jeudi, 07 juillet 2011 09:25

TOGO:REVUE DE PRESSE 242: DU MERCREDI 6 JUILLET 2011

Written by
Rate this item
(0 votes)

Ce mercredi 6  juillet   2011,  l’actualité est marquée par les étudiants dans l’attente de la résolution définitive de la crise sur le campus de Lomé, la signature de convention de financement entre l’UE et le Togo pour la réduction de la pauvreté, le ministre du Commerce qui appelle à la bonne distribution du ciment sur le marché togolais, et le bras de fer entre la HAAC et les organisations de la presse privée.
Pour en parler nous avons parcouru pour vous Liberté n° 1002,  Forum de la semaine n°975, Nouvelle Expression n°130, Le Libéral n°27, Le Magnan Libéré n°211, La Dépêche n°578,  Le triangle des Enjeux n°151, Le Regard n°738 et Togo-Presse n°8571.

 

Ce mercredi 6 juillet 2011, l’actualité est marquée par les étudiants dans l’attente de la
résolution définitive de la crise sur le campus de Lomé, la signature de convention de
financement entre l’UE et le Togo pour la réduction de la pauvreté, le ministre du Commerce
qui appelle à la bonne distribution du ciment sur le marché togolais, et le bras de fer entre la
HAAC et les organisations de la presse privée.
Pour en parler nous avons parcouru pour vous Liberté n° 1002, Forum de la semaine n°975,
Nouvelle Expression n°130, Le Libéral n°27, Le Magnan Libéré n°211, La Dépêche n°578, Le
triangle des Enjeux n°151, Le Regard n°738 et Togo-Presse n°8571.
Crise au campus de Lomé : le point demain
Les étudiants tiennent à mettre la pression sur le gouvernement en organisant jusqu’à la fin
de semaine des sit-in pour avoir gain de cause. Ainsi, ils promettent de se retrouver vendredi
pour le point des discussions en cours avec le gouvernement. Le second round de discussion
est programmé pour demain. En attendant ce nouveau rendez-vous avant la reprise des
cours, la crise sur le campus de Lomé fait la une des journaux.
« Des sit-in jusqu’à la signature d’un accord crédible », titre à la une de Le Magnan Libéré.
« Les protagonistes se retrouvent demain pour faire le point », à la une de Le Libéral. Pour le
confrère, « les discussions de demain s’annoncent sous un jour positif. » Et de conclure,
« Adou ayant été élargi, rien ne s’oppose à ce que les étudiants et le gouvernement
parviennent à un accord réglant définitivement la crise comme ce fut le cas avec les
médecins.» « Université de Lomé : vers une probable sortie de crise ; la rencontre de
demain sera décisive », titre à la une de La Dépêche. A l’analyse de la situation de crise, le
confrère donne des conseils : « Les autorités universitaires doivent revoir leur méthode de
gestion des universités…Quant aux étudiants, nous leur rappelons qu’ils sont l’avenir et
l’espoir de leur famille et de la nation. Que ce soit du côté des étudiants ou du
gouvernement, il faut tenir compte des moyens dont on dispose, voir ce qui peut être fait à
court terme, à moyen et long termes et ce qui ne peut l’être.» Le Triangle des Enjeux s’en
prend systématiquement au Professeur Ahadzi-Nonou en des termes peu amènes : « On ne
sait pas ce que Ahadzi-Nonou cherche encore à la présidence de l’université de Lomé. Si la
honte pouvait tuer, ce juriste laisserait depuis ses cendres. Bizarre que cela puisse paraitre,
le monsieur s’est encore présenté en qualité du président de l’Université devant le même
Adou Sébou et certains membres du gouvernement le samedi dernier à la primature pour
entamer un autre dialogue. »
2
Le ciment togolais mal distribué : le ministre du Commerce veille au grain
Des perturbations dans la distribution du ciment provoquent des dysfonctionnements au
niveau des prix. Le ministre du Commerce et de la promotion du secteur privé, dans un
communiqué rendu public le 4 juillet dernier, met en garde.
Sous le titre « Perturbation dans la distribution du ciment : les prix restent inchangés, M.
Ahoomey-Zunu met en garde les ‘spéculateurs’, Nouvelle Expression exploite le
communiqué traité par l’agence Savoir News. « Dérèglement dans la distribution du ciment :
des mises en garde contre les spéculateurs sur les prix inchangés », lit-on à la une de Forum
de la semaine qui rappelle les dispositions du communiqué à savoir que les prix du ciment
restent inchangés et les revendeurs sont avertis que la spéculation est interdite et que le
barème officiel des prix de vente de ciment sur toute l’étendue du territoire reste inchangé.
« La spéculation continue malgré les menaces du gouvernement », écrit Le Regard qui
souhaite « la livraison du ciment dans les plus brefs délais à tous ceux qui ont passé les
commandes et qui attendent depuis des mois. » La Dépêche s’interroge à l’annonce du
communiqué : « Pénurie de ciment et de gaz : à quoi sert le ministère du commerce ? »
« Depuis cinq ans, c’est la pénurie du ciment et du gaz qui fait le lot des ménages togolais.
C’est le cas du ciment qui étonne dans un pays doté de trois cimenteries… Nous voulons du
ciment pour relancer l’économie nationale et du gaz pour diminuer la pression sur notre
flore et restaurer la notre nature. »
Coopération : le geste de l’UE pour la réduction de la pauvreté
Lorsqu’il y aune signature de convention de financement ou des aides diverses accordées au
pays, les Togolais lorgnent toujours du côté où des prébendes pourraient leur permettre de
gagner quelque chose ou d’arrondir les fins de mois difficiles. L’Union européenne vient de
donner la preuve pour aider le Togo à réduire la pauvreté en signant deux conventions ce
mardi 5 juillet. C’était entre M. Patrick Spirlet, chef de la Délégation de l’Union Européenne et
Mme Dédé Ahoéfa Ekoué, ministre de la Planification, du développement et de
l’Aménagement du territoire.
« Coopération UE-Togo : deux conventions d’environ 6,18 milliards de F CFA signées hier »,
titre à la une de Togo-Presse qui donne des précisions sur la nature des financements : « le
premier engagement porte sur un avenant à la convention de financement de l’Appui
Budgétaire à la Réduction de la pauvreté (ABRP) pour un montant d’environ cinq milliards de
FCFA alors que le second est relatif au financement du projet d’amélioration de l’Etat
nutritionnel des enfants de moins de cinq ans à travers une approche communautaire à
hauteur de 1,18 milliards de FCFA. » Ces informations sont reprises par Le Magnan Libéré, le
premier sous le titre « L’Union européenne décaisse environ 5 milliards de francs CFA au
profit du Togo » et le second sous le titre « L’Union européenne soutient l’amélioration de
l’état nutritionnel des enfants au Togo. » La Dépêche en fait la synthèse sous le titre
«Réduction de la pauvreté : L’UE accorde 6,18 milliards de Francs CFA au Togo. »
3
HAAC : bras de fer en attendant les travaux en commission
Les confrères de la presse privée ont voulu donner de la voix en raison de l’absence de leur
représentant au sein du bureau de l’Institution. Ils ont même, sur instruction du Conseil
national des Patrons de Presse (CONAPP), de l’Union des Journalistes indépendant du Togo
(UJIT) et de l’Observatoire Togolais des Médias (OTM), décidé de décliner une invitation de
la HAAC pour des échanges. Pour combien de temps va durer ce bras de fer?
Très amer pour la composition de la nouvelle équipe dirigeante Le Triangle des Enjeux s’en
prend ouvertement au président de l’Institution, M. Kokou Tozoun qu’il qualifie de tous les
noms d’oiseau : ‘un zélé démesuré’, ‘un inconditionnel du régime RPT’, un réputé maître
dans l’art de mentir et d’orchestrer des coups bas’, ‘un lugubre personnage aux intentions
ténébreuses’, un vulgaire et véreux personnage’, ‘un suppôt du régime déphasé du RPT’, Il
plaint Phillipe Evegnon dans ce « climat de pourriture généralisée ». M. Evégnon n’a plus
rien à faire, juge-t-il. Sa démission de cette institution constitue à notre entendement, le
moyen le plus indiqué pour accompagner et soutenir la presse privée qui continue de
manifester son mécontentement face à ce phénomène… Ainsi il aura prouvé toute la valeur
et toute la dignité de l’homme que représente sa personnalité. » Et le confrère de conclure
sur un air d’assurance après s’être ainsi vidé tout en croyant avoir gagné une bataille:
« toute la presse privée est arrivée à un point de non retour de son combat et ce n’est pas
un Kokou Tozoun très mal placé qui constituera pour celle-ci une embûche. » Sous le titre
« UJIT et HAAC, même élection », La Dépêche condamne cette réaction en ces termes : « La
démocratie a ses exigences auxquelles nous devons nous soumettre. Une élection vient
d’avoir lieu à la HAAC. Des gens ont élus au bureau. Nous devons prendre acte, tout au plus,
analyser, expliquer mais ne pas nous poser en donneur de leçons voire en contestataires.
« Création des comités techniques : la HAAC lance un défi aux organisations de presse »,
titre Le Regard qui pressent que les journalistes qui boycottent aujourd’hui la HAAC
retourneront certainement demain pour siéger au sein des commissions techniques créées :
« bientôt l’institution de régulation demandera aux organisations de presse d’envoyer leurs
membres pour occuper des postes, écrit l’hebdomadaire. On attend de voir si ceux qui ont
protesté ravaleront leur vomissure en gambadant pour intégrer ces Comités. » « Tozoun
pourrait rentrer en discussion avec les organisations de presse privée mécontentes du
nouveau bureau de la HAAC », lit-on à la une de Le Libéral. C’est de bonne guère pour
sauver les meubles de la corporation.
Voilà pour l’essentiel et bonne réception, car ainsi va la presse togolaise qui vous invite à
méditer ce proverbe namibien : «L'univers est un livre dont on a lu que la première page,
quand on a vu que son pays.»
Lomé, le 6 juillet 2011
Amévi DABLA

Read 239 times Last modified on mercredi, 09 juillet 2014 15:06

Commentaire