Warning: file_get_contents(http://www.fmliberte.com//media/system/css/system.css): failed to open stream: HTTP request failed! HTTP/1.1 403 Forbidden in /home/erica/public_html/templates/fmliberte/runless.php on line 40
RDC: Fayulu revendique la victoire à la présidentielle avec 61% des voix
vendredi, 11 janvier 2019 20:28

RDC: Fayulu revendique la victoire à la présidentielle avec 61% des voix Featured

Written by La Redaction
Rate this item
(0 votes)

En RDC, l'opposant Martin Fayulu conteste sa défaite à la présidentielle du 30 décembre dernier. Ce dernier revendique la victoire avec 61% des suffrages et a l'intention de saisir samedi la Cour constitutionnelle pour exiger le recomptage des voix. Jeudi, la Céni a proclamé vainqueur Félix Tshisekedi avec 38,5% des voix, devant Martin Fayulu qui lui ne recueillerait que moins de 35%.

Martin Fayulu revendique la victoire avec 61% des suffrages du scrutin du 30 décembre. Un résultat établi d'après l'observation électorale assurée par la coalition Lamuka forte de quelque 220 000 témoins déployés dans tout le pays.

 « Nous irons demain samedi à la Cour constitutionnelle » pour exiger « le recomptage des voix », a-t-il déclaré ce vendredi, lors d'un meeting devant près d'un millier de militants des partis membres de la coalition électorale Lamuka, au siège fédéral du Mouvement de libération du Congo (MLC) de l’opposant Jean-Pierre Bemba, à Kinshasa. Rapidement, l’enclos est devenu petit. Certains militants n’ont pas hésité à grimper sur un arbre pour suivre Martin Fayulu et d’autres se sont précipités sur un toit qui a fini par céder, sans faire de blessés graves.

« Est-ce que le peuple congolais acceptera de se faire voler la victoire ? Je vous dis levez-vous ! Tenez-vous débout, enfants du Congo. Ouvrez vos yeux ! Nous allons commencer par la Cour Constitutionnelle pour introduire notre dossier de recours. Nous allons leur demander de compter tous les bulletins, l’un après l’autre. Vous m’entendez ? Vous m’entendez ? Nous sommes les enfants de Dieu. Que personne ne vous fasse peur. Nous irons à la Cour constitutionnelle samedi. samedi, nous serons à la Cour constitutionnelle. A partir de 9 heures, soyez-là déjà » a annoncé Martin Fayulu.

« Nous allons demander au président de la Commission électorale (Céni), Corneille Nangaa, de produire les procès-verbaux des bureaux de vote devant les témoins et observateurs internationaux et congolais de l'élection », a-t-il insisté.

Fidèle, âgé de 34 ans, a suivi Martin Fayulu. Il espère que la Cour constitutionnelle va faire preuve d’indépendance : « Qu’elle soit réellement l’église au-milieu du village qui va prêcher l’évangile de la paix ! » Un autre militant, Joseph, qui est enseignant, espère également que justice sera faite : « Il faudrait qu’il y ait la justice, s’il n’y a pas la justice, nous sommes en train de crier très fort, et le peuple prendra sa responsabilité. »

A 15 heures, quand le meeting s'est achevé, certains militants ont tenté d’accompagner le cortège de Martin Fayulu. Un embouteillage s'est formé et la police est intervenue à coup de gaz lacrymogène pour dégager la voie.

Les candidats disposent de 48 heures après la proclamation des résultats pour déposer un recours devant la Cour constitutionnelle qui a ensuite huit jours pour l'examiner.

La Céni a proclamé jeudi Félix Tshisekedi, chef du parti historique de l'opposition, l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), gagnant de la présidentielle avec 38,57% des voix, devant Martin Fayulu (34,8%). Le candidat du pouvoir, Emmanuel Ramazani Shadary, ex-ministre de l'Intérieur et « dauphin » du président sortant Joseph Kabila, est arrivé troisième (23,8%).

► 18 personnes tuées depuis la proclamation des résultats provisoires

Selon les informations recueillies par RFI d'une source onusienne, au moins douze personnes, dont deux policiers, ont été tuées dans la province du Kwilu, à Kikwit, fief de l'opposant Martin Fayulu. D'autres morts ont été dénombrés par l'ONU, deux à Kinshasa, la capitale et un à Kamonia dans la province du Kasai. Trois autres personnes sont mortes à Tshikapa dans des manifestations de soutien au président proclamé Félix Tshisekedi. De son côté, la police a dénombré 5 morts, tous des civils, pour la journée de jeudi. Le porte-parole de la police, le commandant Pierrot Mwanamputu, assure qu'aucun policier n'a été tué. (RFI)

Read 1609 times

Commentaire