vendredi, 08 juillet 2011 16:08

TOGO:REVUE DE PRESSE 244 DU VENDREDI 8 JUILLET 2011

Written by
Rate this item
(0 votes)

Ce vendredi 8  juillet  2011, l’actualité est marquée par les discussions houleuses entre le gouvernement et les étudiants de l’université de Lomé hier, les 20 ans de l’ouverture la Conférence nationale togolaise, les petites phrases de Mme Patricia Hawkins à l’occasion du 235ième anniversaire des Etats-Unis d’Amérique diversement appréciées, l’identification des abonnés des services de télécommunications d’ici six mois.
Pour en parler nous avons parcouru pour vous Forum de la semaine n°977, Liberté n° 1004, Nouvelle Expression n°131, L’Eveil de la Nation n° 235, Le Regard n°739, Le Canard Indépendant n° 344, L’Union pour la patrie  n°410, et   Togo-Presse n° 8573.



Crise universitaire : des discussions houleuses hier

Tout le monde pensait à une sortie de crise avec la rencontre prévue hier entre le gouvernement et les étudiants de l’Université de Lomé. Rien de cela à en croire les journaux.
« Discussions houleuses à la primature : le MEET en désaccord avec les autorités togolaises », titre Le Regard qui écrit : « les discussions entre les représentants des étudiants qui se sont poursuivis jusque tard dans la nuit auraient achoppé sur la session de rattrapage. Les autorités universitaires appuyées par les représentants du gouvernement se sont catégoriquement opposés à cette exigence. Comme il fallait s’y attendre, les discussions ont tourné presqu‘au harcèlement contre les représentants du MEET qui,  en définitive, n’ont pas voulu s’associer à la signature de cet accord. »  Un accord a été signé sans le MEET, écrit le  confrère qui rappelle que la stratégie du gouvernement a consisté à « coopter les mouvements fantoches acquis à sa cause. » Le journal publie les termes de l’accord intervenu entre le gouvernement, les autorités universitaires, le collège des délégués généraux, NDES, HaCAME, FESTO, CE-FDD, CEUL, UETO, LITESSE, accord  relatif au plan académique et matériel.  Sur le même sujet le quotidien privé Nouvelle Expression  n’ayant que des bribes d’informations s’est contenté d’annoncer en manchette du journal ce titre « Face à face Etudiants et Autorités : des discussions auraient été houleuses. »

La Conférence nationale : vingt ans déjà

Ils étaient partants pour des assises qui devraient servir à poser des jalons pour une refondation de la politique togolaise, il y a vingt ans. Malheureusement, ils ont déchanté face aux coups de boutoir du pouvoir qu’ils pensaient déboulonner facilement. La transition en a pris de sérieux coups.
Forum de  la semaine publie l’intégralité du rapport général qui a ouvert la voie à la transition du gouvernement Joseph Koffigoh. « Rétrospective des moments forts », titre Nouvelle Expression qui retrace le film des assises au fil des jours avec des acteurs comme Koffigoh, Edem Kodjo, Agboyibo, Gnininvi,  Barqué, Mgr Kpodzro entre autres Togolais venus de la diaspora.  « Récit d’un rendez-vous houleux », lit-on à la une de Le Regard qui note que « la conférence nationale a été un événement majeur dans l’histoire du Togo. » Le confrère regrette que « vingt ans après, une grande partie de la jeunesse ignore ce moment crucial de la longue marche du Togo vers la démocratie qui curieusement ne figure dans aucun programme d’éducation au Togo tout comme d’ailleurs les événements qui l’ont précédée depuis le début des années 1990. »

Anniversaire de l’indépendance des USA : les petites phrases de Mme Patricia Hawkins

A l’occasion de la célébration le 4 juillet dernier du 235ième anniversaire de l’indépendance des Etats-Unis d’Amérique, l’ambassadeur, Mme Patricia Hawkins a eu des  mots à l’endroit de la classe politique togolaise ; des mots diversement appréciés.
Togo-Presse rend compte de la réception à la résidence de l’ambassadeur et souligne que   « Mme Hawkins a exhorté le chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbé, à poursuivre les efforts par des actions concrètes, en vue d’éradiquer la corruption, renforcer la bonne gouvernance, garantir les libertés de mouvement et de manifestation et avancer dans toutes les réformes en cours. » Nouvelle Expression n’est pas allée plus loin que l’article proposé par l’Agence Savoir News sous le titre « Fête de l’indépendance des USA célébrée au Togo. » En dehors de l’événementiel, d’autres confrères ont porté des regards critiques sur le discours de Mme Hawkins.  Forum de la semaine reprend les grandes lignes de son intervention : « Faure mérite qu’on lui reconnaisse d’avoir présenté une vision pour l’avenir du Togo », « pour réaliser sa vision, il a besoin d’une opposition capable de le rejoindre à mi-chemin », « ne marchez pas seulement contre le gouvernement, marchez pour quelque chose », « courage à Faure Gnassingbé et Gilchrist olympio qui face à une désapprobation presque totale de leurs alliés et supporters respectifs, ont compris que le seul moyen, d’aller de l’avant était de travailler ensemble pour assurer l’avenir du pays », « avancez dans les réformes, même s’il y en a qui s’opposent à tout ce que vous faites », « le Togo réussira et ses meilleurs jours sont devant lui. » Ces morceaux choisis ont fait l’objet de commentaire de la classe politique que reprend le confrère : « De l’ANC qui trouve qu’elle (Mme Hawkins) n’a pas eu le courage de crever l’abcès en allant au fond de ses idées en critiquant ouvertement la gouvernance de Faure Gnassingbé et sa gestion de la question des droits de l’Homme, à l’OBUTS dont le président, Agbéyomé Kodjo, a semblé un moment s’en convaincre que ce qu’elle a dit ‘n’est pas totalement faut’, tous ont des points de vue divergents, même s’ils trouvent que par moment, elle a été complaisant à l’endroit de l’actuel locataire du palais de la Marina en adoptant un ton diplomatique, en y allant avec des gants en ne disant pas les choses toutes crue. »   « L’Ambassadeur des Etats-Unis en fin de mandat au Togo, écrit Le Regard, a fait une déclaration qui illustre  ses sentiments qui vont de l’espoir et de l’optimisme à la frustration.»  Pour le confrère, « si Mme l’Ambassadeur constate que les actes de Faure Gnassingbé ne concordent pas avec ses paroles, c’est tant mieux car c’est  le propre de ce régime quarantenaire qui a fait de l’imposture et la duplicité son sport matinal. » « Triste sortie de l’Ambassadeur des Etats-Unis au Togo », s’exclame Liberté qui regrette qu’elle soit « un fan de Faure et un sniper de l’opposition. »  Le journal range tous les diplomates dans le même panier : « les diplomates du monde  ‘civilisé’ accrédités au Togo sont pareils. Après Alexander Beckmann, l’ambassadeur d’Allemagne au Togo en fin de mission qui a louangé Faure Gnassingbé et le pouvoir en place dans son allocution d’adieu la dernière fois, c’est sa collègue des USA qui lui emboite le pas. « Mme Patricia Hawkins met les pieds dans les plats », titre Le Canard indépendant. L’hebdomadaire relève les faiblesses de l’action gouvernementale avec une certaine élégance : « si l’ambassadeur des Etats-Unis s’est félicitée de progrès réalisés au Togo selon elle depuis 2005, au point de choquer certains observateurs, elle n’a pas moins souligné les anomalies ou manque de lisibilité qui marquent la gouvernance de Faure Gnassingbé. C’est notamment le cas de la pertinence de la corruption, malgré les proclamations gouvernementales en faveur d’une lutte contre la corruption au Togo, de même que l’annonce en décembre 2010, de la tenue d’un dialogue inclusif. »
Justement à propos du piétinement du dialogue inclusif annoncé dans son discours de fin d’année, Faure semble faire du surplace. « Face aux crises sociales à répétition : Faure Gnassingbé compte sur Me Agboyibo pour relancer le dialogue inclusif et faire baisser la tension, des manœuvres ont déjà commencé en vue de flouer le peuple togolais », lit-on à la une de Liberté. A en croire  les indiscrétions du journal, l’ouverture de ce dialogue est pour bientôt. « Selon les informations obtenues dans le sérail, écrit-il,  Faure Gnassingbé et ses hommes tiennent à adoucir le climat politique et vont tenter de concéder des élections à deux tours, la limitation du mandat présidentiel, des solutions aux problèmes de découpage électoral, bref des réformes chères à l’opposition togolaise. »

Téléphonie : l’identification de tous les abonnés

C’est de rigueur ailleurs que tout abonné à un service de télécommunication soit identifié. Le Togo, face à l’accroissement de la criminalité en a pris la décision mercredi 6 juillet au Conseil des ministres. Une période de transition de six (6) mois va permettre à tous les abonnés de s’y conformer.
« L’identification des abonnés s’impose », s’exclame Nouvelle Expression qui reprend une dépêche de l’agence Savoir News.  L a dépêche précise que « le gouvernement togolais a décidé de mettre en place une base de données fiables d’identification des abonnés aux réseaux téléphoniques en vue de protéger les citoyens contre tous les crimes commis par le moyen du téléphone. » La même information est traitée par L’Union pour la patrie qui précise que « la mesure met visiblement fin à l’achat des cartes à puce à la criée aux grands carrefours de Lomé. » Le journal cite l’exemple du Ghana qui a mis fin à cette pratique en décembre 2010 et le Bénin et le Sénégal qui ont aussi opté pour l’identification très prochaine des abonnés aux réseaux de téléphonie.
Voilà pour l’essentiel et bonne réception, car ainsi va la presse togolaise qui vous invite à   méditer  ce proverbe tanzanien : «Assis ou debout, le crapaud est toujours le même.»
Lomé, le 8 juillet 2011
Amévi DABLA

Read 270 times Last modified on mercredi, 09 juillet 2014 15:06

Commentaire