samedi, 21 avril 2012 19:48

Liberté de presse : La HAAC suspend Tribune d’Afrique de parution au Togo

Written by
Rate this item
(0 votes)

Le Magazine Tribune d’Afrique, un organe béninois très présent sur l’actualité togolaise, est interdit désormais de publication au Togo par la Haute autorité de l’audiovisuelle et de la communication (HAAC) pour "flou " sur sa "situation juridique".





D’après les investigations de la HAAC auprès de son homologue béninois, Tribune d’Afrique a son siège social au Bénin, à Porto Novo, et est également édité dans ce pays. Or, ce même média a un autre siège social à Lomé, "sis au quartier Avedji" et tire ses parutions à l’imprimerie « La Colombe » sise au quartier Agbalépédogan. Selon le communiqué de la HAAC, Tribune d’Afrique n'effectue point de dépôt légal ni au Bénin ni au Togo.



La HAAC accuse le magazine béninois de "duplicité" et d’usage du "faux" en échappant à la réglementation du Togo et du Bénin. L’institution de régulation des médias au Togo veut mettre fin donc à cette ambigüité.

"En conséquence, il est fait obligation au Journal « Tribune d’Afrique » de transférer sans délai son siège au BENIN, de faire l’édition et l’impression de ses parutions aux lieux indiqués par la HAAC-BENIN et enfin de suspendre toute publication sur toute l’étendue du territoire togolais jusqu’à ce qu’il se mette en règle vis-à-vis de la HAAC-TOGO", d’après le communiqué.

Le Correspondant de Tribune d’Afrique a vivement réagi ce matin. " La question de siège au Togo, abordée de façon obstinément erronée nous écœure d’autant plus que le siège social, comme l’indique la Haac du Bénin, est à Porto Novo et que la représentation togolaise, qui n’a rien d’illégale, n’est qu’un bureau de correspondance".

Selon David Cudjoe AMEKUDZI, responsable Togo de Tribune d’Afrique, par cette mesure, la HAAC veut anticiper la parution prochaine d’un dossier sur les biens mal acquis que s’apprête à publier le magazine. Il évoque également la violation du code de la presse par la HAAC.

En effet selon le code de la presse, c’est la justice togolaise qui interdit ou suspend une parution sur saisine de la HAAC. "La constitution togolaise, loi fondamentale est d’autant plus claire qu’elle stipule que « L’interdiction de diffusion de toute publication ne peut être prononcée qu’en vertu d’une décision de justice » selon l’article 26, aliéna 3", précise le responsable Togo de Tribune d’Afrique.



Ce n’est pas la première fois que le magazine béninois a maille à partir avec les autorités togolaises. Condamné en août 2010 à 63 millions CFA de dommages et intérêts dans une affaire l’opposant à Mey Gnassingbé (frère du chef de l’Etat) et suspendu (le journal a fait appel de la décision), le directeur de la rédaction de Tribune d’Afrique a été kidnappé le 12 février dernier par des agents de la gendarmerie nationale alors qu’il enquêtait sur affaire de mœurs dans lequel le Président de l’Assemblée nationale, Abbas Bonfoh, serait impliqué.

La HAAC demande à Tribune d'Afrique de régulariser sa situation juridique au Bénin avant de reprendre ses parutions au Togo.

(www.mo5-togo.com)

Read 302 times Last modified on mercredi, 09 juillet 2014 15:06

Commentaire