jeudi, 01 février 2018 04:31

Lettre ouverte à Patrice TALON: Cher president, je vous en supplie, changeons de cap! Featured

Written by Jaures Sogbossi
Rate this item
(0 votes)

La nécessité d’annuler l’appel d’offres concernant la construction de 21 stades au Bénin afin d’utiliser l’argent pour nous construire des industries et entreprises pouvant créer des emplois stables et décents!

NB : J’ai une entreprise de BTP, et je serai certainement un des bénéficiaires directs ou indirects de la construction de ces stades. Donc, à titre personnel, ça m’arrange, mais, pour les intérêts de la Nation, je dois vous dire les vérités contenus dans ces lignes qui démontrent que cette dépense n’arrange pas le pays, mais, n’aura pour conséquences que le départ futur de nos frères en émigration, et en esclavage en Libye, et la continuation du racisme, des mauvais traitements, insultes variées envers l’Afrique.

Cher Président Patrice TALON, je vous en supplie, changeons de cap! Veuillez annuler l’avis d’appel d’offres pour la construction de 21 stades communaux de types omnisport. Redirigez ces fonds vers un appel d’offres pour une ou des infrastructures productrices de richesses. Exemples : Production de spaghetti et macaroni (ça se fait déjà au Benin par un privé étranger qui rapatrie tout l’argent de ses profits dans son pays, donc aucune raison comme le manque d’électricité ne peut justifier la non-possibilité), la production de tomate en boite, de savon de toilette, de bouillon de cuisine, de brosse à dent, d’eau minérale avec reprise du site de Possotomè des mains des français, de contre-plaqué, de tôle, de bouteilles pour amballages, etc.
En construisant des industries, nous pourrons trouver de l'argent de par leur exploitation pour rembourser les prêts et nous construire autant de stades que nous voulons, mais, en construisant directement les stades avec l'argent, nous ne saurons exploiter ces stades pour trouver l'argent afin de rembourser les prêts et construire les industries.

Excellence Monsieur le Président de la République, comme tout chef d’entreprise, je suis constamment à la recherche d’opportunités et de lancement de nouveaux appels d’offres. C’est alors que je suis tombé sur l’avis relatif à la construction de 21 Stade communaux au Benin de type omnisport. Au début, j’ai failli sauter de joie, mais, quelques secondes m’ont fait réaliser que pour l’intérêt commun, je devrais être triste. Je n’ai pas encore pris le dossier complet pour avoir une évaluation du prix approximatif des stades et du coût global du marché, mais, connaissant votre gout pour le luxe, je peux déjà me faire ma petite idée sur le nombre de milliards de nos francs coloniaux (FCFA) que votre gouvernement va injecter dans ce marché. Les cautions de garantie varient entre 80 millions de FCFA et 96 millions de FCFA par lot, orientent déjà bien sur les montants des contrats finaux.

Il n’a pas été précisé dans l’avis d’appel d’offre si le financement du marché est fait sur les ressources internes, sur un don ou sur un prêt. Ce qui déjà ne me permet pas trop de pousser mon analyse. Mais, je ferai mon analyse en supposant que le financement est sur un prêt, car notre pays est passé en vitesse dans l’art de lever les fonds sur les marchés régionaux et de contracter des prêts à gauche, à droite. Je doute fort que ce financement ne soit autre chose qu’un prêt.

Et si c’est fait par prêts, comment allons-nous, génération à venir rembourser ces prêts???
Monsieur le Président, nous n’avons pas des entreprises fournissant emplois et vous allez dépenser des milliards pour nous construire des stades sur prêts à rembourser, dans lesquels nous irons nous distraire, jouer et danser sans y trouver de l’argent pour rembourser les prêts ?

Monsieur le Président, la majorité des enfants de notre pays n’a en tête que de voyager, quitter l’Afrique par tous les moyens pour trouver des emplois dans les pays industrialisés dits développés, et pour ce pays BENIN de 11millions d’habitants vous voulez nous construire 21 stades supplémentaires à ceux existant déjà ? Je vous informe que la plupart des stades existant actuellement sont mal entretenus, laissés en brousse, et ne sont exploités la plupart du temps que pour les meetings de campagnes électorales ou les églises ? Car pour aller jouer, il aura fallu pouvoir survivre, avoir obtenu un revenu financier pour avoir pu manger !

L'autre nom par lequel on désigne les pays developpés, c'est pays industrialisés. Soit on s'industrialise, et on se développe, soit on ne le fait pas, et on reste sous-developpé, meme avec le tourisme!

Monsieur le Président, j’ai suivi une de vos sorties sur plateaux TV dans laquelle vous refusiez d’être appelé Père de la Nation en ajoutant que vous n’aimez pas du tout cette appellation ‘’Père de la Nation’’. Je viens par ces mots vous supplier d’accepter d’être le père de cette nation et d’endosser ainsi les responsabilités qui sont celles d’un père envers ses fils à savoir : lutter pour le bien-être de ses enfants, et non pour le serrage de ceinture de ses enfants, lutter pour le respect et la dignité de ses enfants, et non qu’on nous traine dans la merde. Je me refuse de croire que vous refuserez d’être le Père de la nation, faisant ainsi de notre pays un pays orphelin.

J’ose croire que vos services vous transmettons ce message qui si vous le comprenez pourra soulager la peine des populations, mais, dans le cas contraire, je reviendrai des années plus tard ressortir ce message au moment où ces 21 stades seront abandonnés en brousse et ne servant à rien et au moment où notre pays croulera sous le poids de la dette que ma génération au pouvoir dans ce temps devra rembourser.

Monsieur le Président de la République, avant que vous et vos soutiens ne disent que ce n’est pas le rôle de l’Etat de créer des entreprises, je voudrais humblement vous rappeler que si l’Etat n’avait pas construit huilerie, industries d’égrenage de coton, vous, ou vos mandants n’en seront pas aujourd’hui propriétaires et qualifiés de ‘’homme riche.’’

Je finirai ma lettre en vous félicitant pour votre lutte contre la corruption que je trouve très bonne comme lutte contre l’inégale répartition des richesses nationales. Mais, Excellence Monsieur le Président de la République, c’est cette lutte qui risque d’entrainer le pays dans le gouffre et le chao du fait de la réduction de la masse monétaire en circulation qu’engendre cette lutte. Les entreprises ferment les unes après les autres à cause de la diminution de la consommation engendrée par cette réduction de la masse monétaire en circulation. Trouvez solution immédiate à cette situation par des augmentations de 15 à 20% des paiements aux instituteurs dans les villages, les infirmiers et agents de santé dans les zones reculées, ou encore lancer plusieurs chantiers industriels pour procéder à des recrutements massifs de personnes bien payées… Autrement, la haine de la population envers vous ne fera qu’augmenter. Mais, comme vous ne vous voyez pas en tant que Père de la nation, cela peut ne rien vous signifier que le peuple ait de la haine envers vous. 

Sur ce, je dépose ma plume, espérant lire les jours à venir l’annulation de l’avis d’appels d’offres pour la construction des 21 stades ou tout au moins le lancement des travaux de rédaction ou de lancement d’avis d’appels d’offres pour la construction d’infrastructures productrices de richesse. Je me propose volontiers de vous y aider si vous le désirez !

Ce texte est écrit le 16 Décembre 2017, mais, publié le 31 Janvier 2018. Plus d’un mois de réflexion à me demander s’il faille le publier ou pas. Mais, la vidéo de la dame qui, certainement harcelée par les dettes, souffrances et autres maux de la rupture s’est déshabillée en pleine circulation à Cotnou hier, avant de se mettre à se jeter sous les voitures et camions demandant la mort volontairement m’a donné la force de publier le texte. Espérons que ce texte vous aide, et aide les pays de merde de l’Afrique!

Cotonou, le 31 Janvier 2018.
Jaures SOGBOSSI.

Read 1143 times

1 comment

  • Comment Link Tamokwe jeudi, 01 février 2018 06:26 posted by Tamokwe

    Il est temps pour nous kemites de valoriser notre continent et pour ceux qui veulent marquer l histoire , alors il faut amplifier les entreprises sur le territoire, former les jeunes pour des métiers directs à effets immédiats. Donc président, fils du continent levez des fonds pour des centaines voir des milliers d entreprises et dans trois ans les retombées pourront construire des stades .
    En plus il ya trop de défis économiques mettre tous les jeunes à contribution pour le développement vaux plus que n importe quel stade.
    Occupez les jeunes dans la création, le développement personnel, le travail , la recherche santé, économie( start up , micro-entreprise, entreprise, industries ...) la culture kemite ( africaine) voilà ce que l Afrique dois faire et nous vous attendons sur ces plans .
    Écoutez la jeunesse et non les multinationales ou ceux la qui veulent un Afrique sans les africains , car l objectif visé en jouant leurs jeux .

    Report

Commentaire