dimanche, 10 septembre 2017 10:02

TOGO/Exclusif: Un deal est conclu et Pacôme promit à Emmanuel ?? Pacôme Yawovi Adjourouvi, qui est-il vraiment Featured

Written by
Rate this item
(0 votes)

Quand un régime bâtard et sanguinaire est aux abois, il ne fait qu’appel à un enfant bâtard pour lui venir au secours. Ici nous allons fait cas d’un certain Pacôme Adjourouvi d’un père inconnu et d’une mère togolaise originaire de la ville de Noèpé.
Pour la petite histoire, le sieur Pacome Yawovi Adjourouvi ne connait pas son vrai père. Sa mère revendeuse de sel à Lomé, tombe enceinte d’un individu d’origine béninoise. Ce dernier a disparu quand on lui apprend la nouvelle. Et c’est le petit frère de l’auteur de la grossesse, qui vivait à l’époque dans le quartier Tokoin-Soted à Lomé, pas loin du camp militaire (RIT), qui avait pris en charge sur tous les plans la femme enceinte jusqu’à la naissance de Pacôme. L’enfant bâtard a grandi dans la misère et a connu une enfance et une jeunesse très difficile et misérable à Lomé, dans la maison de son oncle pas loin du Camp RIT. Aujourd’hui l’oncle en question vit à Abidjan (Côte d’Ivoire).
Par chance, Pacôme Yawovi Adjourouvi quitte Lomé pour atterrir à Ivry, une banlieue parisienne en France, pour se chercher et continuer ses études. Devenu un sans domicile fixe (SDF) et dormant sur le trottoir en Ivry, Pacôme a été sauvé et aidé par la communauté togolaise très solidaire de cette ville.
Après ses études, il devient un avocat et ouvre son cabinet, toujours à Ivry, et habitait à l’époque dans le même immeuble avec le couple Emmanuel Valls. C’est là où ils se sont connus et familiarisés. Devenu Adjoint au maire de la ville d’Ivry par la force des choses, Pacôme Adjourouvi a complètement oublié la communauté africaine et surtout togolaise qui l’avait sauvé de la misère et lui avait permis d’être à cette place qu’il occupe aujourd’hui à la mairie. Son cabinet d’avocat ne marche plus et il a des difficultés financières. Son ami d’immeuble Emmanuel Valls, fut entre-temps nommé Premier ministre. Il ne calculait pas Pacôme Adjourouvi, mais c’est au moment où l’ancien PM a eu l’idée d’être candidat pour les élections présidentielles et souhaitait se rendre dans quelques pays en Afrique, y compris le Togo, c’est là qu’il a fait appel à Pacôme Adjourouvi, pour que ce dernier l’aide et l’introduise auprès du pouvoir en place, dans le but de rencontrer Faure Gnassingbé, chef de l’Etat togolais, afin d’avoir de l’argent pour sa campagne présidentielle en France. Puisque quand les deux se côtoyaient dans l’immeuble par le passé, Pacôme disait à Valls qu’il avait fréquenté avec Faure Gnassingbé, et que c’est son ami personnel.
Le deal est conclu et Pacôme promit à Emmanuel qu’il fera tout pour qu’il rencontre le chef de l’Etat togolais pour avoir l’argent qu’il lui faut. Mais à condition qu’il ait une commission, et dès qu’il est élu président de la République française, de faire tout pour que lui il soit nommé Premier ministre au Togo.
Pacôme Adjourouvi, multiplie les contacts et arrive à avoir le rendez-vous avec Faure Gnassingbé pour la rencontre et la visite d’Emmanuel Valls à Lomé. Au cours de sa visite à Lomé, l’ex-Premier ministre français reçoit 5 milliards FCFA auprès de Faure Gnassingbé, pour sa campagne en France. Et c’est Pacôme Adjourouvi qui est chargé de faire cette transaction. Pacôme prend sa commission comme conclu au départ.
Emmanuel Valls éliminé aux primaires des Socialistes pour l’élection présidentielle, l’espoir de Faure Gnassingbé tombe dans à l’eau, ainsi que la nomination de Pacôme Adjourouvi au poste de Premier ministre au Togo. Pour sauver la face, le Chef de l’Etat togolais nomme le sieur Pacôme Yawovi Adjourouvi comme son conseiller, avec la promesse de faire de lui par la suite ministre de la Justice où Directeur général de Togo Télécom – aujourd’hui en voie de transformation.
C’est à ces fins que Pacôme Yawovi Adjourouvi multiplie les sorties médiatiques sur les chaines françaises pour dédouaner et sauver le régime dictatorial de Faure Gnassingbé, dans l’espoir d’une suite favorable auprès du fils de Sabine et Etienne.
Pour rappel, Pacôme Yawovi Adjourouvi est propriétaire d’une maison dans la ville de Noèpé pas loin de celle de feu Atsu Koffi Améga, ancien Président la Cour constitutionnelle. C’est là que vit sa mère et lui-même passe les vacances quand il est au Togo.
D’après nos investigations, depuis que Pacôme Adjourouvi roule pour le régime RPT/UNIR, il est logé à Lomé par le régime. C’est la capitale togolaise que ce dernier quitte directement pour aller faire des émissions sur les chaînes françaises à Paris. Et juste après, il revient à Lomé. Tout cela, aux frais du contribuable togolais.

La Nouvelle

Read 743 times Last modified on dimanche, 10 septembre 2017 10:25
ERIC  K.  ALOVOR

L`Afrique, le continent noir, mère des continents, est constamment en proie à des difficultés socio-économiques et politiques qui, à bien des égards, transforment ses fils et filles, chez eux, sur leur propre terre natale, en parias et en êtres bannis ou, en terre lointaine d’asile, en citoyens acculturés et de seconde zone.

L’exil est devenu pour nos peuples, surtout les jeunes, une source nourricière potentielle et un choix de survie. Ce paradoxe crée une frustration qui érode l`Afrique et tend à faire de ses processus de démocratie naissante un Mal plutôt qu’un Bien.

Que ferions-nous d’autres et que nous resterait-il de tant d’années d’efforts et de sacrifices, si nous venions à nous égarer définitivement. De la voie de la démocratie ?

Face à cette question existentielle qui nous interpelle tous, notre compatriote Kodjo EPOU tire la sonnette d’alarme et cite : « La démocratie est loin d’être parfaite mais elle demeure le moins mauvais des systèmes » Nous avons plus intérêt à œuvrer pour l’enraciner dans nos mœurs que de la renier en collaborant, contre gains faciles et immédiats, à tout ce qui est sa négation. De nos jours, la Démocratie est un système incontournable. Au point que toute tentative de l’étouffer se révèlera, tôt ou tard, inopérante.

L’initiative de créer Fmliberte répond à cet esprit. Notre mission se projette dans cette perspective. Elle vise donc à consolider chaque jour un peu plus la démocratie dont le nerf est la parole. Ainsi, sur les ondes de Fmliberte, La radio de la Diaspora, il n’existe pas de propos tabou, à l’exception de ceux qui sont dans l’ordre d’attentats à la pudeur, d’attaques personnelles ou de fausses informations. L'idée de rassembler les africains autant que nous le pouvons constitue la trame de nos émissions. Elle n’exclut nullement les critiques, même les plus acerbes, mais elle impose le respect de l'autre dans sa dignité humaine.

Nous restons convaincus que notre investissement en temps et en matériel ne sera pas vain; que les Communautés africaines de l’étranger et l’ensemble de la diaspora africaine apprécieront nos efforts à leur juste valeur. Notre ardent souhait est que Fmliberte, cet outil majeur de communication et de rapprochement soit un véritable tremplin de la Démocratie sur le beau Continent.La vocation de Fmliberte tient en trois mots:

Divertir. Informer. Rassembler.

FM Liberte, l’autre Son de Cloche

Bonne écoute!!

Le Président/Administrateur
Eric K. ALOVOR

www.fmliberte.com

Commentaire