pouvoir des Gnassingbé. Mais de là oser porter un coup de bistouri à une feuille de route élaborée par 15 chefs d’Etat réunis pour plancher sur la crise politique au Togo, on en doutait.

Published in LATEST NEWS