vendredi, 13 janvier 2017 14:35

Le Point de Kodjo Epou: Les Togolais sont avec Farida Featured

Written by
Rate this item
(0 votes)

Farida est un nom courant. Mais celle qui repond a Bemba Nabourema est unique. D'une poigne d'enfer, robuste, vigoureuse, parfois rude, elle a les traits de l'heroine qui manque tant au Togo. Son courage debordant, son discours decapant sont source d'espoir, un espoir en berne. Farida ne  cherche pas ses mots ni ne tergiverse pour formuler sa haine contre le pouvoir. Et, ses paroles parlent pour la majorite des Togolais.

 

Face a la  misere violente qui frappe son pays, Farida enrage et refuse de reconnaitre l'autorite de Faure Gnassingbe. L'activiste accuse le president de delabrer l'Etat, d'abimer la nation. "Le non respect des regles au sommet incite au non respect des formes a la base". C'est donc sans respect aucun qu'elle questionne Faure, le tutoie avec acharnement, lui deniant tout egard, toute civilite. Son combat est d'abord un heritage familial, puis une mission citoyenne visant a delivrer son pays des rives du calvaire, des griffes d'une vieille dictature qui propage la misere, qui enrichit les reseaux mafieux occidentaux et des bandes organisees d'escrocs locaux.

Dans le regard de Bemba Nabourema se lit une revolte que nul ne peut apaiser, contre le clan, contre le club. Et, au dela, contre tout ce qui devalorise ou deshumanise les peuples  d'Afrique. Son engagement se mesure seulement a l'aune des injustices et brimades subies par les peuples d'Afrique, des souffrances immenses qui s'abattent sur les Togolais depuis des decennies.

Regard tranchant dans un visage angelique, langage cru, parole acerbe, Farida a tout des heroines noires qui avaient, dans le passe, dirige des luttes de liberation pour delivrer leurs peuples de la servitude. Ses signatures sont tout feu tout flamme et s'arrachent.

L'ex etudiante de American University of Washington DC, n’accepte pas les illusions et fantasmes d'un regime suranne accroche a des mythes obsoletes, cherchant desesperement a faire croire que le pays s'ouvre et avance, alors que l'agenda cache du clan vise a faire du Togo une monarchie forte. Pour cette Tchokossi engagee, le Togo est un enfer et ses populations victimes d'une barbarie qui ne peut generer que sang, larmes, cloaques et mort.

Cela fait des annees maintenant que Farida denonce, par ses analyses interpellatrices, ses decryptages teigneux, le Golgotha togolais. Elle refuse toute idee de fatalite et s'emploie a montrer que l'immense majorite de ces concitoyens, toutes ethnies confondues, veulent que l'empire s'ecroule, que se precipite la fin du regime UNIR sur la terre de ses aieux, une terre malmenee par une dictature atroce qui a ceci de monstrueux qu'elle a l'air et se croit irremplacable.

Le Togo est, en Afrique, l'une des rares nations a n'avoir jamais connu dans son histoire une heroine de renom. Farida va t-elle boucher le trou? Elle est prete en tout cas a marteler les esprits, a secouer les consciences, et, avec bravoure, montrer au reste du monde que le Togo vit des decennies d'obscurantisme, sous un systeme de tous les replis, de toutes les regressions. Elle se sait seule mais ne plie pas l'echine. Qu'il soit difficile a une hirondelle de faire le printemps, elle n'en a que trop conscience. Mais Bemba sait qu'elle gagne en surface et que sa base, chaque jour, s'elargit. Elle a surtout appris, par l'histoire, que c'est une femme, la reine-mere Nana Yaa Asantewa, dans l'ancienne Gold Coast, qui avait, au moment ou les hommes faiblissaient, pris le devant pour mener une guerre victorieuse, contre les Anglais.

Sur la voie de ces puissantes femmes africaines au destin marque au fer, telles les Reines Nana Yaa Asantewa, Ndate Yalla Mbodj (Senegal), Abla Pokou (Cote d'Ivoire), Seh Dong Hong-Beh ( Dahomey), Farida denonce avec force l’inacceptable passivite de notre peuple face a son destin en pointilles. Elle refute avec dexterite l'alpha et l'omega de ce que les Togolais, docilement resignes, semblent finalement maitriser le plus: attendre, endormis, l'heure de Dieu.

Kodjo Epou
Washington DC
USA

Read 325 times Last modified on vendredi, 13 janvier 2017 14:39

Commentaire