lundi, 20 août 2007 01:54

Togo... Messan Kodjo peut sauver ce pays d’un drame annoncé...Ahhhhhhhhhhhhh!

Written by
Rate this item
(0 votes)
Le nom de M. Agbeyome Messan Kodjo pour diriger un nouveau gouvernement togolais, revient souvent dans les coulisses de l’Union Européenne. Cet opposant au régime du général Gnassingbé Eyadema, — hérité par son fils Faure Gnassingbe— aura-t-il les mains libres pour imprimer la nouvelle politique tant attendue par le peuple togolais ?.

PARIS, 17 août (Infosplusgabon) - Le Togo vit actuellement une période trouble marquée par d’importantes contestations au sein de la population et des partis politiques de l’opposition, dont les Etats-majors sont favorables à une décrispation de la machine administrative togolaise et à l’installation d’une nouvelle équipe dirigeante.
Le nom de M. Agbeyome Messan Kodjo pour diriger un nouveau gouvernement togolais, revient souvent dans les coulisses de l’Union Européenne. Cet opposant au régime du général Gnassingbé Eyadema, — hérité par son fils Faure Gnassingbe— aura-t-il les mains libres pour imprimer la nouvelle politique tant attendue par le peuple togolais ?.

Il est important de situer le contexte politique actuel du Togo et la succession de Gnassingbé Eyadema. Dans les heures qui ont suivi sa mort, et en l’absence du pays du président de l’Assemblée nationale, qui selon l’article 65 de la Constitution doit assurer l’intérim de la présidence, l’armée togolaise prend la décision de confier le pouvoir au fils de Gnassingbé Eyadema, Faure Gnassingbé.

Un juriste français est appelé en toute hâte pour modifier la constitution et permettre à Faure Gnassingbé d’être aussitôt élu à la Présidence de l’Assemblée nationale.

On observa dans les jours qui suivirent que des troupes françaises patrouillaient dans Lomé. L’Union africaine par la voix du Président de la Commission Alpha Oumar Konaré dénonce un coup d’État militaire.

La plupart des pays, l’Organisation des Nations Unies (ONU), la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Union européenne (UE) exigent le retour à la légalité constitutionnelle. La France se rallie à ce concert des nations.

Selon Komla Gbanou, « le Togo est situé en Afrique de l’Ouest comme un petit lopin de terre allongé vers le haut entre le Bénin à l’est, le Ghana à l’ouest, l’océan atlantique au sud et le Burkina-Faso au nord. C’est un des plus petits pays africains, il s’étend sur 56.700 km2 et il est peuplé de 5,1 millions d’habitants qui se regroupent en 40 groupes ethniques. 80 % de la population vit de l’agriculture, le revenu moyen par tête d’habitant est de 1.400 euro par an ! ».

Il poursuit : « le pays est fortement endetté (1,5 milliards USD) et l’économie est peu développée. Le Togo a accédé à l’indépendance nationale le 27 avril 1960. Depuis 1967, il est dirigé par un régime dictatorial qui se base essentiellement sur l’armée. Le Togo connaît depuis le début des années 90 une crise sociopolitique sans précédent. La conférence portera sur les origines de cette crise et les possibilités d’une paix durable dans la région. »

Agbeyome Messan Kodjo, considéré comme l’homme de l’alternance
Partisan d’un dialogue franc et sincère de toutes les parties impliquées dans la crise togolaise, l’ancien Premier ministre du Togo, Agbéyomé Messan Kodjo, reste fidèle à sa ligne politique. Il souhaite que la croissance économique s’active et qu’une meilleure répartition de la richesse nationale puisse donner à chaque Togolais les mêmes chances de construire son destin et celui de la Nation.

Agbéyomé Messan Kodjo fut Président de l’Assemblée nationale (1999-2000) puis Premier ministre, chef du gouvernement togolais. Avant son entrée au gouvernement, il dirigeait le Port autonome de Lomé (PAL).

Revenu « prématurément » au Togo via le Bénin en avril 2005, au plus fort de l’agitation populaire hostile au candidat Faure Gnassingbe, M. Agbéyomé Kodjo fut incarcéré de manière arbitraire à la prison de Kara, remis en liberté après la présidentielle puis blanchi des accusations portées contre lui, grâce à la perspicacité de ses avocats qui ont permis un dénouement à l’affaire qui l’opposait, en fait, à la famille Gnassingbe, par la justice interposée.

Le calvaire de l’ancien chef du gouvernement se poursuit, puisqu’il n’a pas encore recouvré ses droits comme le stipule la Constitution alors que ses homologues anciens Premiers ministres, anciens présidents de l’Assemblée nationale ont tous bénéficié de leurs droits.

Cette discrimination honteuse devrait être réparée rapidement car de sources diplomatiques recoupées, Faure Gnassingbe voit en l’ancien Premier ministre et Président de l’Assemblée nationale un acteur incontournable pour ramener la sérénité au Togo et d’autre part, la chance d’une nouvelle communion salutaire avec le peuple togolais.

Né le 12 octobre 1954 à Tokpli (Préfecture de Yoto), au Togo, Agbéyomé Messan Kodjo est Docteur en Sciences de Gestion de l’Université de Poitiers (1983). Agbéyomé Messan Kodjo. C’est un homme de foi et de grande espérance. Il est, pour le pouvoir togolais, une voie incontournable.

Le peuple du Togo veut vivre heureux et prospère et souhaite être respecte dans ses choix et se montrer digne de l’héritage des ancêtres. Et seule une négociation rapide avec Messan Kodjo peut sauver ce pays d’un drame annoncé.

« Il est urgent de faire en sorte que le Togo dispose d’un socle institutionnel solide, qui résiste aux hommes et aux vicissitudes du temps, pour favoriser l’épanouissement de la démocratie ; la croissance économique continue, une meilleure répartition de la richesse nationale, et donner à chaque Togolais les mêmes chances de construire son destin et celui de la Nation. C’est là, me semble t-il, le véritable défi à relever », ne cesse de marteler Messan Kodjo.

 

 

Read 207 times Last modified on mercredi, 09 juillet 2014 15:06

Commentaire