lundi, 10 juillet 2017 13:22

Bénin: Les réseaux sociaux, une nouvelle plateforme de prostitution Featured

Written by
Rate this item
(0 votes)

Les réseaux sociaux sont aujourd’hui un moyen incontournable dans la vie quotidienne, notamment pour la quête d’informations ou mieux encore des achats en ligne, et tant d’autres services. Mais certaines Béninoises en ont plutôt fait un autre usage.

Au Bénin, les réseaux sociaux sont aujourd’hui un moyen de faire de la prostitution, c’est ce que révèle une enquête du journal le Monde.

Comment s’y prennent ces jeunes filles. Leur principe est simple. Via WhatsApps, Facebook ou encore Viber, elles intègrent un groupe fermé. Dans ces groupes, elles sont mises en contact avec des hommes à qui, elles proposent des services et qui sont prêts à payer pour du plaisir s3xuel. Le tout est organisé par l’administrateur de ce groupe fermé qui fait office de proxénète.

Ce sont généralement des étudiantes issues de milieux modestes et en quête de moyens financiers, pour poursuivre leurs études ou pour subvenir à leurs besoins. Il leur suffit d’envoyer des photos ou des vidéos d’elles nues à l’administrateur qui l’intègre dans un catalogue, pour qu’elles s’attirent des clients.

Related image

“Je publiais souvent des images de moi sur ma page Facebook. Un jour, j’ai reçu un message d’un type qui proposait de m’intégrer à un réseau pouvant me faire gagner de l’argent”, confie une jeune fille habitant Parakou, une ville du centre du Bénin.

S’agissant du profil des clients, Le journal le Monde fait cas “d’hommes politiques, des particuliers ou des étrangers de passage”. Ces derniers affectionnent davantage les réseaux sociaux en raison de leur discrétion, contrairement à la prostitution des trottoirs. “Quand tu vas vers une prostituée qui fait le trottoir, tu t’exposes. En plus, la fille est souvent bien maquillée et jolie, tu penses que c’est un bon produit et quand vous vous retrouvez seuls et qu’elle se déshabille, tu réalises que c’est une vieille carrosserie”, explique un client au Monde Afrique.

C’est une discrétion dont se réjouissent également les proxénètes qui exercent leurs activités loin des regards indiscrets de la justice béninoise. Il faut noter qu’à ce jour, au Bénin, seuls les proxénètes sont punies par la loi.


Le libertinage des réseaux sociaux

L’une des questions que soulève cette nouvelle activité illicite sur les réseaux sociaux, c’est bien ce nouveau monde de libertinage qu’offrent les réseaux sociaux.

Des trafiquants d’armes, d‘êtres humains ou encore de drogues se réfèrent également à ces plateformes pour écouler leurs “ marchandises” en raison de la discrétion et la sécurité qu’elles leur offrent.

Toujours sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook, des internautes se sont adonnés à des Lives où ils attentaient à la vie d’autres personnes.

Si les responsables de ces plateformes sociales ont exprimé le désir d’assainir davantage leurs outils et d’en renforcer les règles de sécurité, aucune action concrète n’a été jusque-là opérée. Certainement au grand plaisir de bandes criminelles organisées qui en font désormais un lieu de travail privilégié

Related image

Read 1860 times
ERIC  K.  ALOVOR

L`Afrique, le continent noir, mère des continents, est constamment en proie à des difficultés socio-économiques et politiques qui, à bien des égards, transforment ses fils et filles, chez eux, sur leur propre terre natale, en parias et en êtres bannis ou, en terre lointaine d’asile, en citoyens acculturés et de seconde zone.

L’exil est devenu pour nos peuples, surtout les jeunes, une source nourricière potentielle et un choix de survie. Ce paradoxe crée une frustration qui érode l`Afrique et tend à faire de ses processus de démocratie naissante un Mal plutôt qu’un Bien.

Que ferions-nous d’autres et que nous resterait-il de tant d’années d’efforts et de sacrifices, si nous venions à nous égarer définitivement. De la voie de la démocratie ?

Face à cette question existentielle qui nous interpelle tous, notre compatriote Kodjo EPOU tire la sonnette d’alarme et cite : « La démocratie est loin d’être parfaite mais elle demeure le moins mauvais des systèmes » Nous avons plus intérêt à œuvrer pour l’enraciner dans nos mœurs que de la renier en collaborant, contre gains faciles et immédiats, à tout ce qui est sa négation. De nos jours, la Démocratie est un système incontournable. Au point que toute tentative de l’étouffer se révèlera, tôt ou tard, inopérante.

L’initiative de créer Fmliberte répond à cet esprit. Notre mission se projette dans cette perspective. Elle vise donc à consolider chaque jour un peu plus la démocratie dont le nerf est la parole. Ainsi, sur les ondes de Fmliberte, La radio de la Diaspora, il n’existe pas de propos tabou, à l’exception de ceux qui sont dans l’ordre d’attentats à la pudeur, d’attaques personnelles ou de fausses informations. L'idée de rassembler les africains autant que nous le pouvons constitue la trame de nos émissions. Elle n’exclut nullement les critiques, même les plus acerbes, mais elle impose le respect de l'autre dans sa dignité humaine.

Nous restons convaincus que notre investissement en temps et en matériel ne sera pas vain; que les Communautés africaines de l’étranger et l’ensemble de la diaspora africaine apprécieront nos efforts à leur juste valeur. Notre ardent souhait est que Fmliberte, cet outil majeur de communication et de rapprochement soit un véritable tremplin de la Démocratie sur le beau Continent.La vocation de Fmliberte tient en trois mots:

Divertir. Informer. Rassembler.

FM Liberte, l’autre Son de Cloche

Bonne écoute!!

Le Président/Administrateur
Eric K. ALOVOR

www.fmliberte.com

Commentaire