vendredi, 15 juillet 2011 22:21

REVUE DE PRESSE 249:DU VENDREDI 15 JUILLET 2011

Written by
Rate this item
(0 votes)

Ce vendredi 15 juillet  2011, l’actualité est marquée par  la nouvelle hausse de prix du carburant à la pompe, l’ouverture de cinq routes à la circulation à Lomé, les errements et erreurs  de  certains politiciens du pays, et la connexion Internet désormais disponible dans les CHU suite aux revendications du corps du personnel des centres hospitaliers. Pour en parler nous avons parcouru pour vous Forum de la semaine n°982, Liberté n° 1009, Nouvelle Expression n°135, Le Destin des nations n° 279, Le Correcteur n°268, L’Union pour la patrie n° 412, Le Canard Indépendant n°345 et   Togo-Presse n° 8578.

 

Hausse de prix des produits pétroliers
Depuis hier, le gouvernement a revu à la hausse le prix des produits pétroliers. Cette nouvelle hausse est entrée en vigueur depuis ce vendredi 15 juillet à 0 heure. D’après la nouvelle grille tarifaire, le prix du super sans plomb est désormais à 595F CFA, celui du pétrole lampant et du gaz oil respectivement à 490F CFA et à 629F CFA. Le mélange à deux temps revient pour sa part à 665F CFA et le gaz butane à 3859F CFA pour la bouteille de 12,5kg et à 1852F pour celle de 6kg. La dure épreuve de hausse de prix du carburant a abondamment été traitée dans les journaux. 

Togo-Presse publie à sa une le communiqué relatif aux nouveaux prix. « Une mauvaise nouvelle dictée par la vérité des prix », avance L’Union pour la patrie. « Avec ces nouveaux prix du carburant à la pompe, les prix du transport interurbain et urbain ne devraient pas changer », avertit Forum de la semaine. « Ce qui est agaçant, note Liberté, c’est que les gouvernants sont prompts à revoir à la hausse le prix du carburant à la moindre fluctuation, mais ne montrent pas le même empressement à faire répercuter à la pompe toute baisse du prix des hydrocarbures. » « Il y a près d’un mois après la hausse des prix du carburant, constate Le Correcteur, il y a eu certaines mesures d’accompagnement pour soulager la population. Le gouvernement doit encore faire des efforts dans ce sens pour éviter que le peuple déjà meurtri puisse supporter cette nouvelle situation dramatique. » Le Canard Indépendant lui emboite le pas : « cette nouvelle augmentation s’est opéré, écrit-il, sans aucune mesure d’accompagnement pour alléger les souffrances des populations. »

L’ouverture de cinq routes à la circulation à Lomé

Les grands axes routiers de la capitale sont en train de prendre un coup de neuf depuis le mois de février 2011. Depuis hier une demi-douzaine de voies ont été ouvertes à la circulation. Il s’agit du Boulevard de la Victoire (tronçon Todman), la rue Krha (entre le boulevard du 13 janvier et l’immeuble le prince), la rue Kamé (entre les avenues Kléber et Libération), la rue 37TKA (entre Mèche Amina et rond point Gakpoto) et la rue de Paris sud (entre la rue lagunaire sud et le boulevard du 13 janvier).

« Réhabilitation et modernisation des rues : plusieurs artères rouvertes hier à la circulation dans la capitale », titre qui barre la une de Togo-Presse. Pour le quotidien national, « l’objectif visé par le gouvernement est de « redonner au Togo et surtout à la ville de Lomé son lustre d’antan. » « Cinq tronçons ouverts à la circulation, plusieurs autres attendus avant fin juillet », se réjouit Liberté qui souligne que « les populations de Lomé peuvent pousser un grand ouf. » « Ouf ! Depuis hier après-midi cette exclamation tombait de la bouche de la plupart des Loméens », note Nouvelle Expression. « Cinq tronçons rouverts. Ce qui devrait faciliter un tant soit peu la circulation », fait observer Le Canard Indépendant.  Pour Togo-Presse, « aujourd’hui, le pari est en passe d’être gagné. Plusieurs rues du pays et surtout de la capitale sont en rénovation. Il s’agit particulièrement des travaux de réhabilitation et de modernisation du boulevard du Mono (Aflao-Sanvee Kondji, partiellement achevé, le grand contournement de Lomé, d’Alédjo ainsi que plusieurs artères de la ville de Lomé. »

Errements et erreurs politiques

Transhumance politique de la CDPA vers le RPT, l’opposition et la mouvance présidentielle renvoyées dos à dos par la gestion sur leur gestion du quotidien.

Il y a trois jours seulement, la CDPA de Léopold Gnininvi était montée au créneau pour réclamer un calendrier pour les législatives de 2012 et la limitation du mandat présidentiel. Dans la foulée, le parti vient de se séparer d’une de ses militantes de taille. « Transhumance politique au Togo, Mme Lydia Adanlété-Santana : de la CDPA au nouveau parti de Faure Gnassingbé », révèle Liberté à propos de cette militante de première heure de la CDPA qui a été cooptée pour occuper dans le gouvernement d’union en 2006 le poste de ministre déléguée auprès du ministre des Petites et Moyennes entreprises et de la Promotion de la zone franche, chargée du secteur informel.

« Chaque jour que Dieu fait, les populations s’interrogent sur de quoi le lendemain sera fait  pour notre pays et quel sera l’avenir des générations montantes », écrit Le Destin des nations qui dénonce les « errements et erreurs politiques » chez nos gouvernants. Le confrère note par exemple que « le pouvoir pose des actes dans des périodes inappropriés, mettant à mal les efforts du processus Vérité, Justice et Réconciliation. »  Pour dire vrai,  l’atmosphère dans laquelle baignent les politiciens togolais  est des moins enviables. « L’Union de l’opposition, un véritable serpent de mer », regrette Liberté. « Indignation au niveau de l’opposition, panique du côté des anciens dignitaires du Rassemblement du Peuple Togolais (RPT) », note Nouvelle Expression. Pour le confrère, « l’opposition togolaise  au pied du mur doit tirer des leçons de 20 ans de lutte marquée par la conférence nationale, la signature de différents accords politiques dont le tout récent et fameux APG (Accord Politique Global). » Le journal tire aussi sur le  camp d’en face qui est « voué à la vindicte populaire. » L’allusion indique bien qu’il s’agit du RPT. A propos de ce parti quadragénaire, beaucoup se dit à propos de sa mort prochaine : « né à Kpalimé, enterrera-t-on le RPT à Kara ? » Interrogation à la une de Le Destin des nations qui écrit : « analysé de plus près, ce plat reste indigeste, pour ne pas dire, donne de la constipation aux militants de premières heures, ceux-là même qui sont restés fidèles au Père fondateur de ce parti.  Si dissolution du RPT il y a, l’on enterrera ainsi définitivement Eyadèma. »


La connexion Internet désormais disponible dans les CHU

Le syndicat national des praticiens hospitaliers du Togo (SYNPHOT) s’est battu, à coups de menace de grève,  pour l’amélioration des conditions de travail du personnel des centres hospitaliers. 

« Le gouvernement répond aux revendications du SYNPHOT », s’exclame Nouvelle Expression. « Le gouvernement plie devant les revendications du SYNPHOT, la connexion Internet sera facturée aux médecins dans les CHU », lit-on dans Liberté qui rapporte : « c’est avec un air fier et sûr de lui-même que le ‘nouvel ancien ministre’ de la Santé a fait la démonstration du fonctionnement de la connexion en présence des responsables du SYNPHOT, plutôt méfiants. » « Avec ce début d’exécution, lit-on dans Forum de la semaine,  il apparait clair même s’il va falloir être toujours vigilant, que les situations tendues d’il y a quelques semaines entre les parties sont donc devenues de mauvais souvenirs. »

Voilà pour l’essentiel et bonne réception, car ainsi va la presse togolaise qui vous invite à   méditer  ce proverbe africain : «Si tu vois un éléphant avaler une noix de coco, c'est qu'il a confiance en son derrière..»
Lomé, le 15 juillet 2011
Amévi DABLA

Read 258 times Last modified on mercredi, 09 juillet 2014 15:06

Commentaire