mercredi, 25 janvier 2017 16:16

Le Point de Kodjo Epou: Le foot, c'est tout une politique Featured

Written by
Published in Zoom News
Rate this item
(0 votes)

 

Pour certains compatriotes, des gens sans aucune ambition pour l'avenir de leur pays, de leurs enfants, le Togo peut toujours continuer de faire semblant d'exister sur l'echiquier international. L'essentiel, pour eux, c'est de participer, sans obligation de resultats. C'est ainsi que des parts considerables de nos maigres ressources peuvent etre utilisees dans le seul souci d'exister, de faire de la figuration. Juste participer. Pas plus.

Au Gabon, le Togo s'est contente d'assister a la CAN. Il n'a meme pas particicipe, pourrait-on dire. Pour arreter ces interminables errements qui ruinent le pays et hypothequent dangereusement l'avenir de la jeunesse, voici, en matiere de sports par exemple ce qu'on peut faire. Il s'agit de trois choses.

1- dissoudre immediatement cette equipe nationale pour une periode de 10 ans.

2- re-institutionnaliser les championnats de première et deuxième divisions en y mettant les moyens appropries.

3- redonner leur valeurs aux competions scolaires et universitaires en encourageant les jeunes talents avec des bourses d'etudes et toute sorte de motivation.

Ce travail qui suppose une politique sportive nationale adequate pourrait commencer a produire des resultats palpables entre 5 et 10 ans. On pourra alors mettre en place une equipe nationale composee a 80% de joueurs locaux et s'engager dans les competitions internationales. Le Togo possede de grands techniciens bien formés en education physique et sportive. Ces professionnels, mal recompenses, mal remuneres, traversent leur carriere professionnelle comme des lettres passent a la poste. Beaucoup de ces eminents cadres meurent dans le denuement apres une retraite de besogneux.

On ne peut pas s'attendre a des resultats a la CAN, moins encore a une coupe du monde quand le ministere des sports et la Federation de Foot sont totalement incapables d'organiser, chaque annee, le championnat national. Les memes minimalistes pointeront les defaite du Gabon, pays organisateurs, et de la Cote d'Ivoire, detentrice du trophee. Injuste comparaison, car il n' y a aucun rapport, aucun lien. Devons-nous a chaque fois justifier nos deboires par l'echec des autres?

Oui, il n'y a pas de moyens, dira t-on. Cela peut etre vrai, le Togo etant un petit pays faible economiquement. Mais qu'on nous explque alors pourquoi on s'apprete a decaisser des milliards pour organiser a Lome un sommet de dingues pompeusement appele "sommet Israel-Afrique". Quel est le rapport entre ces sommets onereux et le developpement qui endigue la misère et cree les conditions de l'emergence?

Le prestige, rien que du prestige, c'est ce en quoi nous sommes doues au Togo. Et on continue, avec la somme de ces evenements de prestige sans lendemain, de faire de la prestidigitation a la place de veritables politiques reformatrices. Des vendeurs de sable, voila la terne image que nous projetons de nous-memes.

Kodjo Epou
Washington DC
USA

Read 290 times Last modified on mercredi, 25 janvier 2017 16:18

Commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.