samedi, 06 janvier 2018 15:47

LE GENERAL DÉSERTEUR DE L'ARMÉE TCHADIENNE, CHEF DE FIL D'UNE BANDE DE MERCENAIRES QUI A TENTÉ UN COUP D'ÉTAT MILITAIRE EN GUINÉE ÉQUATORIAL EN PARTANT DU CAMEROUN A ÉTÉ ARRÊTÉ À DOUALA AVEC UN DOCUMENT DE VOYAGE AMÉRICAIN DANS LEQUEL IL S'APPELLE "O

Written by
Rate this item
(0 votes)

LE GENERAL DÉSERTEUR DE L'ARMÉE TCHADIENNE, CHEF DE FIL D'UNE BANDE DE MERCENAIRES QUI A TENTÉ UN COUP D'ÉTAT MILITAIRE EN GUINÉE ÉQUATORIAL EN PARTANT DU CAMEROUN A ÉTÉ ARRÊTÉ À DOUALA AVEC UN DOCUMENT DE VOYAGE AMÉRICAIN DANS LEQUEL IL S'APPELLE "OBAMA ABESSO"

Questions:

1- D'où et comment a t-il obtenu le passeport Américain?
2- Bien connu(vu qu'il est un ancien general de l'armée Tchadienne), comment a t il eu le visa d'entrée au Cameroun sans éveillé de soupçons?
3- Les USA et certains officiels Camerounais sont ils complices?
4- les images du document de voyage Américain sont prises autour d'une Guinness(certainement dans un maquis), qu'est ce qui explique cela? est ce une manipulation?

 

No automatic alt text available.

No automatic alt text available.

Image may contain: 1 person

No automatic alt text available.Image may contain: 1 person

QUELQUE CHOSE CLOCHE..
--------------------------------------

GUINÉE EQUATORIALE

COUP D'ETAT MANQUÉ EN GUINEE : FINIE LA COURSE FOULE!

Le chef du commando devant renverser Obiang Nguema du pouvoir a été arrêté à Douala vendredi dernier.
L’identité de l’ancien officier supérieur à la tête du commando lourdement armé devant chasser Teodoro Obiang Nguema Mbazogo du pouvoir en Guinée-équatoriale jeudi dernier est finalement connue. Il s’agit du général déserteur de l’armée tchadienne Mahamat Kodo Bani. De 1990 à 2005, l’ancien haut gradé de l’armée tchadienne aujourd’hui mercenaire a servi dans les services de la sécurité présidentielle tchadienne. En novembre 2008, il déserte l’armée régulière de son pays pour rejoindre celui de l’UFCD (Union des Forces pour le Changement et la Démocratie).

Mercredi, 27 décembre 2017, il échappe à la police à Kyé-Ossi, abandonnant son chauffeur et son véhicule alors qu’il se rendait en Guinée-équatoriale à la tête d’un commando lourdement armé pour chasser Obiang Nguema du pouvoir à Mengomo. Le coup d’Etat devait avoir lieu jeudi dernier pendant que le président Obiang Nguema Mbazogo séjournait dans sa ville natale. 40 mercenaires de nationalités tchadiennes, centrafricaines et camerounaises seront interpellés le même soir à Kyé-Ossi dans des hôtels de la ville. Leur arsenal de guerre sera également saisi et évacué à Ebolowa.

Sergent Abossolo, l’équato-guinéen
Parmi les putschistes interpellés, le sergent Abossolo, un déserteur de l’armée équato-guinéenne en 1983. Il s’installe aux Etats-Unis en 2000.Cet homme que l’on présente comme l’un des cerveaux du coup d’Etat manqué de la semaine dernière est originaire de Mengomo comme le président Obiang Nguema Mbazogo. Il arrive au Cameroun le 5 décembre 2017. Après l’arrestation des putschistes, par la suite conduits à Ebolowa, Henrik Walter Elouna, chef de la division régionale de la police judiciaire du Sud va exploiter le chauffeur du chef du commando pour traquer ce dernier.

C’est ainsi que sa femme sera interpellée à Yaoundé jeudi soir, alors que le général en cavale se trouvait déjà à Douala. Les policiers de la division régionale de la police judiciaire du Sud poursuivant la traque vont finir par le retrouver chez une prostituée de luxe à Douala vendredi dernier en possession d’une importante somme d’argent. Il est présenté au gouverneur de la région du Littoral Dieudonné Ivaha Diboua, qu’il reconnait et l’appelle chef. Les deux hommes s’étant connus quand l’actuel gouverneur de la région du Littoral était gouverneur à l’Est au plus fort de la crise centrafricaine.

Sur instruction de Martin Mbarga Nguélé qui suit les opérations de très près, le général rebelle est ensuite, conduit à Yaoundé où il est actuellement gardé en attendant son extradition soit vers le Tchad où il est activement recherché par Idriss Déby Itno, soit vers la Guinée-équatoriale où Obiang Nguema veut absolument sa tête. Quant aux 40 autres mercenaires exploités à Ebolowa, ils ont été conduits à Yaoundé samedi, 30 décembre 2017 par la police. Ils sont actuellement gardés au groupement spécial des opérations GSO.

Read 1344 times
ERIC  K.  ALOVOR

L`Afrique, le continent noir, mère des continents, est constamment en proie à des difficultés socio-économiques et politiques qui, à bien des égards, transforment ses fils et filles, chez eux, sur leur propre terre natale, en parias et en êtres bannis ou, en terre lointaine d’asile, en citoyens acculturés et de seconde zone.

L’exil est devenu pour nos peuples, surtout les jeunes, une source nourricière potentielle et un choix de survie. Ce paradoxe crée une frustration qui érode l`Afrique et tend à faire de ses processus de démocratie naissante un Mal plutôt qu’un Bien.

Que ferions-nous d’autres et que nous resterait-il de tant d’années d’efforts et de sacrifices, si nous venions à nous égarer définitivement. De la voie de la démocratie ?

Face à cette question existentielle qui nous interpelle tous, notre compatriote Kodjo EPOU tire la sonnette d’alarme et cite : « La démocratie est loin d’être parfaite mais elle demeure le moins mauvais des systèmes » Nous avons plus intérêt à œuvrer pour l’enraciner dans nos mœurs que de la renier en collaborant, contre gains faciles et immédiats, à tout ce qui est sa négation. De nos jours, la Démocratie est un système incontournable. Au point que toute tentative de l’étouffer se révèlera, tôt ou tard, inopérante.

L’initiative de créer Fmliberte répond à cet esprit. Notre mission se projette dans cette perspective. Elle vise donc à consolider chaque jour un peu plus la démocratie dont le nerf est la parole. Ainsi, sur les ondes de Fmliberte, La radio de la Diaspora, il n’existe pas de propos tabou, à l’exception de ceux qui sont dans l’ordre d’attentats à la pudeur, d’attaques personnelles ou de fausses informations. L'idée de rassembler les africains autant que nous le pouvons constitue la trame de nos émissions. Elle n’exclut nullement les critiques, même les plus acerbes, mais elle impose le respect de l'autre dans sa dignité humaine.

Nous restons convaincus que notre investissement en temps et en matériel ne sera pas vain; que les Communautés africaines de l’étranger et l’ensemble de la diaspora africaine apprécieront nos efforts à leur juste valeur. Notre ardent souhait est que Fmliberte, cet outil majeur de communication et de rapprochement soit un véritable tremplin de la Démocratie sur le beau Continent.La vocation de Fmliberte tient en trois mots:

Divertir. Informer. Rassembler.

FM Liberte, l’autre Son de Cloche

Bonne écoute!!

Le Président/Administrateur
Eric K. ALOVOR

www.fmliberte.com

Commentaire