samedi, 09 juin 2018 15:20

Benin: Joseph Djogbénou, président de la Cour constitutionnelle : Sans surprise, le plan de Patrice Talon exécuté Featured

Written by La Redaction
Rate this item
(0 votes)

(Les premières décisions des 7 Sages très attendues)

C’est donc Me Joseph Djogbénou qui conduira durant les cinq (05) prochaines années la Cour constitutionnelle du Bénin. L’Agrégé des facultés de droit a été élu par ses pairs hier jeudi 07 juin 2018 lors de la première rencontre ayant suivi leur installation.

Le vice-président de la Haute juridiction a pour nom le magistrat à la retraite, Razacki Amouda Issifou. L’information a été confirmée par le Secrétaire général de la Cour, Dr Gilles Badet dans un communiqué de presse publié hier en début d’après-midi. L’ancien Garde des Sceaux remplace ainsi le Professeur Théodore Holo qui vient de faire 10 ans au sein de l’institution. La passation de service entre les deux hommes se fera ce vendredi à en croire le même communiqué signé par Dr Badet. Sans surprise, le Chef de l’Etat a fait exécuter son plan. Il a réussi à imposer à la tête de la Haute juridiction l’un de ses plus fidèles collaborateurs. Beaucoup de bruits avaient en effet couru quelques jours avant l’installation de la 6èmemandature de la Cour par rapport au nouveau bureau.

Mais Patrice Talon n’a pas voulu déjouer les pronostics. Il a tenu à avoir son avocat personnel à la tête de l’institution considérée comme le gardien de la paix au Bénin. Proche de Patrice Talon, Joseph Djogbénou, 49 ans, était jusqu’à sa nomination comme Juge constitutionnel, un ardent défenseur des réformes politiques, même les plus controversées, du Chef de l’Etat. La complicité existant entre les deux hommes nourrit depuis peu des commentaires sur le fonctionnement de la prochaine Cour. Joseph Djogbénou, ce Garde des Sceaux qui a pensé presque toutes les réformes rejetées par l’équipe du Professeur Théodore Holo, influencera désormais toutes les décisions de la Haute juridiction. Beaucoup craignent que les réformes sur le droit de la grève de certains fonctionnaires, le projet de révision de la Constitution très critiqué et d’autres réformes jugées liberticides et dangereuses pour la démocratie béninoise passent sans difficulté. A tout le moins, les premières décisions de la Cour constitutionnelle, 6ème mandature sont très attendues.

Matin Libre

Read 1650 times

Commentaire