mercredi, 18 janvier 2017 16:21

Bientot la CEDEAO en Guerre en Gambie?: A suivre Minute par Minute Featured

Written by
Rate this item
(0 votes)

 

L’avion qui va exiler Jammeh prêt à décoller : le dictateur fera une déclaration à la GRTS

Les troupes sénégalaises ont franchi la frontière

L'avion qui va exiler Jammeh prêt à décoller

Plusieurs sources sûres annoncent que les négociations ont abouti et que Yahya Jammeh a accepté de céder le pouvoir et de quitter Banjul après la médiation des présidents de la Guinée et de la Mauritanie.Jammeh accepte de Partir

Selon l’envoyé spécial de BBC, Claude Foly est sur le tarmac de l’aéroport en compagnie de journalistes venus couvrir le départ.

 Selon lui, l’équipe de la télévision nationale (GRTS) qui était au Palais présidentiel vient de rejoindre les journalistes à l’aéroport pour assister au départ de celui qui a régner 22 ans sur la Gambie.

Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir, selon Adama Barrow.

Adama Barrow annonce sur Twitter que Jammeh a accepté de quitter le pouvoir.  » Il va quitter la Gambie ce soir », a indiqué M. Barrow sur son compte twitter.

Yahya Jammeh fera incessamment une déclaration à la télévision nationale gambienne, selon l’envoyé spécial de la BBC à Banjul, Claude Foly.

 

Les troupes sénégalaises sont entrées le 19 janvier en Gambie, avec l’aval du conseil de sécurité de l’ONU pour soutenir le nouveau président gambien Adama Barrow dans sa confrontation avec Yahya Jammeh, qui refuse de démissionner.

Les troupes sénégalaises ont franchi la frontière

 

 

 

« Nous sommes entrés en Gambie », a déclaré le Colonel Abdou Ndiaye à l’agence Reuters. Les troupes sénégalaises déployées aux frontières avec la Gambie en vue d’une opération ouest-africaine pour contraindre Yahya Jammeh à céder le pouvoir au nouveau président Adama Barrow sont entrées sur le sol gambien dans l’après-midi [19 janvier], a annoncé le porte-parole de l’armée.

Des coups de feu étaient entendus jeudi après-midi en Casamance, dans le sud du Sénégal, en provenance de plusieurs villages proches de la frontière gambienne, selon un correspondant de l’AFP.

Des accrochages ont également eu lieu entre des soldats sénégalais et des rebelles présumés du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) dans d’autres villages de la région, ont indiqué des témoins à l’AFP. Le MFDC, qui se bat depuis 1982 pour l’indépendance de la Casamance est réputé favorable au régime du président Jammeh.

Le début des opérations militaires en Gambie a été annoncé peu près la fin de la prestation de serment à l’ambassade de Gambie à Dakar du nouveau président gambien Adama Barrow, et le vote unanime du Conseil de sécurité de l’ONU appuyant les initiatives de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao).

La Cédéao (15 Etats), qui presse M. Jammeh de quitter le pouvoir, avait prévenu à plusieurs reprises qu’elle pourrait avoir recours à la force en dernier ressort.

Le Sénégal est appuyé dans les opérations militaires en Gambie par le Nigeria, pays de poids et puissance régionale, qui avait annoncé auparavant que son aviation effectuait jeudi après-midi des vols de reconnaissance au-dessus de Banjul, se disant prêt à imposer la volonté de la Cédéao.

Le Ghana a également annoncé avoir mis 205 militaires à la disposition de la Cédéao.

 

L’ONU apporte son soutien à la CEDEAO

Investiture à l’Ambassade de la Gambie : Adama Barro appelle l’Armée à regagner les casernes

(Dakar) – Le tout nouveau Président de la Gambie a prêté serment ce jeudi à Dakar. Il a prononcé son premier discours à la Nation gambienne. Adama Barrow a entre autres, demandé à ses frères et sœurs gambiens qui sont dans l’Armée régulière à faire preuve de loyauté et comprendre que le régime a changé en Gambie et ils doivent l’accepter. Ils doivent retourner dans les casernes et faire le travail que le peuple gambien attend d’eux.

Adama Barrow, devant le corps diplomatique accrédité à Dakar et de ses proches, a appelé à l’unité du peuple gambien. C’est un homme serein qui a appelé à des perspectives positives pour son pays.

 

Adama Barrow va prêter serment à Dakar…et deviendra un Président en exil

REWMI.COM- Adama Barrow deviendra dans quelques heures le Président de la République de Gambie…en exil. Compte-tenu de la situation et du blocage à Banjul, la cérémonie d’investiture va se tenir cet après midi à 16 heures dans les locaux de l’ambassade de Gambie à Dakar. Cette investiture de Barrow marque sa prise de fonction officielle. L’annonce a été faite ce matin par son porte parole Halifa Sallah. Marcel Alain de Souza, le président de la Commission de la CEDEAO, est à Dakar depuis hier. Il devrait assister à cette investiture qui est censée être chapeautée par la Cedeao avec l’appui des autorités du Sénégal. Mohamed Ibn Chambas, l’envoyé spécial des Nations unies dans la sous-région, devrait également être présent. La cérémonie doit se tenir, pour respecter la constitution gambienne, en territoire gambien et devant des juges. L’ambassade, nous dit-on, remplit cette condition. Des magistrats gambiens qui ont fui le régime de Jammeh seraient attendus à Dakar.

Des soldats nigérians franchissent la frontière Gambienne 

Un contingent militaire nigerian vient de franchir ce soir la frontière gambienne. Il semble que l'incursion militaire nigériane a eu lieu grâce à la complicité des soldats gambiens. Les soldats sénégalais franchiront la frontière à minuit si Jammeh ne se dégage pas. Le President mauritanien pense pouvoir convaincre Yahya Jammeh de l'accompagner en Mauritanie avant minuit. A suivre

 

Le Nigéria a déployé son navire de guerre le plus récent dénommé « Unité NNS » en prélude à une éventuelle intervention militaire en Gambie.

Une source militaire nigériane a déclaré à la BBC que le navire de guerre navigue actuellement au large des côtes du Ghana en direction de la Gambie.
Le week-end dernier, les chefs militaires des pays d’ Afrique de l’Ouest se sont rencontrés pour discuter d’un plan de déploiement d’une force militaire en Gambie.
Le président Nigerian, Muhamadu Buhari a été nommé médiateur dans la crise gambienne par ses pairs de la CEDEAO.
Le Sénégal, pays voisin de la Gambie, devrait diriger une éventuelle offensive armée sous régionale.
Il prépare également ses troupes au sol.
Le président de la Cour suprême gambienne, Emmanuel Fagbenle, s’est récusé lundi de l’examen du recours porté devant cette juridiction par le président sortant contre l’investiture de son successeur élu Adama Barrow, prévue le 19 janvier.
La Gambie est plongée dans une grave crise depuis que M. Jammeh a annoncé le 8 décembre qu’il ne reconnaissait plus les résultats de l’élection présidentielle du 1er décembre, une semaine après avoir pourtant félicité M. Barrow pour sa victoire.

Read 635 times Last modified on vendredi, 20 janvier 2017 16:07
ERIC  K.  ALOVOR

L`Afrique, le continent noir, mère des continents, est constamment en proie à des difficultés socio-économiques et politiques qui, à bien des égards, transforment ses fils et filles, chez eux, sur leur propre terre natale, en parias et en êtres bannis ou, en terre lointaine d’asile, en citoyens acculturés et de seconde zone.

L’exil est devenu pour nos peuples, surtout les jeunes, une source nourricière potentielle et un choix de survie. Ce paradoxe crée une frustration qui érode l`Afrique et tend à faire de ses processus de démocratie naissante un Mal plutôt qu’un Bien.

Que ferions-nous d’autres et que nous resterait-il de tant d’années d’efforts et de sacrifices, si nous venions à nous égarer définitivement. De la voie de la démocratie ?

Face à cette question existentielle qui nous interpelle tous, notre compatriote Kodjo EPOU tire la sonnette d’alarme et cite : « La démocratie est loin d’être parfaite mais elle demeure le moins mauvais des systèmes » Nous avons plus intérêt à œuvrer pour l’enraciner dans nos mœurs que de la renier en collaborant, contre gains faciles et immédiats, à tout ce qui est sa négation. De nos jours, la Démocratie est un système incontournable. Au point que toute tentative de l’étouffer se révèlera, tôt ou tard, inopérante.

L’initiative de créer Fmliberte répond à cet esprit. Notre mission se projette dans cette perspective. Elle vise donc à consolider chaque jour un peu plus la démocratie dont le nerf est la parole. Ainsi, sur les ondes de Fmliberte, La radio de la Diaspora, il n’existe pas de propos tabou, à l’exception de ceux qui sont dans l’ordre d’attentats à la pudeur, d’attaques personnelles ou de fausses informations. L'idée de rassembler les africains autant que nous le pouvons constitue la trame de nos émissions. Elle n’exclut nullement les critiques, même les plus acerbes, mais elle impose le respect de l'autre dans sa dignité humaine.

Nous restons convaincus que notre investissement en temps et en matériel ne sera pas vain; que les Communautés africaines de l’étranger et l’ensemble de la diaspora africaine apprécieront nos efforts à leur juste valeur. Notre ardent souhait est que Fmliberte, cet outil majeur de communication et de rapprochement soit un véritable tremplin de la Démocratie sur le beau Continent.La vocation de Fmliberte tient en trois mots:

Divertir. Informer. Rassembler.

FM Liberte, l’autre Son de Cloche

Bonne écoute!!

Le Président/Administrateur
Eric K. ALOVOR

www.fmliberte.com

Commentaire