lundi, 18 juillet 2011 20:51

TOGO:REVUE DE PRESSE 250 DU LUNDI 18 JUILLET 2011

Written by
Rate this item
(0 votes)


Ce lundi 18 juillet  2011, l’actualité est marquée par  Le FRAC marche vers la Gendarmerie aujourd’hui pour réclamer la libération de ses militants arrêtés au cours d’une rafle de la police jeudi dernier, le nouveau parti de Faure toujours dans les limbes,  Evala 2011 sous le signe de la protection contre le VIH/SIDA, six mois aux abonnés des réseaux de téléphonie mobile pour s’identifier, et les explications du gouvernement pour faire passer la pilule de la hausse des prix des produits pétroliers.

Pour en parler nous avons parcouru pour vous Forum de la semaine n°983, Liberté n° 1010, Nouvelle Expression n°136, Courrier de la République n° 230, Le Correcteur n°269, Le Dauphin n° 114, Golfe Info n°740 et   Togo-Presse n° 8579.

 

Le FRAC veut marcher sur la Gendarmerie aujourd’hui

Des jeunes des quartiers de Hanoukopé, Nyékonakpoè, Tokoin Hôpital, Kodomé, Tokoin Novissi  et Kodjoviakopé, environ 150 personnes,  ont été interpellés dans la nuit de jeudi 14 juillet dernier aux environs de 21h. Conduits à la gendarmerie, certains ont dû payer une rançon, être photographiés et leurs empreintes relevées avant d’être libérés. D’autres sont toujours détenus. Le FRAC en est offusqué et veut le dire ce jour en marchant sur la gendarmerie.

« C’est une opération de routine », rapporte Courrier de la République citant des sources proches de la gendarmerie. Le confrère ajoute d’autres informations : « il semble que des indics véreux en manque d’argent, auraient révélé que des colis de drogue et des armes de poing traverseraient la frontière ouest de la ville avec le Ghana à un endroit inconnu d’eux et convoyés ensuite sur Hanoukopé. Les passeurs opéreraient la nuit. D’où la descente musclée de la police dans les quartiers avoisinant la frontière tels Kodjoviakopé, Kodomé, Novissi, Hôpital. » Peut-on parler de récupération de l’opposition ? Peut-être.  « C’est contre cette manière cavalière de faire les choses dans le pays que le FRAC entend manifester aujourd’hui, écrit Liberté. Il est prévu une marche sur l’Etat-major de la gendarmerie nationale destinée à réclamer la libération sans condition des personnes appréhendées sans motif et gardées jusqu’alors dans les geôles de Yark Damehane. » « Pour exiger la libération de ses militants arrêtés : marche à risque du FRAC aujourd’hui sur la gendarmerie nationale ? » L’interrogation est à la une de Forum de la semaine qui ne croit pas vraiment en la stratégie de « ce front qui s’émousse au fil des temps et qui continue de montrer  les limites de sa stratégie de contestation du régime. » Le confrère est sceptique sur l’issue de cette démarche. « Quelle sera dès lors l’issue de cette nouvelle marche sur la gendarmerie et les commissariats annoncée pour ce jour, se demande-t-il, si jamais elle venait à avoir lieu ? Réussira-t-on finalement à obtenir la libération de ces militants ? Autant de questions dont les réponses sont attendues aujourd’hui.» « Ces interpellations outrancières, écrit Le Correcteur, relèvent incontestablement de l’intimidation du pouvoir face à la crise sociale qui menace le pays. »  « Des manœuvres du pouvoir pour intimider les militants du FRAC », titre Liberté. Le quotidien privé déplore cette situation : « Eu égard à la sortie des forces de sécurité  dans certains quartiers de la ville de Lomé suivie d’interpellation ou d’arrestation de passants sans raison valable avec détention pendant des jours avant de les remettre en liberté et à coup de menaces et d’intimidations, on a envie de se demander si l’on construit la démocratie au Togo ou si on la détruit. » « C’est regrettable que notre police censée nous protéger contre les malfrats se laisse induire en erreur par des individus véreux dont le seul souci est de se remplir les poches facilement », note Courrier de la république qui conclut : « la police et la gendarmerie sont au service des populations et doivent rester vigilantes en toutes circonstances. Si elles se laissent abuser par ces hommes sans scrupules, elles risquent de tomber dans des erreurs telles que celles que nous avons observées jeudi dernier. »

Le nouveau parti de Faure toujours dans les limbes

On attendait une forte déclaration pour cette fin de semaine à l’issue d’une rencontre à Kara.  L’annonce de la dissolution du RPT se fait toujours attendre. Les discussions se poursuivraient pour mieux apprêter la pilule à faire avaler.

« Faure Gnassingbé a échangé avec les députés et les comités préfectoraux du RPT», titre Liberté.  « La réunion de Kara devant aborder la question de la dissolution du RPT n’a pas eu lieu, annonce le journal. Les mécontentements des caciques du RPT ont obligé le chef de l’Etat à changer  de fusil d’épaule. C’est ainsi qu’il aurait eu à échanger dans un premier temps avec les députés du RPT à l’Assemblée nationale, puis avec les comités préfectoraux de toutes les régions du Togo. » Sous le titre « La grande hypocrisie des barons », Courrier de la République indique que « Faure doit prendre les décisions qui s’imposent dès lors que l’hypocrisie, la duplicité qui sont les choses les mieux partagées chez certains prennent le dessus, sinon, il tournera autour du pot, et passera le temps sans rien faire de probant et au finish, accoucher d’un mort-né à la grande stupeur de l’opinion. »

 En tout cas, la balle est dans le camp de Faure s’il veut réellement créer son parti. Mais à quoi servira-t-il s’il a déjà entre ses mains un parti dont les assises nationales sont indéniables.

Evala 2011 sous le signe de la protection contre le VIH/SIDA

Depuis samedi dernier le pays kabyè vibre au rythme des rites initiatiques des luttes Evala.  Occasion de retrouvailles mais aussi de bombance et de débauche sexuelle.

« Le ton donné samedi à Pya en présence du président de la République », titre Togo-Presse. Pour le reporter du quotidien national, « c’est dans une ambiance riche en sons, de passion de vaincre, chaleureusement entretenue par les chants et danses des supporters des lutteurs pétillant de toute énergie que le ton des luttes  ‘Evala’ a été donné, samedi, dans le canton de Pya. » « Les Evala sont les symboles de cette culture, de cet esprit de combat où le jeune est appelé à se montrer vaillant et digne de sa communauté » signale une dépêche du site en ligne republicoftogo traitée par Forum de la semaine.

 « Evala, une fête  traditionnelle à dimension touristique et qui regroupe les filles et fils d’une même nation autour des moments forts. Des moments de retrouvailles où les Kabyè se retrouvent et se parlent autour des pots de tchouk, la boisson locale », écrit Le Dauphin.
Beaucoup moins sérieusement écrit Liberté, « toute la Kozah sera en ébullition où danse rimera avec lutte. Le tchouk, la boisson locale coulera à tire-larigot, assaisonnée de la viande de chien, très prisée au cours de ces rites. Les Evala, c’est aussi des moments de défoulement, de grande vadrouille où les ‘grands quelqu’uns’ désertent leurs bureaux à Lomé pour aller se relaxer accompagnés de leurs maitresses. » L’ONG AIMES-AFRIQUE ne veut pas lâcher d’une semelle les jeunes qui se livreraient à une vie de libertinage pendant ce rendez-vous culturel en initiant une campagne intitulée ‘Evala-Akpema sans le VIH/SIDA. » « L’ONG AIMES-AFRIQUE au bon soin des luttes Evala 2011 », titre Le Dauphin, tandis que Togo-Presse a choisi de titrer sur « AIMES-AFRIQUE en campagne de sensibilisation et de dépistage gratuit au VIH/SIDA dans la Kozah. Le Correcteur n’y voit que l’influence négative sur l’administration publique. « Au regard des dysfonctionnements que les luttes Evala créent dans l’administration, il urge que Faure Gnassingbé et son clan revoient leur copie et leur méthode archaïque de gestion du Togo. La bonne gouvernance passe par là. »

Téléphonie mobile au Togo : six mois pour s’identifier

Il y a une dizaine de jours, le Conseil des ministres a annoncé l’identification obligatoire des abonnés des services de téléphonie. Une période transitoire de six mois est donnée pour que chacun puisse se conformer à ces mesures. Déjà de nouveaux produits sont lancés pour appâter davantage les abonnés.

« Fin de clandestinité pour les abonnés escrocs ? », s’interroge Forum de la semaine qui révèle à titre d’information, « les multiples stratégies d’escroquerie mises en branle via internet au Togo ces derniers temps, ont également  bénéficié de la complicité de ces cartes SIM anonymes dont il est quasi-impossible de retrouver les propriétaires. » Le Correcteur ne croit pas en la sincérité du gouvernement en avançant comme titre  « Identification des abonnés de téléphonie mobile : les Togolais enfin ‘mieux écoutés’ par Faure Gnassingbé et ses affidés. » Pour le bi-hebdo, « cette mesure peut être justifiée quand on sait que dans les pays occidentaux, tout abonnement se fait sur présentation d’une pièce d’identité. Mais voilà, le Togo n’étant pas un pays normal, il y a lieu de s’interroger sur les vraies raisons de cette mesure gouvernementale. »

Nul doute que les réseaux de téléphonie veulent toujours gagner du terrain en lançant de nouveaux produits pour les vacances. « Moov-Togo lance trois nouveaux produits pour les vacances », lit-on dans Nouvelle Expression. Le quotidien privé précise qu’il  s’agit de « moov-parrainage, soutenir le comité de l’élection miss Togo et Moov Holidays » « Moov Togo lance ‘Moovparrainage’ et « Atlantic Telecom lance Moovparrainage », lit-on respectivement dans Togo-Presse dans Liberté qui expliquent que   l’objectif de ces produits.  « Il s’agit notamment, précise Togo-Presse, du lancement de la promotion ‘Moovparrainage » (du 15 juillet au 30 août 2011), des activités de vacances principalement adressées aux jeunes appelés ‘Moovsummer ‘ pour le parrainage de nouveaux abonnés (filleuls) par les anciens abonnés, et l’action avec le comité national Miss Togo.


Carburant : les raisons de la hausse

Le gouvernement a organisé vendredi dernier, 15 juillet,  une conférence de presse pour expliqué l’augmentation de 5% du prix des produits pétroliers après le communiqué de jeudi denier. Quelques titres en disent long.

« Deuxième hausse des prix du carburant en 2011 : les autorités togolaises rassurent… », « Augmentation du prix des produits pétroliers à la pompe : les autorités s’expliquent », titrent respectivement Nouvelle Expression et  Golfe de la semaine ; « Augmentation des prix des produits pétroliers : les coûts de transports et d’électricité inchangés », annonce Le Correcteur; « Quand la vérité des prix laisse perplexes les autorités », écrit Courrier de la République et enfin  « Augmentation du prix des produits pétroliers à la pompe : le gouvernement accentue la misère des Togolais », s’exclame Liberté.

Voilà pour l’essentiel et bonne réception, car ainsi va la presse togolaise qui vous invite à   méditer  ce proverbe sud africain : «Assieds toi au pied d'un arbre et avec le temps tu verras l'Univers défiler devant toi.»
Lomé, le 18 juillet 2011
Amévi DABLA

Read 249 times Last modified on mercredi, 09 juillet 2014 15:06

Commentaire